Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Économie : le Tchad gagnant de la nouvelle réglementation sur le brut lourd non corrosif ?


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 3 Décembre 2019 modifié le 3 Décembre 2019 - 14:13


Le brut de Doba étant peu corrosif, le Tchad pourrait bénéficier de la future entrée en vigueur de la réglementation de l'Organisation maritime internationale sur les transports maritimes pour vendre son pétrole à la hausse.


Brut de pétrole. Illustration. © DR
Brut de pétrole. Illustration. © DR
À partir de janvier 2020, l'Organisation maritime internationale (OMI) mettra en œuvre une nouvelle réglementation obligeant le secteur des transports maritimes à utiliser des carburants marins dont la teneur en soufre ne dépasse pas 0,50%. Le secteur maritime est responsable de la moitié de la demande mondiale de mazout - équivalent à 3,8 millions de barils par jour en 2017.

Ainsi, la modification de la réglementation aura un impact majeur sur les raffineries et un effet d'entraînement important sur la demande et les prix des qualités de pétrole brut lourd, idéales pour la production de combustibles de soute conformes à la norme OMI, selon les prévisions de la chambre africaine de l'énergie consultées par Alwihda Info.

Les producteurs de certains pays africains sont bien placés pour profiter de la nouvelle réglementation. Selon ClipperData, environ 75% du brut lourd non corrosif mondial est produit dans la région, le Tchad (Doba), le Cameroun (Lokele) et l'Angola (Dalia) représentant plus de 90% de cette offre. Les prix de ces grades se négociaient avec une prime allant jusqu'à 3 dollars par rapport au Brent daté d'août.

La demande de brut angolais a repris en 2019, en particulier de la part des raffineurs chinois. Les données d'IHS Markit montrent une augmentation annuelle de 8% des exportations angolaises vers la Chine pour la période de janvier à juillet.



Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 63205229 ; 66304389 ; 63415139  (Bureau N'Djamena)