Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Bongor : congrès des étudiants sous haute tension, la police mobilisée


Alwihda Info | Par DIMANCHE ISAAC KASSALATNA - 8 Juillet 2018 modifié le 8 Juillet 2018 - 00:29



Deux camps se sont formés ce soir à Bongor dont celui du bureau sortant qui a mis sur pied un nouveau bureau, malgré l’intervention du Gouverneur du Mayo-Kebbi Est qui a fait sursoir ce congrès jusqu'à dimanche.

L'assise élective du bureau des étudiants tchadiens à Bongor est un fourre-tout. Depuis leur arrivée à Bongor ce jeudi, les secrétaires des différents instituts et universités ne parviennent pas à s’entendre ; conséquence, ce congrès n’a pas pu s’ouvrir le vendredi dernier comme prévu. Deux camps se sont formés et celui autour du bureau national des étudiants tchadiens sortant a déjà mis sur pied son nouveau bureau.

Ce premier camp, composé de 10 sections sur 18, soutient le bureau exécutif pour le déroulement de ce congrès. Par contre, 8 autres sections s’y opposent en invoquant la non représentation de certaines sections, surtout du Nord et la présence de délégués non crédibles.

Après plusieurs heures d’échanges, il a été décidé d’organiser cette rencontre et toutes les disposition ont été prises ; les forces de l’ordre et de sécurité ont quadrillé le centre d’accueil de Lama-lama, lieu où se tenait le congrès, pour empêcher des mécontentements pouvant perturber la séance.

Quelques heures après, un message du Gouverneur, le général Moussa Haroun Tirgo, par la voie du délégué régional de la police, a demandé aux étudiants de surseoir à ce congrès aujourd’hui en renvoyant l’assise au matin vu le climat de tension. La proposition a été rejeté par les 10 sections qui qualifient le comportement de leurs camarades de semeurs de trouble guidés par les politiques. 

L'autorisation du gouvernement pour ce congrès prend fin ce samedi. Les 10 sections ont forcé la main pour mettre sur pied un nouveau bureau qui a, à sa tête Amos AZERBE DICKREO, étudiant de la faculté des sciences de l’éducation d’Ardep Djoumal.

Au sortir de cette élection, l’ex-secrétaire de l’UNET, Barka WPYAKALIGNE Gael a été embarqué dans le véhicule des forces de l’ordre puis libéré après interrogatoire. Les opposants à ce congrès sont présentement dans un hôtel de la place pour mettre sur pied un bureau parallèle.



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 11 Novembre 2018 - 06:55 Les tchadiens rendent hommage à Béchir Madet