Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Le Sénégal annule officiellement sa controversée centrale à charbon de Bargny


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 10 Décembre 2019 modifié le 12 Décembre 2019 - 16:57


ERRATA : Le Directeur général de Senelec (et non le président Sall) a annoncé les plans du gouvernement Sénégalais de transformer le projet controversé de la centrale au charbon de Bargny en une centrale à gaz

DAKAR, Sénégal - Dans un communiqué récent, 350Afrique a déclaré que «le président du Sénégal, Macky Sall, a annoncé l'annulation de la centrale au charbon de Bargny, conformément aux engagements du pays dans le cadre de l'accord de Paris».

Cette déclaration était partiellement incorrecte.

Dans une interview accordée le 1er décembre à l'émission de télévision « Jury Du Dimanche », le DG de Senelec, Pape Diemba Bieteye, a confirmé que le président avait donné des instructions pour transformer la centrale électrique de Bargny (Sendou) en une centrale à gaz, abandonnant par conséquent les plans qui envisageaient que l'usine fonctionne au charbon. «Les instructions que nous avons reçues de Monsieur le président c’est de la transformer au gaz», a déclaré M. Bieteye. 

Cependant, le président du Sénégal n'a pas fait de déclaration officielle sur ce changement de politique, contrairement à ce que nous avions affirmé dans notre précédent communiqué.

350Afrique présente ses excuses aux membres de la presse pour ces informations partiellement incorrectes, qui ont découlé d’une regrettable et excessive simplification des informations disponibles, partagées dans le but de transmettre l'ampleur du changement de politique en jeu.

Nous reconnaissons également que le date de publication de notre communiqué, le 10 décembre, pourrait avoir incité certains membres de la presse à croire que le président avait fait une déclaration officielle sur l'usine de Bargny, ce qui n'est pas le cas.

Le Sénégal annule officiellement sa controversée centrale à charbon de Bargny. © DR
Le Sénégal annule officiellement sa controversée centrale à charbon de Bargny. © DR
DAKAR, Sénégal - Le président du Sénégal Macky Sall a annoncé l'annulation de la centrale à charbon de Bargny conformément aux engagements du pays dans le cadre de l'accord de Paris. Cette annonce a été saluée par les communautés locales et les activistes au Sénégal qui, depuis plus de cinq ans, se sont fermement opposés et ont activement fait campagne contre cette centrale à charbon tout en poussant le gouvernement à investir dans les énergies renouvelables.

En réponse à cette annonce, Landry Ninteretse, chef d'équipe régional de 350Africa.org, a déclaré: « Au cours des trois dernières années, 350.org ainsi que des partenaires locaux et régionaux ont tiré la sonnette d'alarme, révélant les impacts humains et écologiques catastrophiques auxquels les communautés de Bargny, Sendou et Rufisque seraient exposées si le projet se concrétisait. Nous avons dénoncé le rôle de banques telles que la Banque Africaine de Développement, la Compagnie bancaire de l’Afrique de l’Ouest (CBAO) et la Banque Néerlandaise de Développement (FMO), qui avaient financé le projet.  Cette décision confirme que l’appel des communautés affectées et celui de la science appelant à l'arrêt des combustibles fossiles doivent être entendues par les gouvernements. Le Sénégal a maintenant une chance de s'engager sur une voie différente et propre vers un développement centré sur la durabilité et la justice»

L'annulation de ce projet charbonnier intervient après une succession de pannes techniques, de difficultés financières et de conflits entre actionnaires qui avaient paralysé le projet au cours des quatre derniers mois, l’arrêt de l'importation du charbon et provoqué le licenciement de plusieurs travailleurs du projet. Récemment, le Khalife général de Tidianes, l’un des chefs religieux bien respecté dans le pays, a ajouté sa voix en tant qu à celles des communautés et des militants qui se sont mobilisés contre le projet de charbon controversé. 

Mamadou Barry, Directeur Exécutif de Action Solidaire International, a déclaré: « Alors que nous, militants au Sénégal, nous saluons la décision présidentielle, nous nous méfions du “plan de transition” suggéré par le président qui envisage de transformer la centrale du charbon en gaz. Nous nous opposerons également à cette installation gazière car elle est susceptible d'avoir les mêmes effets néfastes sur le bien-être des habitants de Bargny, Sendou et Rufisque.»

L'annulation de ce projet à Bargny est le deuxième grand projet de charbon à être annulé sur le continent cette année, après que le Tribunal National de l'Environnement (NET) du Kenya ait annulé la licence précédemment accordée à Amu Power pour la construction de la centrale à charbon de Lamu. Preuve que le pouvoir du peuple est vraiment imparable et que la résistance aux combustibles fossiles ne cesse de monter.

Par ailleurs, l'annonce par la Banque Africaine de Développement en septembre qu'elle ne financera plus aucun projet de charbon en Afrique démontre une préoccupation croissante et le manque de soutien pour les projets de combustibles fossiles à travers le continent et, plus important encore, le fait que les voix des personnes qui demandent une plus grande action climatique sont maintenant entendues dans les organes et cercles de décision de haut niveau à travers le continent.