Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

Des entrepreneurs internationaux de premier plan en géophysique et en forage rejoignent la Chambre africaine de l'énergie pour discuter des opportunités d'exploration en Afrique


- 23 Septembre 2020


African Energy Chamber
Télécharger le logo

La discussion sera centrée sur les opportunités pour les entreprises impliquées dans l'exploration pétrolière et gazière en Afrique et les opérations dans une ère post-covid-19 ; les panélistes comprennent Chuks Enwereji, Président, Chapitre Nigéria pour l’IADC (International Association of Drilling Contractors), Chijioke Akwukwuma, Directeur Général, ODENL, Ross Compton, Consultant EAME, IAGC (International Association of Geophysical Contractors), Wole Oyetoran, Responsable de pays, PGS Nigeria, John Scott, Vice-président, hémisphère occidental, Polarcus, Chichi Emenike, Chef, entreprises de gaz, Neconde Energy Limited; le webinaire sera animé par Verner Ayukegba, SVP de la Chambre africaine de l'énergie (EnergyChamber.org); le webinaire aura lieu le 29 septembre de 15h00 à 16h30 CET / SAST. Pour participer, veuillez vous inscrire (https://bit.ly/3kEMmQD). Utilisez #aecwebinars pour joindre la conversation.

A travers le monde entier, l'industrie pétrolière et gazière traverse actuellement une période de transition, au cours de laquelle l'industrie se réajuste pour fonctionner dans un environnement post-covid19 avec des prix du pétrole susceptibles de se stabiliser entre 35 et 50 barils USD/jour. Malgré ces défis, l'activité de forage en Afrique selon les projections de la Chambre africaine de l'énergie ne devrait chuter que légèrement en 2021 par rapport aux niveaux projetés pour 2020. Un nombre total de 800 puits devrait être forés cette année, et ce nombre ne devrait descendre que légèrement en dessous de 800 en 2021. Ces chiffres représentent cependant une baisse de plus de 25% par rapport à 2019.

De même, les dépenses en capital devraient également diminuer de plus de 25% entre 2019 et 2021. Selon les estimations, 28 milliards de dollars devraient être consacrés à des projets d'investissement en amont en 2021, dont plus de 10 milliards de dollars consacrés aux projets de développement sur le terrain. Cela continue de présenter des opportunités importantes pour les entreprises impliquées dans la chaîne de valeur en amont, comme les entreprises de forage et de géophysique. «Les prestataires de services capables de s’adapter aux nouvelles conditions du marché en mettant en œuvre des solutions efficaces de contrôle des coûts et en rationalisant les processus, notamment avec l’aide de la technologie, prospéreront et se développeront aux dépens des entreprises qui tardent à s’adapter à la nouvelle réalité des marchés. », a déclaré Verner Ayukegba SVP à la Chambre africaine de l'énergie.

«La position de l'AEC en Angola n'a pas changé : nous continuons de voir des opportunités en Angola et pensons qu'il est important de les mettre en avant et d'encourager les acteurs de l'industrie du monde entier à les exploiter, alors que nous affrontons ensemble cette situation difficile et la surmontons. L’industrie pétrolière et gazière angolaise est bien développée, certes, mais il est tout à fait clair que nous devrons impérativement innover et collaborer afin de rester pertinents pour les années à venir. Notre rôle clé à la Chambre africaine de l'énergie est d'être la voix de l'industrie énergétique africaine et c'est un excellent exemple de la façon dont nous le faisons. C'est une chance unique de nouer des liens et d'en savoir plus sur l’avenir du secteur énergétique africain. » A conclu Sergio Pugliese, président angolais de la Chambre africaine de l'énergie

Les représentants de l'Association internationale des entrepreneurs en géophysique (IAGC) et de l'Association internationale des entrepreneurs en forage (IADC) présenteront des tendances émergentes de l'industrie, des développements technologiques dans l'industrie, des nouvelles normes et réglementations qui affectent leurs membres et des changements possibles dans la législation qui sont susceptibles d'affecter leurs membres et l'industrie.

Le panel comprend également des professionnels expérimentés qui enrichiront les discussions avec leurs expériences sur le terrain, sur la façon dont ils dirigent leurs entreprises pour tirer parti des opportunités existantes dans le secteur pétrolier et gazier africain et quels plans ils ont pour l'avenir.

Alors que de nombreux pays africains continuent de se plier en quatre pour encourager l'exploration et le forage, en particulier de nouvelles licences, quelles autres concessions les entreprises recherchent-elles pour se lancer dans de nouvelles activités d'exploration? Le Nigéria, par exemple, passe actuellement par un appel d'offres sur le terrain marginal, qui conduira à l'attribution de nombreuses licences en 2021. Quelles incitations doivent être utilisées, aux nouveaux titulaires de licence, pour leur permettre de déployer des capitaux d'exploration le plus rapidement et le plus efficacement possible?

Enfin, le webinaire examinera également comment l'Afrique se compare actuellement aux autres régions productrices de pétrole et de gaz et ce que les pays africains doivent faire pour développer et accroître leur avantage concurrentiel par rapport aux autres régions productrices de pétrole et de gaz dans le monde.

Pour plus d'informations sur l'adhésion à la Chambre africaine de l'énergie, veuillez consulter energychamber.org/membres. Pour assister au webinaire, inscrivez-vous gratuitement (https://bit.ly/3kEMmQD) et apprenez-en plus sur nos prochains webinaires sur aecwebinars.com

Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.


Source : https://www.africa-newsroom.com/press/leading-inte...