Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Centrafrique : une marche pacifique maintenue malgré des appels au boycott


Alwihda Info | Par Husseini Mahamat - 28 Septembre 2019 modifié le 28 Septembre 2019 - 08:02

Le mouvement « E ZINGO BIANI » maintient la marche pacifique du 30 septembre 2019 à Bangui, malgré des appels à la vigilance et au boycott.


Centrafrique : une marche pacifique maintenue malgré des appels au boycott. © DR
Centrafrique : une marche pacifique maintenue malgré des appels au boycott. © DR
L’annonce est faite ce vendredi 27 septembre 2019 par le coordonnateur du mouvement E Zingo Biani, Gervais LAKOSSO, au cours d’un point de presse tenu au siège dudit mouvement.

« Je confirme la marche pacifique prévue le 30 septembre 2019 », a affirmé Gervais Lakosso, qui a profité de cette occasion pour faire un démenti sur les allégations du responsable du mouvement Centrafrique debout, relatives à l’annulation de cette manifestation.

La marche que compte organiser le mouvement E Zingo Biani vise deux objectifs : la relance des 12 revendications citoyennes qui n’ont pas toujours eu de réponses de la part du gouvernement et la remise d’un mémorandum destiné aux Hautes Autorités du pays dont le contenu essentiel sont des propositions concrètes sur des points sécuritaires et politiques, a indiqué Gervais Lakosso.

Le point de rassemblement pour le départ est fixé à la Place des Nations-Unies sur l’avenue Barthelemy Boganda et l’arrivée au Centre-ville (PK0).

A en croire Gervais Lakosso, le ministère de la sécurité publique est informé de la marche et n’a aucun droit pour l’interdire, conformément à l’article 15 de la Constitution de la République Centrafricaine du 30 mars 2016 : « l’Etat garantit la liberté de manifestation pacifique ».

Cette initiative d’éveil citoyen ne semble pas bien perçue par certaines organisations qui ne cessent de lancer des messages à la vigilance et au boycott. Un analyste de la crise en Centrafrique, sous couvert de l’anonymat, dans une réflexion intitulée : A quoi servira la marche préconisée par E Zingo Biani ? L’analyste met en exergue les entraves au processus de rétablissement de la paix et la sécurité en Centrafrique, causées par des ennemis de la paix qui seraient soutenus par la France et qui ne sont pas contents de la présence russe en RCA.

Poursuivant son analyse, la marche du 30 septembre 2019 serait une initiative de la France dont l’objectif est de perturber la quiétude du peuple : « Face à cela, nous condamnons les manifestations anti-constitutionnelles en préparation et exhortons le peuple centrafricain à la vigilance afin de ne pas céder à cette manipulation. Nous exhortons la population à la vigilance et a vaqué librement à ses occupations le 30 septembre et à ne pas prêter attention à cette marche interdite par les lois centrafricaines en vigueur ». Par ailleurs, tout sera mis en œuvre pour empêcher les manifestations programmées, les auteurs et complices répondront de leurs actes devant la justice nationale et internationale, a-t-il précisé.

Le peuple centrafricain doit savoir que le chemin entrepris par le président de la République Faustin Archange Touadéra est la seule voie qui mène à la vraie indépendance de la République et à une paix durable, conclut l’analyste.

Qu’à cela ne tienne, le mouvement E Zingo Biani, persiste et signe sur l’effectivité de la marche du lundi 30 septembre 2019 peu importe le nombre des participants – l’essentiel c’est de marcher pacifiquement comme le prévoit la constitution du 30 mars 2016 et de remettre un mémorandum aux plus Hautes Autorités du pays.