Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERVIEW

Tchad - Covid-19 : une équipe de surveillance à Daguessa, frontière avec le Soudan


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 28 Mars 2020

Le délégué sanitaire provincial du Sila, Dr. Abinon Djelamdé, détaille la stratégie pour renforcer la mise en oeuvre des mesures barrières dans la province, afin de prévenir toute propagation de la pandémie du COVID-19.


Le délégué sanitaire provincial du Sila, Dr. Abinon Djelamdé. © Mahamat Issa Gadaya/Alwihda Info
Le délégué sanitaire provincial du Sila, Dr. Abinon Djelamdé. © Mahamat Issa Gadaya/Alwihda Info
Alwihda Info : Bonjour Monsieur le délégué sanitaire provincial du Sila. Quelles sont les mesures prises par la délégation sanitaire pour contrecarrer la pandémie du coronavirus ?

Dr. Abinon Djelamdé : Notre pays le Tchad fait face à cette pandémie. Jusqu'à la date du 26 mars, nous avons noté au Tchad cinq cas de COVID-19 confirmés. Ces cas notifiés ont amené le Gouvernement tchadien à développer diverses stratégies pour arrêter la circulation de cette pandémie. La province du Sila n'est pas du reste, en ce sens que nous aussi, nous avons mis sur pied divers mécanismes pour pouvoir arrêter la propagation de cette maladie. C'est ainsi que, déjà à l'annonce du premier cas le 19 mars, nous avons réactivé notre équipe d'intervention rapide basée dans la province, et dirigée par le médecin-chef de district. Cette équipe est composée de cinq personnes.

Aussitôt avec une équipe du ministère de la Santé publique, nous avons installé une équipe de surveillance au niveau de la frontière, précisément à Daguessa. Par contre, les frontières avec la RCA et le Soudan étant fermées, nous n'avons pas mis d'équipes là-bas.

Le plan de contingence national a été élaboré et nous sommes entrain de nous en inspirer pour ressortir notre plan de contingence. Dans ce plan de contingence que nous allons élaborer, tous les besoins vont sortir. On va tout prévoir pour assurer la prise en charge si éventuellement nous avons un cas de coronavirus.

Nous avons eu aussi, avec Son Excellence Monsieur le gouverneur de la province de Sila, une réunion de sensibilisation, d'information des autorités administratives, des religieux, des partenaires intervenant dans le Sila. A cette réunion, un accent particulier a été mis sur la communication à porter à l'intention de la population.

Des jeunes de Goz Beida en opération de sensibilisation, le 27 mars 2020. © Mahamat Issa Gadaya/Alwihda Info
Des jeunes de Goz Beida en opération de sensibilisation, le 27 mars 2020. © Mahamat Issa Gadaya/Alwihda Info
Quels sont les dispositifs mis en place dans les formations sanitaires ?

Nous avons mis des dispositifs de lavage des mains dans toutes nos formations sanitaires. Nous avons demandé au gouverneur qui a instruit tous les services publics de mettre à l'entrée des dispositifs de lavage de mains. A l'entrée et à la sortie dans ces services, il faut se laver les mains.

Nous sommes entrain aussi de développer d'autres stratégies, notamment l'utilisation de masques, etc. La délégation sanitaire est entrain de mener des actions pour limiter la propagation de cette pandémie dans la province de Sila.

Quelles sont les stratégies développées pour éviter que la population ne cède à la panique ?

Ce que nous savons c'est que cette maladie se transmet d'hommes à d'hommes. C'est une personne qui transmet la maladie à une autre. Ce que nous demandons, c'est de limiter les déplacements. Il faut que les gens soient davantage à la maison. C'est dans ce sens que les écoles, lieux publics ont été fermés. Ensuite, faire la prévention en se lavant les mains, en utilisant des gels Hydro-alcooliques, et faire attention à ce qu'on appelle la distance sociale, c'est-à-dire faire de telle sorte qu'il y ait des distances lorsque nous marchons un mètre, deux mètres, pour éviter d'être contaminés. Voilà des mesures barrières que nous développons dans notre province.

Des jeunes de Goz Beida en opération de sensibilisation, le 27 mars 2020. © Mahamat Issa Gadaya/Alwihda Info
Des jeunes de Goz Beida en opération de sensibilisation, le 27 mars 2020. © Mahamat Issa Gadaya/Alwihda Info
Le Gouvernement a adopté une série de mesures qui sont progressivement appliquées par la population. Quel message lancez-vous à la population ?

Pour prévenir cette maladie, ce qui est important à savoir c'est que jusqu'à présent, il n'y a pas un traitement radical, ni un vaccin contre le COVID-19. Même s'il y a des cas, la prise en charge du COVID-19 nécessite beaucoup de moyens alors que nos systèmes sanitaires sont un peu faibles.

Pour éviter le pire, si nous avons un message à donner à la population, c'est de respecter les mesures gouvernementales et se protéger soi-même en faisant l'hygiène, en se lavant les mains, en portant les masques et de faire confiance au personnel de santé. Ces mesures vont nous amener à vraiment réduire la propagation de la maladie.

Propos recueillis par Mahamat Issa Gadaya.