Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : Dr. Attié Djouid Djar-alnabi, poète et défenseur de la non-violence


Alwihda Info | Par Abba issa Fresou - 22 Juillet 2019 modifié le 22 Juillet 2019 - 17:26



Tchad : Dr Attié Djouid Djar-alnabi, poète et défenseur de la non-violence.
Tchad : Dr Attié Djouid Djar-alnabi, poète et défenseur de la non-violence.
Né à N'Djaména, partisan de la non violence active, Dr Attié Djouid Djar-alnabi est membre fondateur de Tchad non violence, de l'Union des poètes tchadiens et de l'Entente des associations culturelles du Tchad. Certifié en animation et pédagogie de groupes et en résolution non-violente des conflits, en France, c'est un homme qui à beaucoup voyagé et qui a le goût de la recherche.

Enseignant chercheur, Dr Attié Djouid Djar-alnabi enseigne la littérature française, l'histoire des civilisations et la traduction. Après avoir été successivement chef de service administratif et de la scolarité, chef de département des lettres modernes, Doyen de la faculté des lettres, arts et sciences humaines (FALASH) à l'Université Adam Barka d'Abéché, secrétaire général de l'Ecole Normale Supérieure de l'enseignement technique à Sarh dans le sud du Tchad, il est actuellement le vice-doyen de la FALASH à l'UNABA.

Fervent défenseur de la non violence, Attié dénonce les maux qui entravent l'évolution des noirs dans ce continent africain.

Dr Attié Djouid Djar-alnabi est écrivain et poète tchadien qui s'est inspiré des règles classiques de la poésie pour écrire ses poèmes dotés des rîmes et des strophes qui sont séparées par les lignes blanches. Il a ensuite été influencé par le modernisme en faisant recours aux vers libres pour son expression.

La poésie de Attié n'est pas la poésie épique d'Homer ni celle de Dubellay, ses vers dont le nombre de syllabe est irrégulier progresse au rythme sautillant, en ayant un souffle chaleureux qui attestera le coeur du lecteur.

Pour écrire son art poétique, Attié a pourtant fait recours aux vers simples afin d'obtenir un effet sonore particulier. Ce sont des vers mêlés tels qu'on les trouve dans les Fables de la Fontaine jouant sur la liberté, la variété et la surprise sans cesse renouvelée. Ce style lui permet de prendre du souffle et d'organiser les séquences hiérarchiques qu'épouse la structure du recueil, avec un langage rythmé, salé, associé sans doute à la musique.

Les Hommes des médias et surtout les quotidiens algériens AL-WATAN le qualifie "du citoyen du monde", LA NOUVELLE RÉPUBLIQUE comme "le pacifique jusqu'au monde de phrases", AL-MINBAR (La tribune) quant à lui : "l'ambassadeur de l'amitié entre les peuples " et au Tchad, le journal LE TEMPS le cite en ce sens :" Attié, prophète de la paix". C'est ne pas tout, l'administration de l'Université l'appelait la Corvée et ses collègues la Légende.

"Si la violence est un paradis, sa finalité sera l'enfer", dit le poète tchadien Attié Djouid dans son recueil "Soleil notre nuit". Étant un partenaire de la non violence, ajoute-t-il dans le même recueil :

"Le poète est un homme qui cherche encore
Pour épanouir les âmes, les esprits, les corps
Là où tout serait futur, présent
Là où s'élève l'emblème du non-violent." P.60


Pour lui, la poésie est un échange entre nous, à un niveau de conscience où les expressions langagières deviennent porteuses d'une signification, à la fois plus lourde, et plus légère que les mots eux-mêmes, et que l'esprit saisit d'emblée, sans traduire.

Le langage poétique ne se laisse pas découvrir de façon simple, c'est un langage codé et bien spécifique. C'est un langage à double sens, une image au double langage. On peut lire dans le fragment de son dernier recueil "Au cinquantenaire", intitulé "Présidentielles" :

"Que Dieu me sauve de cette maladie
Aussi contagieuse que la peste et le choléra
La fièvre des chaises, la pire des épidémies."


Il écrit dans les deux langues (arabe et français).

Attié est l'auteur remarqué de six oeuvres dont :
- Rejet de la violence (Alger 1998) ;
- Le sultan et les Dons (Alger 2000) ;
- Restauration du Destin (Alger 2003) ;
- Soleil Notre Nuit (N'Djaména 2009) ;
- Retour du Tchad (Paris 2010) ;
- Au Cinquantenaire (N'Djaména 2016) qui est son dernier recueil.

Il a également écrit plusieurs articles dans les journaux algériens, français, suisses et tchadiens.



Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 63205229 ; 66304389 ; 63415139 (Bureau N'Djamena)