Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

COP26 : l’incinération des déchets à ciel ouvert au centre des préoccupations


Alwihda Info | Par APO - 9 Novembre 2021

Plus d'un million de décès prématurés par an, dus à la pollution de l'air et l’incinération des déchets à ciel ouvert est l'un des problèmes critiques contribuant à l'augmentation des niveaux de pollution.


La question de l’incinération des déchets à ciel ouvert a été abordée pour la première fois pendant la COP26, du fait de la demande de la collaboration internationale en ingénierie et des partenaires de mettre un terme à cette pratique.

Plus d'un million de décès prématurés par an dus à la pollution de l'air et l’incinération des déchets à ciel ouvert est l'un des problèmes critiques contribuant à l'augmentation des niveaux de pollution, en particulier dans les zones urbaines. Selon les experts, les pays devraient mettre fin à la pratique courante consistant à incinérer les déchets à ciel ouvert, afin d’atténuer l’impact sur le climat et la pollution environnementale, et d’améliorer la santé des milliards de personnes qui ne bénéficient pas d’un service de collecte des déchets ou qui vivent à proximité des décharges.

Engineering X, une collaboration fondée par la Royal Academy of Engineering et la Lloyd’s Register Foundation, et l’International Solid Waste Association (ISWA) ont uni leurs forces avec un grand nombre de partenaires au cours des négociations des Nations unies sur les changements climatiques de Glasgow, dont UN-Habitat, la Coalition pour le climat et l’air pur et WasteAid, pour demander de mettre un terme à la pratique de l’incinération à ciel ouvert. C’est la première fois que cette question est abordée au cours des discussions sur le changement climatique.

L’incinération à ciel ouvert des déchets est particulièrement problématique en Afrique subsaharienne, où se trouvaient, en 2015, 19 des 50 décharges les plus importantes du monde, selon le rapport du Programme des Nations unies pour l'environnement (UNEP). Une urbanisation galopante et des modèles de consommation et de production incompatibles avec le développement durable indiquent que la situation ne cesse d’empirer.

Moins de 50 pour cent des déchets sont collectés au niveau national dans les pays à faible et moyens revenus. Selon des estimations actuelles, 41 pour cent des déchets solides des municipalités dans le monde iraient vers des dépotoirs à ciel ouvert, la plupart d’entre étant ensuite incinérés. L’incinération des déchets libère du gaz à effet de serre, des polluants atmosphériques, des gaz en traces, des composés toxiques et des polluants climatiques à courte durée de vie, dont le carbone noir.

Les émissions de carbone noir sont une cause majeure de maladies et de décès prématurés et ont un impact sur le changement climatique 5 000 fois plus important que le CO2. Une étude locale sur les enfants et les adolescents vivant et allant à l’école à proximité de dépotoirs de taille importante dans des centres urbains africains a fait état d’affections respiratoires, gastro-intestinales et dermatologiques. Mais il n’existe pas, à ce jour, de données internationales sur les impacts de l’incinération des déchets sur la santé.