Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Mali : des témoignages révèlent l’horreur des tirs sur des manifestants


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 5 Août 2020


Des manifestants à Bamako, au Mali. © DR/Capture d'écran vidéo amateur
Des manifestants à Bamako, au Mali. © DR/Capture d'écran vidéo amateur
« Les forces de sécurité ont tiré à balles réelles sur des manifestants, tuant une douzaine de personnes », nous renseigne un rapport d’Amnesty International.

Les gardes du corps du président de la Cour constitutionnelle identifiés parmi les hommes armés par des témoins et l'implication d'une unité spéciale antiterroriste gouvernementale devraient être étudiés.
 
Des dizaines de témoins de la fusillade de manifestants au Mali le mois dernier ont déclaré à Amnesty International qu'ils avaient clairement identifié certains des auteurs comme étant les gardes du corps de Manassa Danioko, président de la Cour constitutionnelle.
 
En effet, les manifestations du 10 au 12 juillet ont été organisées par le Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), qui manifeste depuis le 5 juin contre la mauvaise gouvernance et la fraude électorale au Mali et a appelé à la démission de Président Ibrahim Boubacar Keita. Les manifestations ont coïncidé avec l'appel à la désobéissance civile lancé par le M5-RFP, mais elles ont été brutalement réprimées par les forces de sécurité à Bamako, la capitale, entraînant la mort d'au moins 11 manifestants et passants, et des dizaines de blessés.
 
Amnesty International a interrogé 41 personnes, dont des témoins des violences, des manifestants blessés, des journalistes, des dirigeants de l'opposition et des fonctionnaires. Des témoins et des familles de victimes ont partagé des récits horribles sur les violences perpétrées par la police à Badalabougou et Sogoninko.
 
« Les rumeurs de l'arrestation du chef du M5-RFP, l'imam Mahmoud Dicko, ont conduit le 11 juillet à une mobilisation de manifestants et d'habitants du quartier de Badalabougou. Certains d’entre eux se sont dirigés vers la maison de Manassa Danioko, non loin de la résidence de Dicko », a déclaré Ousmane Diallo, chercheur sur l’Afrique de l’Ouest d’Amnesty International.

L'organisation a également recueilli des photos et des preuves vidéo des blessures subies par les manifestants, de l'impact des balles sur les bâtiments civils et des affrontements entre manifestants et forces de sécurité, qui concordent avec les témoignages recueillis.
          
Plusieurs des personnes tuées au cours des trois jours de répression n'ont pas été impliquées dans les manifestations. Un jeune de 25 ans, a été la première victime de l'usage meurtrier de la force. C'était un ancien étudiant de la Madrassa qui ne faisait pas partie de la manifestation et qui se trouvait dans une mosquée à environ 300 mètres de l'Assemblée nationale. 
           
La violence s'est intensifié les 11 et 12 juillet, suite à l'annonce que les forces de sécurité prévoyaient d'arrêter l'imam Mahmoud Dicko après avoir arrêté plusieurs autres dirigeants du M5-RFP.
           
Plusieurs témoins ont déclaré à Amnesty International que lors d'une réunion du 11 juillet du M5-RFP, des hommes cagoulés portant des vêtements lourds soupçonnés d'appartenir à FORSAT sont arrivés lourdement armés dans deux bus publics banalisés pour interrompre la réunion.
           
« D'autres témoins ont raconté avoir vu des membres du FORSAT déployés pour arrêter les dirigeants du M5-RFP le 11 juillet. Ils ont également été témoins de lancer un assaut contre la mosquée de l'imam Mahmoud Dicko au cours de la soirée », a déclaré Ousmane Diallo.
           
Dans une lettre officielle datée du 14 juillet adressée au ministère de la Sécurité publique, le Premier ministre a demandé les raisons du déploiement du FORSAT et qui l'a autorisé. Tout en se félicitant de cette évolution, Amnesty International demande que les responsabilités soient clairement établies quant à savoir qui a donné l'ordre aux forces de sécurité de tirer sur les manifestants, lorsqu'ils ne présentaient aucun danger pour eux.
           
Des journalistes ont également été attaqués lors des manifestations. Selon un journaliste, des policiers l'ont empêché de faire son travail alors qu'il recueillait les preuves des mauvais traitements infligés à trois jeunes le 11 juillet. Il a déclaré à Amnesty International que lorsqu'il avait refusé de lui remettre son téléphone portable, des policiers avaient commencé à le frapper avec une matraque sur la tête, dos et hanches. Ils ont pris de force son téléphone portable, supprimé toutes les preuves de leur conduite, l'ont accusé d'être membre du M5-RFP, avant de finalement le laisser partir avec son téléphone portable dénonce l’organisation.
           
Le Comité des droits de l'homme des Nations Unies déclare que « les assemblées pacifiques peuvent jouer un rôle essentiel en permettant aux participants de faire avancer des idées et des objectifs ambitieux dans le domaine public, et d'établir l'étendue du soutien ou de l'opposition à ces idées et objectifs. Lorsqu'elles sont habituées à exprimer des griefs, les rassemblements pacifiques peuvent créer des opportunités pour une résolution inclusive, participative et pacifique des différends. Le non-respect et le non-respect du droit de réunion pacifique sont généralement un signe de répression. »
           
« L’usage meurtrier de la force par les forces de sécurité doit faire l’objet d’une enquête. Les manifestants et leurs familles méritent de savoir qui a autorisé les forces de sécurité à tirer sur eux et leurs proches, et il ne peut y avoir de solution crédible à la crise politique si les droits de l'homme ne sont pas respectés et que justice n'est pas rendue », a déclaré Ousmane Diallo.