Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Le gouvernement togolais poursuit ses efforts pour une meilleure maîtrise de la dette publique


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 23 Décembre 2017 modifié le 23 Décembre 2017 - 08:45


Le président togolais Faure Gnassingbé au Nigeria, le 29 mai 2015. © Sunday Alamba/AP/SIPA
Le président togolais Faure Gnassingbé au Nigeria, le 29 mai 2015. © Sunday Alamba/AP/SIPA
Lomé - En janvier 2017, le taux d'endettement  du Togo tournait autour de 80% du Produit Intérieur Brut (PIB). Une situation qui était devenue préoccupante pour les autorités. Ayant pris la mesure de la chose, le gouvernement togolais a choisi de négocier un programme avec le FMI pour tenter de juguler cet endettement.

Ainsi, un accord a été conclu en janvier 2017 à Lomé avec les services du FMI sur un programme qui a été appuyé par un accord au titre de Facilité Élargie de Crédit (FEC) d'un montant de 238 millions de dollars soit plus de 137,3 milliards de FCFA. 

L'objectif visé par ce programme est de réduire le déficit budgétaire global pour garantir la viabilité de la dette à long terme, recentrer les politiques sur la croissance durable et inclusive à travers des dépenses sociales ciblées et des dépenses d'infrastructures financées de manière judicieuse. De même, ce programme devra permettre de remédier aux faiblesses du secteur financier.

Près d’un an après la mise en œuvre du programme FEC par le gouvernement togolais, les résultats au dire du FMI sont très encourageants. En effet, dans un rapport publié le 18 décembre dernier, l’institution de Bretton Woods a affirmé que les performances réalisées dans le cadre de l’exécution dudit programme ont été bonnes « Tous les critères de réalisation quantitatifs et les mesures préalables, ainsi que quatre des cinq repères structurels ont été observés », a fait savoir le FMI.

Selon l’institution, les autorités togolaises ont entamé l’assainissement budgétaire envisagé : « le déficit primaire s’est amélioré, passant d’une moyenne annuelle d’environ 6 % du PIB entre 2013 et 2016 à un excédent de 1,4 % du PIB au cours du premier semestre de 2017, principalement en raison de la maitrise des dépenses et de l’arrêt des financements peu orthodoxes de projets d’investissement public ». Par ailleurs, prévoit-elle, la dette publique devrait diminuer de son point culminant de 81,5 % du PIB à fin 2016 à 77,3 % du PIB d’ici fin 2017.

Suite à tous ces efforts  réalisés par le gouvernement  dans le but de maitriser sa dette publique, le FMI a décidé de récompenser le Togo en approuvant  à  l’issue de la réunion de son conseil d’administration du 18 décembre 2017 à Washington un décaissement d’environ 20 milliards de FCFA (35, 6 millions de dollars) au titre de la  Facilité Elargie de Crédit. Ce nouveau financement porte à environ 40 milliards de FCFA, le total des décaissements au titre de l’accord d’un montant total d’environ 135 milliards de FCFA. L’enveloppe servira à poursuivre les réformes économiques et financières entreprises par les autorités togolaises depuis le début de l’année 2017.