Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
COMMUNIQUE

Interpellation momentanée de Kadar Abdi Ibrahim puis confiscation de son passeport


Alwihda Info | Par Farah Abdillahi Miguil - 16 Avril 2018 modifié le 16 Avril 2018 - 21:31

Communiqué de l'Observatoire Djiboutien pour la promotion de la Démocratie et des Droits Humains (ODDH) dénonce l'arrestation et la consfication du passeport du journaliste et secrétaire général du MoDeL.


Interpellation momentanée de Kadar Abdi Ibrahim puis confiscation de son passeport
Hier, dimanche 15 avril 2018 vers 17h30, sept (7) hommes et une (1) femme se réclamant de la Sécurité Nationale font irruption chez Kadar Abdi pour lui demander de le suivre. Il sera emmené aussitôt dans une fourgonnette avant de le ramener chez lui quelques minutes après sans plus d'informations en lui confisquant son passeport.

Kadar Abdi est l'ancien co-directeur de publication du journal "l'Aurore" et l'actuel Secrétaire Général du MoDeL, un des partis politiques de la défunte coalition de l'USN. Il était de retour au pays depuis le 13 avril 2018 après avoir participé à la pré-session de l’EPU_30 (l’Examen Périodique Universelle) au siège des Nations Unies du 9 avril 2018 au 12 avril 2018 à Genève en Suisse.

Cette privation de passeport à Kadar Abdi constitue une violation de l'article 13 de la Déclaration universelle des doits de l'homme, de l'article 12 du Pacte de 1966 sur les droits civils et politiques ainsi que de l'article 12 de la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples. D'ailleurs, la Constitution djiboutienne stipule clairement dans son article 14 que « Tous les citoyens de la République ont le droit de se déplacer et de se fixer librement sur toute l'étendue de la République. Ce droit ne peut être limité que par la loi. Nul ne peut être soumis à des mesures de sûreté, sauf dans les cas prévus par la loi. »

L’ODDH condamne et dénonce cette violation de la liberté de circulation et exige la restitution du passeport confisqué à Kadar Abdi Ibrahim.

L’ODDH recommande au pouvoir de se conformer aux normes internationales ratifiées par Djibouti, aux dispositions constitutionnelles relatives à la protection des citoyens, au respect des libertés fondamentales, à la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, au Pacte international relatif aux droits civils et politiques ainsi qu’à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.


Agir pour la démocratie, la dignité et la justice
Farah Abdillahi Miguil
Président de l'ODDH