Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Lutte contre COVID-19 - comment les Africains incarnent le vrai sens du mois de l'Afrique


Alwihda Info | Par Sello Hatang - 27 Mai 2020

Depuis sa création il y a près de 60 ans, l'Union africaine a consacré une journée, et un mois, à l'importance de l'unité entre ses nations. À l'approche de la Journée de l'Afrique, prenons tous un moment pour apprécier l'héritage créé par nos ancêtres et portons leurs espoirs dans l'avenir.


Par Sello Hatang

Des citoyens tchadiens sensibilisent contre la Covid-19 dans un marché de N'Djamena. Illustration © D.H./Alwihda Info
Des citoyens tchadiens sensibilisent contre la Covid-19 dans un marché de N'Djamena. Illustration © D.H./Alwihda Info
Si vous vous êtes déjà demandé pourquoi vous vous sentez si responsable des gens de votre communauté avec la crise COVID-19, sachez que l'esprit d'unité s'est forgé sur notre continent à travers des siècles de lutte contre la colonisation et l'esclavage. Les qualités de l'Ubuntu sont profondément ancrées en Afrique et dans son peuple. Le mois de mai devrait en témoigner. 

Le Mois de l'Afrique est la célébration d'un moment dans le temps où les dirigeants se sont réunis pour créer une organisation le 25 mai 1963. C'était la première du genre, visant à unir les espoirs et les objectifs des dirigeants africains dans plus de 30 pays. Cette organisation est devenue ce que nous connaissons aujourd'hui sous le nom d'Union africaine, et elle continue à défendre les valeurs de la Charte : promouvoir l'unité et la solidarité des États africains et coordonner les efforts en vue d'une vie meilleure pour les peuples d'Afrique. L'UA a été officiellement lancée en juillet 2002, ici même en Afrique du Sud, sous la présidence de l'ancien président Thabo Mbeki. 

18 ans après la présidence de Thabo Mbeki, un autre dirigeant sud-africain est à la tête de l'UA. Nous pouvons regarder en arrière et mesurer les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs promis à ses nations lors de la Journée de l'Afrique. En 2020, plus d'enfants africains que jamais vont à l'école. Le progrès technologique sur le continent a vu l'utilisation croissante des énergies renouvelables et l'invention de produits de portefeuille numériques pour réduire l'écart d'accès financier pour les communautés les plus défavorisées. Nombre de nos économies connaissent une croissance plus rapide que partout ailleurs sur la planète. Nous avons été félicités par le Fonds monétaire international pour avoir créé une toute nouvelle voie de développement, qui a consolidé la place de pays comme l'Éthiopie, le Rwanda, le Ghana, la Côte d'Ivoire, le Sénégal, le Bénin, le Kenya, l'Ouganda et le Burkina Faso dans les dix premières économies mondiales les plus performantes. 

Rien de tout cela n'aurait été réalisé sans les efforts concertés de l'Afrique et de ses dirigeants, même dans les moments les plus difficiles. Aujourd'hui, nous sommes confrontés à un autre moment décisif de l'histoire qui mettra à l'épreuve notre capacité à nous rassembler. La pandémie COVID-19 fait des ravages dans la vie des Africains et exerce une pression considérable sur les systèmes de santé et les économies. La Banque mondiale estime à des dizaines de milliards de dollars les conséquences économiques et sociales de cette pandémie, dont les pertes de production sont estimées à plusieurs dizaines de milliards de dollars cette année. 

À la lumière de cette situation et d'autres répercussions sur le continent, l'Union africaine a inauguré le 8 mai un laboratoire de diagnostic COVID-19 dans son Centre panafricain de vaccins vétérinaires, AU-PANVAC, à Debre-Zeit, en Éthiopie. Les laboratoires du PANVAC, initialement conçus pour tester la qualité des vaccins, ont récemment été mandatés pour commencer la recherche sur le développement d'un nouveau vaccin pour combattre la pandémie mortelle. Il s'agit du premier laboratoire spécialisé de l'Union africaine à recevoir un tel mandat. Alors que nos dirigeants travaillent rapidement à la mise au point d'un vaccin, nous devons nous rappeler pour quoi nous nous battons.

C'est pourquoi la Journée de l'Afrique de cette année est plus importante que nous ne pourrions jamais l'imaginer. C'est maintenant que nous avons besoin du plus fort sentiment d'unité pour surmonter cette crise. Les valeurs ancrées par un groupe de fondateurs pleins d'espoir il y a tant d'années, sont ce qui définira notre capacité à réagir aujourd'hui. C'est notre dévouement les uns envers les autres en tant qu'Africains, dans les meilleurs comme dans les pires moments, qui renforcera notre détermination.  En tant que Sud-Africains, nous aspirons à être connus pour notre générosité et notre pratique de l'Ubuntu. C'est le moment pour nous de montrer ces qualités. Non seulement nous devons être des leaders dans la gestion des crises à l'époque de COVID-19, en relevant les défis techniques et logistiques, mais nous devons aussi faire preuve de leadership en répondant aux besoins de tous ceux qui vivent dans notre pays, en particulier nos populations les plus vulnérables.

Notre pays est devenu un exemple mondial pour la lutte contre le COVID-19. Nous avons réussi à maintenir nos chiffres à un niveau bas, avec une distanciation sociale active et une réponse agressive aux tests d'une manière que nos homologues européens et américains n'ont pas réussi. Le travail de secours d'urgence a vu le meilleur de l'Afrique du Sud, avec une générosité et une résistance à toute épreuve. Tout ce que l'Union africaine a demandé à l'occasion de la Journée de l'Afrique est ce que nous avons vu chaque jour pendant la crise jusqu'à présent. Bien sûr, tout n'a pas été rose. Nous avons vu les profondes fractures de l'inégalité se manifester de manière inquiétante. Des erreurs ont été commises. Le défi est énorme.

Mais nous avons beaucoup à célébrer en ce Mois de l'Afrique. Nous avons constaté ces derniers mois une qualité de leadership national qui est rassurante. Nous constatons un effort intersectoriel vigoureux face à une catastrophe nationale. Et nous avons vu se manifester à la fois l'importance et la capacité du gouvernement à jouer un rôle transformateur essentiel.

Je souhaite à tous ceux qui vivent en Afrique du Sud une heureuse journée de l'Afrique. Puissions-nous nous considérer comme les citoyens d'un continent de plus d'un milliard d'habitants et comprendre que nos intérêts nationaux sont liés à ceux du continent dans son ensemble. Puissions-nous faire plus que parler de l'Ubuntu. Et puissions-nous continuer à viser l'excellence alors que nous sommes confrontés à de multiples défis. 

Sello Hatang est le PDG de la Fondation Nelson Mandela, partenaire de Brand South Africa et partie prenante à long terme. Brand South Africa, l'agence de marketing officielle chargée de gérer l'image et la réputation de l'Afrique du Sud pour la compétitivité mondiale.