Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Congo : les hôpitaux généraux Djiri et de Ngoyo mis en service cette année.


Alwihda Info | Par Olive Jonala - 14 Décembre 2021

Deux établissements sanitaires modernes seront mis en service par le président de la République, Denis Sassou-N’Guesso, les 15 et le 20 décembre 202 Le premier est situé dans l’arrondissement 9 Djiri à Brazzaville et le second à Ngoyo, 5ème arrondissement de Pointe-Noire.


Une vue de l'hopital général de Djiri
Une vue de l'hopital général de Djiri
Le 23 décembre 2020, dans son message sur l’état de la Nation, devant le parlement, réuni en congrès, le président de la République, Denis Sassou-N’Guesso donnait au gouvernement, une ferme orientation sur les hôpitaux généraux en constriction dans le pays. « Le gouvernement doit prendre les dispositions nécessaires pour l’achèvement rapide de deux hôpitaux généraux », déclarait le chef de l’Etat congolais.

Près d’une année plus tard, les deux hôpitaux généraux entrent en service. Le premier sera celui de Djiri, situé à Nkombo (Brazzaville) et dont la mise en service est prévue pour le 15 décembre. Le second, celui de Ngoyo, situé à Patra (Pointe-Noire) sera mise en service le 20 du mois en cours.

Les deux hôpitaux, tout comme les 10 autres dont les travaux s’achèveront plus tard, ont la même composition et proposent les mêmes services sanitaires de qualité. Ils ont, précisément, une déclinaison du volet sanitaire du programme de gouvernement du président de la République du Congo. Celui-ci vise à rendre disponible des soins de santé spécialisés et d’urgence de qualité au plus près de la population.

La mise en service de ces hôpitaux va permettre aux habitants de Brazzaville Nord de ne plus faire de trop longues distances et affronter les embouteillages pour leurs besoins en soins de santé. Ils n’avaient que l’hôpital de référence de Talangaï et le Centre Hospitalier et Universitaire de Brazzaville (CHUB) pour cela. Du côté de Pointe-Noire, les habitants de Loandjili et des quartiers environnants arrêteront de rallier l’hôpital général Adolphe Cissé ou même celui de Congo Malèmbe à Tié-Tié (3ème arrondissement) pour des urgences de santé.

Les hôpitaux généraux de Djiri et de Ngoyo que le président Denis Sassou-N’Guesso va ouvrir officiellement au public vont proposer aux patients 13 services cliniques et paracliniques, à savoir la pédiatrie, la néonatalogie, l’imagerie (Radio, scanners et IRM), laboratoire (y compris la PCR), la pharmacie médicale, les urgences, la réanimation, la gynécologie obstétrique, le bloc opératoire, la stomatologie, l’ophtalmologie, l’ORL et la chirurgie. Ces services sont complétés par 5 autres services techniques d’appui nécessaires à la bonne prise en charge et au traitement des patients.

Dans un contexte mondial marqué par la crise sanitaire due à la pandémie à coronavirus, ces hôpitaux ont prévu un dispositif de lutte contre cet ennemi invisible. Il s’agit, pour le pays de renforcer la prise en charge des malades notamment dans le cadre de cette crise sanitaire. C’est ainsi que ces nouveaux établissements sanitaires sont dotés d’un service exclusivement dédié au traitement des patients atteints du coronavirus.

Construit sur une superficie globale de 504 500 m², l’hôpital général de Djiri par exemple, dispose d’une capacité 210 lits. Il compte un bâtiment principal de 13 000 m2, abritant l’ensemble des services. A l’instar de celui de Djiri, l’hôpital général de Ngoyo, est bâti selon normes médicales internationales les plus exigeantes, dictées par l’OMS. Ce niveau de performance est visé à travers des équipements modernes pour les soins de diverses spécialités proposés par l’hôpital.

Ces hôpitaux intègrent la dynamique de construction des hôpitaux généraux dans les 12 départements impulsés par le président de la République, Denis Sassou-N’Guesso. L’objectif stratégique étant de rendre disponible et accessible à tous les Congolais, des soins de base de qualité.