Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Traite des mineurs au Tchad : "un parent n'a pas à vendre son enfant"


Alwihda Info | Par - 18 Juillet 2021


La traite des personnes est un phénomène qui frappe de plein fouet le Tchad et suscite des interrogations permanentes. Cette situation n'est pas sans conséquence : à différents niveaux, les personnes vulnérables qui vivent dans la précarité absolue au Tchad, dont les enfants, sont vulnérables à la traite. L'on enregistre quotidiennement des départs massifs des jeunes enfants et bien d'autres cas de violations des droits humains. Les mutilations génitales féminines, les mariages précoces et forcés, les viols des mineurs, sont autant de cas de violations.


Traite des mineurs au Tchad : "un parent n'a pas à vendre son enfant"
Le phénomène de la traite des enfants gangrène particulièrement les provinces du Mandoul et du Moyen-Chari. À cause du faible taux de scolarisation des enfants, beaucoup d'entre eux sont recrutés, transportés et exploités comme bouviers, chameliers ou domestiqués dans des conditions déplorables. Dans un entretien à Alwihda Info, le procureur général près la Cour d'appel de Sarh, Limane Guessangar, estime que cette situation n'est pas forcément liée à la pauvreté mais au "changement de mentalité car les gens aiment la facilité".

"La pauvreté il y en a partout. Mais je ne sais pas pourquoi, particulièrement dans notre zone, quelqu'un peut prendre son propre enfant et le donner à une autre personne ou le mettre au service d'une autre personne. Je n'arrive pas à comprendre ce phénomène"
, affirme le procureur général.

Pour l’association pour la réinsertion des enfants et la défense des droits de l’Homme (ARED), la province du Mandoul constitue à elle seule le bastion de graves violations des droits de l’Homme avec notamment l’esclavage et des pratiques analogues.

Le procureur général Limane Guessangar explique que "ce sont des cas qu'on porte difficilement à l'attention de la justice. Il y a tellement de complicités qu'on étouffe. Ce sont des cas qui n'arrivent pas souvent à la justice".

Que dit la Loi pour le cas d'un parent qui vend son enfant ? "Un parent n'a pas à vendre son enfant. Un enfant ce n'est pas un objet. Il faut que les gens enlèvent ça de leur être. Le jour où quelqu'un tombera sous notre main, il saura que c'est interdit. Il ne va plus tenter. Mais jusqu'à là, les auteurs s'arrangent toujours à nous échapper", indique Limane Guessangar.

Pour le procureur, il faut s'attaquer à ceux qui livrent les enfants à de telles pratiques. "Ce sont des phénomènes nouveaux. Par le passé, on n'a pas connu cela. Pourquoi maintenant ? Qu'est-ce qui explique cela ? C'est un phénomène qui n'a pas sa place et nous devons le combattre. S'il doit y avoir une stratégie commune, c'est d'informer les gens pour qu'on sache de quoi il s'agit. Il faut responsabiliser tout le monde à tous les niveaux. Il faudrait qu'on dénonce ces faits. Le faire même de manière anonyme et à partir de là, on va réprimer. On n'a pas à négocier l'application de la Loi. Le travail de sensibilisation est fait. Personne ne dira qu'il ne savait pas. La traite des personnes c'est interdit par la Loi. Un point un trait. Celui qui pratique ce commerce criminel répondra de ses actes", tranche Limane Guessangar.
Golmen Ali
Correspondant de la province du Logone Occidental En savoir plus sur cet auteur



Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 99267667 ; 62883277 ; 66267667 (Bureau N'Djamena)





TRIBUNE & DEBATS