Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

RCA : La MINUSCA dénonce des abus des droits de l’Homme et du droit international humanitaire


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 18 Février 2021

Il s’agit principalement des violations graves des droits des enfants, commis au en février 2021 dans le pays, à côté des cas de meurtre, de menaces de mort, de traitement cruel et inhumain, d’attaque contre les casques bleus, et de viols entre autres.


DR
DR
Au total, la Mission a documenté 17 incidents d’abus et de violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, ayant affecté 32 victimes, entre le 9 et le 15 février, ainsi que 18 violations graves des droits des enfants, entre le 5 et le 11.
Au cours de la conférence de presse hebdomadaire, le 17 février dernier à Bangui, le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro, a indiqué que les atteintes aux droits de l’homme et au droit international humanitaire documentées concernent entre autres, « des cas de meurtre, de menaces de mort, de traitement cruel et inhumain, de blessure, d’attaque contre les casques bleus, de viols, attaques contre des écoles et des hôpitaux, mutilation, enlèvement et entrave à l’accès humanitaire ». « Les auteurs sont surtout des groupes armés et les préfectures les plus touchées l’Ouham, la Nana-Gribizi, la Ouaka et le Mbomou », a indiqué le porte-parole de la MINUSCA, ajoutant que des agents de l’État sont parmi les présumés auteurs.

Par rapport aux violations graves des droits des enfants, le porte-parole a indiqué qu’en plus de deux morts, la MINUSCA a documenté sept cas de viols et autres violences sexuelles, quatre attaques contre des écoles, deux attaques contre des hôpitaux et des cas de mutilation et d’enlèvement. Par ailleurs, la Mission a récemment organisé quatre sessions de sensibilisation sur le monitoring et le rapportage des violations graves des droits des enfants, en présence de 92 participants. Dans le cadre de la lutte contre l’impunité, la porte-parole de la Police, le capitaine Mazalo Agba a souligné que les équipes UNPOL, en colocation à la section de recherche et d’investigation criminelle, continuent d’appuyer les forces de sécurité intérieure dans le cadre des enquêtes. « 170 auteurs présumés auteurs d’infractions ont été interpellés cette semaine en RCA », a indiqué la porte-parole.

Au cours de cette conférence de presse, le porte-parole de la MINUSCA a réitéré le soutien de la MINUSCA au processus électoral en cours dans le pays, notamment en termes de sécurisation. Sur le même sujet, la porte-parole de la Police a précisé qu’UNPOL continue de s’activer pour les préparatifs du second tour des élections législatives, avec le renforcement de la capacité opérationnelle des forces de sécurité intérieure.

Faisant le point sur les activités de la Force, le porte-parole militaire, le lieutenant-colonel Aboul Aziz Fall, a noté une situation sécuritaire globalement calme, marquée par un retour des FACA dans plusieurs provinces du pays, « ce qui constitue un facteur d’optimisme pour le chantier de la restauration de l’autorité de l’Etat dans sa composante sécuritaire », dit-il. Concernant les affrontements dans la ville Bambari, le porte-parole de la Force a souligné que conformément à son mandat, les casques bleus assurent la protection des civils « pour éviter qu’ils ne soient pris pour cible » et pour empêcher la fuite d’éléments armés.