Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REPORTAGE

Tchad : une nouvelle vie pour le barrage de Matar, à l'arrêt depuis plus de 10 ans


Alwihda Info | Par Abba Issa - 8 Novembre 2019 modifié le 8 Novembre 2019 - 03:14


Tchad : une nouvelle vie pour le barrage de Matar, à l'arrêt depuis plus de 10 ans. © Alwihda Info
Tchad : une nouvelle vie pour le barrage de Matar, à l'arrêt depuis plus de 10 ans. © Alwihda Info
Le micro-barrage de Matar a été inauguré ce jeudi par les autorités et l'ambassade d'Allemagne au Tchad. Ce barrage de décrue de Matar, qui vient d'être réhabilité par l'ONG Help-Tchad avec l'appui financier du Gouvernement allemand, a été construit par l'ONG Africare pendant la grande sécheresse des années 1980.

L'ouvrage est implanté dans le bas-fond de Ouadi-chock, dans une section située à environ 5 km à l'ouest de la ville d'Abougoudam. Il est alimenté par un bassin versant assez important dont l'origine est située à une centaine de kilomètres vers l'Est.

Le barage réhabilité est d'une longeur de 1490 mètres et de hauteur moyenne de 2 mètres par rapport au lit majeur. La superficie exploitée estimée est de 208 hectares tandis que la superficie exploitable estimée est de 450 hectares. La largeur du déversoir gauche est de 38,3 mètres tandis que celui de droit est de 12 mètres.

Tchad : une nouvelle vie pour le barrage de Matar, à l'arrêt depuis plus de 10 ans. © Alwihda Info
Tchad : une nouvelle vie pour le barrage de Matar, à l'arrêt depuis plus de 10 ans. © Alwihda Info
Des activités interrompues depuis plus d'une décennie

Selon des témoignages, l'ouvrage a été d'une contribution très importante à l'amélioration de la sécurité alimentiare de la population pendant son exploitation, surtout durant la période de grande sécheresse.

Les activités étaient interrompues depuis plus d'une décennie à cause de la rupture du barrage.

Tchad : une nouvelle vie pour le barrage de Matar, à l'arrêt depuis plus de 10 ans. © Alwihda Info
Tchad : une nouvelle vie pour le barrage de Matar, à l'arrêt depuis plus de 10 ans. © Alwihda Info
L'état de dégradation

Avant sa réhabilitation, la digue était dans un état assez remarquable de dégradation. Il était constaté la rupture franche de la digue sur une distance de 94 mètres, élargissant ainsi la largeur du lit mineur central, et la destruction significative du profil de la digue en terre sur toute sa largeur, sous l'effet de l'érosion hydrique.

Concernant les évacuateurs des crues, le déversoir du milieu était menacé par la rupture de la digue et les affouillements en aval.

Des études techniques réalisées entre octobre 2017 et novembre 2018 ont permis d'évaluer les travaux ayant conduits à la réhabilitation du barrage : travaux de terrassement de la digue et de renforcement des déversoirs.

La mise en oeuvre de ces travaux s'est déroulée pendant la période de février à octobre 2019. Les travaux de maçonneries et enrochements ont été exécutés par quatre groupements avec la méthode de haute intensité de main d'oeuvre, permettant ainsi la création d'emploi. Les travaux de terrassement de la digue ont été réalisés en régie avec des engins loués auprès des entreprises ERCB, ATLA et d'autres particuliers.

Tchad : une nouvelle vie pour le barrage de Matar, à l'arrêt depuis plus de 10 ans. © Alwihda Info
Tchad : une nouvelle vie pour le barrage de Matar, à l'arrêt depuis plus de 10 ans. © Alwihda Info
Travaux sur le déversoir central

A la place du renforcement du déversoir central, initialement prévu, un nouveau déversoir de 38,3 m a été construit sur la rive gauche. Au cours des travaux, il a été constaté que la maçonnerie existante était défectueuse en fondation et le sol devenait de plus en plus instable en profondeur. Le maintient de ce déversoir n'était donc pas garanti en raison de son état et des difficultés du site. Ce site est abandonné et le déversoir est implanté en latérale sur la rive gauche.

"La problématique de l'eau à l'Est du Tchad, reste un souci majeur, et ce malgré les potentialités de la zone, ainsi que la mise en oeuvre de plusieurs projets par les partenaires opérant dans la zone. La population n'arrive pas à subvenir normalement à son besoin et n'a pas suffisamment accès aux services sociaux de base (eau, santé, abris, nutrition, etc)",

Travaux sur le déversoir latéral droit

Les travaux ont porté uniquement sur le renforcement des bajoyers en amont pour la protection de la digue. Au cours des travaux, des difficultés ont été rencontrées dont les plus notables étaient le déplacement du site du déversoir central, les écoulements assez tôt du Ouadi au mois de mai et l'éloignement des carriers de graveleux latéritiques.

Un entretien en aval recommandé

A l'issue des travaux, il est désormais recommandé le renforcement du barrage par la construction des seuils d'épandage en amont pour étendre la superficie cultivable, et la mise en place d'une stratégie adéquate pour l'entretien de ce barrage afin d'éviter le retour à la situation de départ.

Tchad : une nouvelle vie pour le barrage de Matar, à l'arrêt depuis plus de 10 ans. © Alwihda Info
Tchad : une nouvelle vie pour le barrage de Matar, à l'arrêt depuis plus de 10 ans. © Alwihda Info