Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
CINEMA

Festival de cinéma africain : Le film soudanais "You will die at 20", prix du meilleur film de fiction


Alwihda Info | Par Marion Girard Cisneros - 16 Décembre 2020

En outre, Talking about trees remporte le prix de la Coopération espagnole ACERCA, Buddha in Africa remporte le prix du meilleur documentaire tandis que le court-métrage d'animation Machini gagne le prix du meilleur court métrage.


Tarifa, Espagne - Le long-métrage soudanais You will die at 20, d'Amjad Abu Alala, qui a été présenté en première en Espagne lors de la 17e édition du Festival de cinéma africain de Tarifa et Tanger (FCAT), a remporté le prix du meilleur long métrage de fiction au FCAT cette année. Le jury international a primé ce film "en raison de son merveilleux langage cinématographique, pour les valeurs qu'il représente, pour avoir montré comment un jeune travaille et lutte contre les idées préconçues, sous le poids de la religion et de la tradition, et comment il décide de réveiller le monde".

Le réalisateur du film, Amjad Abu Alala, a remercié le jury pour le prix et a remercié le FCAT pour avoir continué à promouvoir le cinéma dans le contexte de la pandémie. Dans son message vidéo, il a également exprimé son souhait de se rendre au festival à Tarifa et à Tanger dès que les circonstances le permettront.

Pour cette édition du festival, le jury international était composé de la journaliste et cinéaste Hind Meddeb, du programmateur indépendant et historien du cinéma Olivier Hadouchi et de l'acteur et directeur du collectif The Black View, Armando Buika. Ce jury était chargé de sélectionner trois meilleurs films parmi les neuf en compétition dans la section Hypermétropie.

Talking about trees, du cinéaste soudanais Suhaib Gasmelbari, a reçu deux prix. Le Prix de l'Audience (le film le plus voté sur la plateforme de streaming espagnole Filmin) ainsi que le premier prix de la coopération espagnole ACERCA. Le prix a été remis au réalisateur par le jury de l'AECID, composé du jury international et de la représentante de l'Agence espagnole de coopération AECID, Elvira Cámara López. Le prix ACERCA est décerné au film qui contribue le mieux à la réalisation des 17 objectifs de développement durable, à l'éradication de la pauvreté et à la pleine jouissance des droits humains.

Le prix a été attribué “à ce film très cinématographique qui raconte comment une dictature peut mettre fin au cinéma dans un pays. Pour avoir aidé les cinq cinéastes qui jouent dans ce film et qui n'ont pas pu poursuivre leur carrière, dans leur combat pour la réouverture d'un cinéma dans les environs de Khartoum et pour avoir rendu le cinéma à la population soudanaise, ainsi que pour le courage du réalisateur de tourner ce documentaire dans le contexte d'une dictature, sans autorisation et dans le plus grand secret, avec les risques que cela implique. La révolution soudanaise a eu lieu l'année de la sortie du documentaire en 2019 et c'est comme si l'histoire y avait répondu".

Le prix Casa Africa du meilleur long métrage documentaire a été décerné à Buddha in Africa, de la cinéaste sud-africaine Nicole Schafer. Ce film était une autre première de la 17e édition du FCAT en Espagne. Le jury l'a justifié "par la manière dont la réalisatrice montre un processus contemporain peu documenté, au Malawi, un pays peu connu des Européens. Les sujets sont également très peu documentés : la présence chinoise en Afrique et au Malawi en particulier, avec son influence culturelle et la diffusion du bouddhisme. La façon dont le réalisateur met en lumière les contradictions et les paradoxes et laisse place à une réflexion critique pour que le spectateur puisse se faire sa propre opinion".

Nicole Schafer a remercié le festival et le jury pour le prix décerné par vidéoconférence. Elle a été surprise par le prix et a fait l'éloge du programme du festival, auquel elle espère assister très bientôt.

Le jury international a également accordé une mention spéciale au documentaire 143, rue du Désert (Hassen Ferhani, Algérie, 2019) et une autre au film de fiction Abou Leila (Amin Sidi-Boumédiène, Algérie, 2019).

Le jury andalou, composé des cinéastes Carlos Violadé, Marta M. Mata et Sara Gallardo, a révélé le prix du meilleur court métrage dans la section En bref. Le prix a été décerné à Machini (Frank Mukunday et Tétshim, République démocratique du Congo, 2019), un court-métrage d'animation sans dialogues.

Pour le jury, "Machini crée un univers unique, plein de poésie et d'originalité, et montre les conséquences que le progrès de l'Occident continue à avoir sur le continent africain.

Le jury a également décerné une mention spéciale à Bablinga (Fabien Dao, Burkina Faso, 2019), car il offre "une vision différente de la migration et du sacrifice qu'implique le fait de quitter le lieu d'où l'on vient. Tout cela à la poursuite du rêve doré de l'Europe, un faux mirage qui s'effondre au fil du temps. Bablinga est un moyen efficace de transmettre le désir, la nostalgie et l'inadaptation inhérents au déracinement des migrants qui partent avec l'espoir d'une vie meilleure".

La 17e édition du Festival du film africain de Tarifa-Tanger s'est déroulée du 4 au 13 décembre 2020. C'était la première édition dans l'histoire du festival à se tenir dans un format hybride en ligne/hors ligne. La 18e édition du FCAT se tiendra à nouveau au printemps, si la pandémie le permet, du 28 mai au 5 juin 2021.



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 14 Juin 2019 - 15:26 Comment regarder Netflix US en France ?







TRIBUNE & DEBATS

POINT DE VUE - 08/09/2021 - Olivier Noudjalbaye Dedingar, Expert technique et journaliste indépendant

Cameroun : l’enrichissement illicite préoccupe

Tchad : le dialogue national inclusif est-il nécessaire ? Tchad : le dialogue national inclusif est-il nécessaire ? 06/09/2021 - Martin Hidgé Ndouba


ANALYSE - 11/10/2021 - Martin Higdé Ndouba

Tchad : la dépravation des moeurs, un fléau qui gangrène la jeunesse

Cameroun : question sociale et devenir du pays Cameroun : question sociale et devenir du pays 11/10/2021 - Pr Armand Leka Essomba, chef de Département de Sociologie, Université de Yaoundé I.