Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

La libération de l'ex-dictateur Habré écartée par le Comité des Nations unies contre la torture


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 2 Janvier 2020


La libération d'Habré écartée par le Comité des Nations unies contre la torture. © DR
La libération d'Habré écartée par le Comité des Nations unies contre la torture. © DR
Une éventuelle libération de l'ex-dictateur tchadien, Hissein Habré doit clairement être écartée aux yeux du Comité des Nations unies contre la torture. C'est ce qui ressort d'une lettre évoquant les craintes d'une libération, transmise au Gouvernement sénégalais le 23 décembre 2019.

"La libération prématurée des auteurs des crimes internationaux les plus graves n'est pas conforme aux obligations découlant de la Convention contre la tortures et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants", selon le Comité.

Les proches de l'ancien chef de l'Etat du Tchad tentent d'obtenir sa libération pour des raisons de santé.

En 2016, Hissein Habré, reconnu coupable de crimes contre l'humanité et crimes de guerre commis en 1982 et 1990, a été condamné à la prison à perpétuité. Il purge depuis lors sa peine dans une prison au Sénégal.

Hissein Habré a purgé seulement trois ans et demi de prison depuis sa condamnation.

Jusqu'à présent, les victimes des crimes d'Hissein Habré n'ont pas été indemnisées, une préoccupation supplémentaire du Comité.

Hissène Habré est soupçonné d'être responsable de la mort de presque 40 000 personnes. En janvier 1992, après le renversement du régime Habré, plusieurs fosses communes ont été découvertes à 25 km de la capitale. Certaines fosses contenaient jusqu'à 150 squelettes des détenus exécutés par la tristement célèbre police politique (DDS). Le rapport de la commission d'enquête comptabilise quelque 80 000 orphelins produits par la terreur du régime Habré.