Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

L'immaturité en politique


Alwihda Info | Par Mohamed Qayaad - 10 Mai 2018 modifié le 10 Mai 2018 - 13:28

Cette époque postcoloniale a vu naître un système politique autocratique dont la particularité la plus saillante est la concentration et la confusion des pouvoirs au main d'une seule personne. Ce système s'est perpétué pendant 41 ans. Cela n'a été possible que grâce à la conjonction de plusieurs facteurs : tribalisme, religion omniprésente, analphabétisme de masse, sous-développement socio-économique etc...


L'immaturité en politique
Il est vrai que nous avons eu rarement l'occasion de débattre d'un sujet ou d'une question de la première importance pour notre pays. La démocratie n'a jamais été la tasse de thé de nos gouvernants. A moins d'être amnésique, je ne pense pas que Gouled ou IOG ait pris la peine de nous consulter un jour sur une grande question nationale? Après la parenthèse coloniale qui s'est caractérisée par une mise sous tutelle de notre souveraineté nationale et de nos attributs de citoyens à part entière, nous avons connu une autre période de confiscation de pouvoir. Cette époque postcoloniale a vu naître un système politique autocratique dont la particularité la plus saillante est la concentration et la confusion des pouvoirs au main d'une seule personne. Ce système s'est perpétué pendant 41 ans. Cela n'a été possible que grâce à la conjonction de plusieurs facteurs : tribalisme, religion omniprésente, analphabétisme de masse, sous-développement socio-économique etc...

Notre mode d'organisation sociale explique largement "la faillite" et les dérives actuelles de notre société djiboutienne (échec de la démocratie, déliquescence du corps social, corruption généralisée, faillite sanitaire et éducationnelle etc...). Que l'on soit originaire de la Somalie, du Yémen, de l’Ethiopie ou en se référant au mode d'organisation sociale Afar, le Djiboutien ne se perçoit qu'au travers de la tribu ou du clan auquel il se rattache. Il ne se pense pas en tant qu'individu à part entière c'est à dire en tant qu'entité autonome constituant un centre - autonome - de réflexion de décision et d'action. C'est une "pièce", partie intégrante, d'une complexe machinerie tribale qui le "dévore" entièrement. Vu sous ce prisme clanico-tribal, toute décision ayant des répercussions sur le plan social ou politique est tout d'abord analysée par rapport au groupe de rattachement. En d'autres termes, on se pose la question suivante : quelles sont les retombés (positifs ou négatifs) sur mon clan ? Si, elles sont positives, je serais tenté de soutenir activement cette décision. Par contre, si ces retombés sont négatives. Je m'évertuerais à tout faire pour contrer cette décision. Je qualifierai cette attitude "d'opportunisme clanique". Cet opportunisme communautaire trouve des applications diverses et variées dans toutes les activités socio-économiques : transactions commerciales, recrutement, mariages, marchés publics, grand projet national, etc .....

On comprend aisément que tous les espaces de décisions, de concertation et d'échanges soient pollués par ce réflexe communautaire. De ce fait, toutes les décisions sont guidées non pas par un souci d'objectivité, de rationalisme et d'efficacité, mais par des considérations archaïques liées au clan ou à la tribu. Il est vrai que les choses ne sont pas si simples que cela. J'ai un peu schématisé pour faciliter la compréhension de ce phénomène. Prenons l'exemple de la décision d'une nomination ministérielle ou à un poste clé de la haute fonction publique.

Le premier commentaire que suscite cette nomination et qui vient à l'esprit du djiboutien lambda : de quelle tribu est issue la personne nommée à ce poste. On ne se posera nullement la question de sa compétence, de son intégrité ou de sa moralité etc..... Toutes ces questions qui peuvent sembler essentielles dans un autre contexte, deviennent d'une futilité affligeante à Djibouti. Quant à notre capacité de contestation politique, elle est quasiment nulle.

En effet, nous disposons d'un patrimoine socioculturel qui n'est pas très enclin à cultiver notre aptitude à contester, à nous opposer en raison d'un avis différent. L'on serait tenté de croire que notre sentiment de révolte est en grande partie inhibé. Dire non aux anciens, aux puissants, aux plus nantis et à fortiori à l'Etat, est souvent perçu comme une excentricité, une manière de se démarquer et surtout la meilleure façon pour se faire clouer au piloris. Ce comportement trouve souvent sa source dans nos rites, nos règles en société, nos rapports intergénérationnels et aussi malheureusement dans notre rapport à la religion qui nous portent plus vers la soumission que vers la contestation. On ne sait pas dire non ou être irrévérencieux quand une situation le recommande fortement. La résignation est une attitude, un état d'esprit ou une sorte de prédisposition qui font partis intégrante de notre palette culturelle. Je ne vais pas jusqu'à dire que nous baignons dans une culture de la soumission. Mais il est des signes et des situations qui ne trouvent un début d'explication qu'au travers de ce prisme de la soumission et de cette propension à accepter l'adversité avec fatalisme et résignation.

Sinon, comment expliquer que nos pays et certains autres beaucoup plus anciens comme l'Egypte, la Syrie, l'Irak et j'en oublie certainement d'autres, puissent encore se trouver sous des régimes dictatoriaux depuis plusieurs décennies.
Comment expliquer que ces pays qui disposent d'une certaine intelligentsia, d'une tradition universitaire, d'un faible taux d'analphabétisme puissent accepter sans sourciller toutes les atteintes et les violations aux libertés et droits de l'homme les plus élémentaires.

Comment justifier que le néron égyptien Sissi se soit présenté comme le candidat aux élections présidentielles? Idem pour le boucher Bashar en Syrie.

Prenons l'exemple de la Syrie. A la mort du Président El Assad, son fils Bashar Al Assad a pris les rênes du pouvoir sans le moindre incident. Cette soit disant République s'est mue sans le moindre heurt en une sorte de monarchie où le pouvoir est dévolu selon des règles bien établies, de père en fils. Le Président est mort, vive son fils! Pourtant certains de ces pays ont fait la preuve de leur capacité à s'affirmer, à lutter pour leur indépendance à l'époque coloniale. C'était peut être la fibre nationale qui les avait animé à l'époque. Après tout ce n'est peut être qu'une question de fibre!
Nous prépare-t-on le même schéma à Djibouti?

Hélas, il semble bien que oui. Hier, nous avons assisté passivement à la transition "très démocratique" entre l'oncle (Hassan Gouled) et le neveu (Ismail Omar) et Demain ce sera peut être entre le père, IOG, et l'un de ses fils? Avançons, discutons, débattons et essayons de construire un début de démocratie au sein de notre communauté et au sein de notre diaspora.



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 7 Août 2018 - 07:56 À ces alimentaires sans conscience

Mercredi 1 Août 2018 - 21:02 La fin d'un cycle !