Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERVIEW

Tchad : Entretien avec Sa Majesté Mahamat Moussa Bézo, chef traditionnel de Sarh


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 14 Décembre 2019 modifié le 14 Décembre 2019 - 21:04

Sa Majesté Mahamat Moussa Bézo, chef traditionnel de Sarh et Haut conseiller au sein du Haut conseil des collectivités autonomes et des chefferies traditionnelles du Tchad (HCCACT) appelle la population de sa circonscription administrative à renforcer la paix et la cohabitation pacifique. Dans un long entretien accordé à Alwihda Info, il revient sur la journée nationale de la prière, la cohabitation pacifique entre les différentes communautés, le recensement de la population en prélude aux élections législatives et l’économie de la ville de Sarh.

Selon lui, Sarh est une ville cosmopolite où vivent plusieurs communautés dans la paix, la tolérance, l’entente et la cohésion sociale depuis toujours. Par ailleurs, il exhorte les chefs des familles et les différents chefs des communautés à prendre leurs responsabilités devant la Nation ; "la paix doit être notre comportement de tous les jours."

Sa Majesté Mahamat Moussa Bézo demande à la population Sarhoise dans son ensemble de conserver jalousement cet héritage légué par les aïeux, qui n’est autre que la culture de la paix, l’esprit de pardon, de tolérance, de la cohabitation pacifique et du bon vivre ensemble.

"Nous exhortons d’ores et déjà la population de notre circonscription en âge de voter, à se faire recenser et à garder soigneusement la carte d’électeur afin d’accomplir leur devoir civique le moment venu ; en tant que fils et filles de Sarh, et en bons citoyens et bonnes citoyennes avertis, ces élections annoncées ne doivent en aucun cas nous diviser ; soyons plutôt soudés, privilégions l’intérêt de notre population en matière de santé, d’éducation, d’eau potable, d’énergie, d’infrastructure, de communication, etc, au détriment de nos intérêts personnels", souligne-t-il.


Tchad : Entretien avec Sa Majesté Mahamat Moussa Bézo, chef traditionnel de Sarh. © DR
Tchad : Entretien avec Sa Majesté Mahamat Moussa Bézo, chef traditionnel de Sarh. © DR
Alwihda Info : Le 60ème anniversaire de la proclamation de la république du Tchad coïncide avec la 5ème édition de la journée des prières, dédiée à la paix, à la cohabitation pacifique et la concorde nationale. En tant qu’influant chef traditionnel dans la partie méridionale du Tchad, quelle est votre réaction ?

Mahamat Moussa Bézo : 
Comme vous le savez, la date du 28 novembre a un double sens, car nous célébrons d’une part le 61e anniversaire de la proclamation de la République du Tchad et, d’autre part, l’édition 2019 de la Journée des prières dédiée à la paix, à la cohabitation pacifique et à la concorde nationale. En notre qualité d’autorité traditionnelle de la ville de Sarh, il est donc de notre devoir de vous entretenir un temps soit peu sur les différents sujets qui animent notre société.

Dites-nous comment les différentes communautés cohabitent à Sahr, dans le Moyen Chari ?

Vous conviendrez avec nous que Sarh est une ville cosmopolite où y vivent plusieurs communautés dans la paix, la tolérance, l’entente et la cohésion sociale depuis toujours. Malheureusement, nous constatons ces derniers temps quelques recrudescences des conflits çà et là entre des individus ou bien encore entre des élèves d’un même établissement, c’est ce qu’on appelle communément violences en milieux scolaires. Nous déplorons et condamnons avec fermeté ces genres d’agissements qui mettent à mal le vivre ensemble tant prôné par le Gouvernement de la 4e République ; nous exhortons les chefs des familles et les différents chefs des communautés à prendre leurs responsabilités devant la nation ; la paix doit être notre comportement de tous les jours. Nous profitons de cet instant pour demander à la population Sarhoise dans son ensemble de conserver jalousement cet héritage légué par nos aïeux, qui n’est autre que la culture de la paix, l’esprit de pardon, de tolérance, de la cohabitation pacifique et du bon vivre ensemble.

Comment Sahr se prépare à accueillir le recensement électoral en prélude aux élections législatives ?

Il n’est un secret de polichinelle que les recensements de la population -en prélude aux élections législatives et communales- se pointent à l’horizon, et notre circonscription ne sera pas du reste ; nous exhortons d’ores et déjà la population de notre circonscription en âge de voter, à se faire recenser et à garder soigneusement sa carte d’électeur afin d’accomplir son devoir civique le moment venu.

En tant que fils et filles de Sarh, et en bons citoyens et bonnes citoyennes avertis, ces élections annoncées ne doivent en aucun cas nous diviser ; soyons plutôt soudés, privilégions l’intérêt de notre population en matière de santé, d’éducation, d’eau potable, d’énergie, d’infrastructure, de communication, etc, au détriment de nos intérêts personnels. Nous encourageons la presse dans son ensemble, publique comme privée, de continuer à éduquer et sensibiliser la population sur l’importance de la paix et du bon vivre ensemble, surtout à l’approche des échéances électorales.

Aux autorités administratives civiles et militaires, à leur tête le gouverneur de la province du Moyen Chari, le Général de division Abadi Sayir Fadoul et surtout aux forces de défense et de sécurité qui veillent nuit et jour sur la population et leurs biens, nous leur disons merci, et leur demandons de continuer sur la même lancée car la paix n’a pas de prix.
 
Comment se porte l’économie de Sarh notamment à travers le secteur de transport et l’usine de production du sucre ?

Pour ce qui est de l’aspect économique, il est de notre devoir de féliciter le Gouvernement de la République du Tchad, à travers le ministère du Commerce, pour la levée de la taxe TVA, ce qui a permis à la Compagnie Sucrière du Tchad (CST/Banda), de liquider son stock de sucre à un prix abordable pour pouvoir relancer sa campagne sucrière 2019-2020 dans des bonnes conditions ; également, au nom de notre population toute entière, nous tenons à remercier les responsables de la CST/Banda pour avoir rappelé la centaine d’employés qui étaient mis aux chômages pendant la période de crise.

Comment se porte la nouvelle société textile du Tchad ?

La Nouvelle Société Textile du Tchad (NSTT) basée à Sarh, tarde à ouvrir ses portes pour des raisons que nous ignorons. Toutefois, nous encourageons les négociations en cours entre le Gouvernement et le groupe OLAM pour un démarrage rapide des activités de ladite société. Elle contribuera, sans nul doute,  à la création d’emplois et à la réduction du chômage des jeunes diplômés sans emplois qui vivent dans la ville de Sarh et ses environs.

Et la CotonTchad Société Nouvelle ?

Vous conviendrez avec nous que les installations de la CotonTchad Société Nouvelle de Sarh sont vieillissantes, c’est pourquoi nous encourageons le groupe OLAM à accélérer les travaux de réhabilitation des bâtiments et d’extension de l’usine d’égrenage de Sarh. Ainsi, nous souhaitons bonne récolte aux cotonculteurs de Sarh et une bonne campagne cotonnière 2019-2020 à la ContonTchad SN.

Que pensez-vous du projet de réhabilitation de l’aéroport de Sarh ? 

Le Gouvernement à travers le ministre de l’Aviation civile et l’ASECNA envisage la réhabilitation et l’extension de l’aéroport de Sarh. Tout notre souhait c’est de voir se concrétiser ce projet dans de meilleurs délais, ceci pour l’intérêt général de la population du Moyen Chari.  Par contre, nous déplorons la brusque augmentation des tarifs de vol de la compagnie Tchadia Airlines, le prix du billet Sarh/Ndjamena/Sarh passe du simple au double, c'est-à-dire une augmentation de plus de 100%, sans aucune explication valable de la part de ladite compagnie.

Cette augmentation n’est pas à la bourse du citoyen lambda. Nous plaidons ici la cause de notre population.

Nous saluons au passage les mesures qui viennent d’être prises par le chef de l’Etat son Excellence Idriss Deby Itno relatives à la réduction des taxes d’atterrissage qui auront certainement un impact positif sur les billets d’avion. Vivement que la compagnie Tchadia Airlines puisse revoir ces tarifications en baisse.

Et la prestation de service des deux opérateurs de téléphonie mobile ?

Nous avons deux compagnies de téléphonie mobile, à savoir Airtel et Millicom Tigo qui opèrent dans la ville de Sarh depuis plusieurs années; nous apprécions à leur juste valeur leurs prestations de services et les recrutements, de temps en temps, des jeunes diplômés sans emploi au niveau local par ces derniers; sauf qu’il est important de signaler ici la mauvaise qualité des réseaux (appels/connexions Internet, etc). Les utilisateurs d’Airtel tout comme les utilisateurs de Millicom Tigo vivent au quotidien ces difficultés en matière de communication. Nous tirons ici la sonnette d’alarme, en demandant à ces deux compagnies de téléphonie mobile de revoir leurs systèmes de communication conformément à leurs cahiers de charge.

Comment trouvez-vous la contribution des leaders religieux dans la cohabitation pacifique ?

Nous félicitons le Gouvernement pour l’institutionnalisation d’une Journée de prières dédiée à la paix, à la cohabitation pacifique et à la concorde nationale. Nous saluons également le dialogue inter-religieux qui existe de manière permanente entre les responsables des différentes confessions religieuses vivants à Sarh. Nous les exhortons, encore une fois de plus, à prêcher davantage, toujours et pour tous les jours, afin que notre province du Moyen Chari, en particulier, et le Tchad en général, deviennent un véritable havre de paix.  

Comment la population surmonte les difficultés liées à l’eau et à l’énergie fournies par la SNE et la STE ?

Vous conviendrez avec nous que l’eau et l’énergie sont indispensables pour une grande ville comme Sarh qui compte de nos jours une population estimée à plus de 200.000 habitants. Certes, nous avons des installations de la Société tchadienne des eaux (STE) et la Société nationale d’électricité (SNE) qui desservent la ville de Sarh en eau et électricité. Malheureusement, force est de constater que les tuyauteries en fer reliant la plupart des quartiers de Sarh en matière d’eau datent des années soixante, ce qui fait que l’eau qui coule dans les robinets des différents ménages est pleine de rouilles et serait à l’origine de certaines maladies telles que la fièvre typhoïde, troubles digestifs, etc.

Pour ce qui est de la Société Nationale d’Electricité (SNE), nous constatons des délestages intempestives ces derniers temps, ce qui plonge la ville dans le noir et on observe quelques cas d’insécurité dans certains quartiers. Nous pensons qu’il est grand temps que la Direction Générale de la SNE puisse s’investir d’avantage pour pallier à la question d’approvisionnement en gasoil depuis N'Djamena.

Quelle est votre appréciation par rapport à leurs prestations de service ?

Nous ne pouvons occulter les efforts que ne cessent de fournir les équipes dirigeantes et les techniciens locaux de la STE et du SNE pour assurer le minimum des services à la population.

A l’endroit du Gouvernement et à travers le ministère en charge des eaux et le ministère en charge de l’énergie, qu’ils accordent des subventions conséquentes à la STE et à la SNE, ceci pour le mieux vivre de nos populations qui, pourtant, s’acquittent régulièrement de leurs quittances chaque fin de mois.
 
Votre mot de la fin ?

Pour finir, nous souhaitons à toute la population de Sarh sans distinction et à tous les fils et toutes les filles de la Province du Moyen-Chari, bonne fête de proclamation de la République du Tchad et bonne journée de prières pour la paix.

Propos recueillis par Djimet Wiché.