Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad Numérique : 1700 milliards de FCFA de chiffres d'affaires généré dans le secteur du numérique depuis 1998


Alwihda Info | Par - 11 Juillet 2019 modifié le 11 Juillet 2019 - 01:41


Selon les chiffres avancés par l'organisation du forum, pas moins de 77 milliards de FCFA de chiffre d'affaires en moyenne sont générés chaque année. En 2015, le plus haut chiffre d'affaires jamais atteint fut de 180 milliards de FCFA. Depuis 1998, le secteur du numérique a dégagé un chiffre d'affaires d'au moins 2,5 milliards d'euros alors que le chiffre d'affaires mondial dégagé en 2018 a atteint 54 milliards d'euros.


Tchad Numérique
Tchad Numérique
Du 11 au 13 juillet prochains, le Tchad organise dans sa capitale à l'hôtel Radisson Blu un important évènement tant attendu et préparé qu'est le forum portant sur le secteur numérique. Un premier dans son genre dont l'initiative revient au Ministère des postes et des nouvelles technologies de l'informatique et de la communication (MPNTIC). 
Plusieurs objectifs sont visés dont celui d'établir un bilan, dresser les défis et perspectives à venir vingt (20) ans après la restructuration des secteurs des postes et des télécommunications mais aussi celui de l'inauguration de la fibre optique. Selon les chiffres avancés par l'organisation du forum, pas moins de 77 milliards de FCFA de chiffre d'affaires en moyenne sont générés chaque année. En 2015, le plus haut chiffre d'affaires jamais atteint fut de 180 milliards de FCFA. Depuis 1998, le secteur du numérique a dégagé un chiffre d'affaires d'au moins 2,5 milliards d'euros alors que le chiffre d'affaires mondial dégagé en 2018 a atteint 54 milliards d'euros. A l'heure où les plus grosses capitalisations boursières dans le secteur du numérique sont américaines (Amazon, Apple, Google, Facebook) et chinoises (Baidu, Alibaba), le Ministre des Postes et NTIC, Idriss Saleh Bachar, poursuit ce nouvel objectif sous la quatrième république d'intégrer et d'ouvrir ce nouveau marché du numérique à fort potentiel pour l'ensemble des jeunes start-up tchadiennes. 

La transformation et la transition numérique de certaines activités économiques et entreprises en Afrique a commencé et connaît une croissance à la fois ambivalente et fulgurante dans beaucoup de pays du continent et notamment dans les pays d'Afrique de l'Ouest. Plusieurs Start-up à l'échelle continentale ont réussi à se démarquer et à attirer des investisseurs et particulièrement des fonds d'investissements étrangers, tels que Andela, une pépite siégeant au Nigéria qui forme des ingénieurs et développeurs locaux pour d'importantes entreprises étrangères ou encore la société Jumia, leader du e-commerce en Afrique qui a remarquablement fait son entrée en bourse au "New-York Stock Exchange" ayant atteint un chiffre d'affaires annuel d'au moins 600 millions de dollars. 


 

Comment de nombreuses start-up ont-elles réussies ce pari de la transformation et de la transition du numérique en Afrique ? 

Ces jeunes start-up africaines autrement identifiées comme entreprises porteuses d'innovations, sont avant tout des jeunes citoyens africains ayant le goût du challenge et de l'entrepreneuriat, soucieux de répondre à certains besoins primaires par l'apport et la richesse immense du digital et des nouvelles technologies. Ces besoins identifiés sont à la fois sociales et économiques. Il n'y a plus aucun doute sur l'utilité et la contribution plus que salutaire de ces jeunes initiatives innovantes à la portée de toutes et de tous pour le développement d'un pays dans tous ses domaines. 

La condition sine qua none reste bien évidemment l'accès à internet avec un meilleur rapport qualité-prix. Les pays ouest-africains ayant une avancée certaine et majeure en la matière ont permis à de nombreuses start-up d'éclore afin de proposer leur produits et services innovants à leurs populations locales alors qu'au Tchad, le sujet portant sur la restriction reste en suspens malgré les multiples débats et échanges sur la question dans la capitale tchadienne. Toutefois, les deux plus gros fournisseurs d'accès à internet, Airtel et Tigo, ont revu à la baisse leurs tarifs et redonné aux millions de consommateurs tchadiens un espoir non négligeable sur l'opportunité du numérique tant pour mieux consommer que pour exploiter lucrativement le numérique.  

L'autre problématique majeure qui se pose est celle de l'accès au financement, question qui ne peut être ignorée. 
En effet, de nombreux porteurs de projets au Tchad manquent drastiquement de possibilité pour trouver les financements adéquats au succès de leurs projets. Celà reste indéniablement le parcours du combattant. 
Le Tchad n'ayant pas de marché boursier, seulement deux types de financement restent en théorie accessibles aux jeunes porteurs de projets numériques tchadiens : le financement par emprunt bancaire auprès des banques et le financement par investissement privé au sein du capital social des structures créées à l'effet de supporter le projet innovant en question. Aucun des deux financements n'est réellement accessible aux jeunes porteurs de projets numériques tchadiens. Les attentes en la matière sont nombreuses et réclamées par la jeunesse africaine afin d'accélérer la croissance économique de leurs projets innovants. 

Les frais de constitution juridique d'une société peuvent atteindre près de 600 000 FCFA même pour un capital social peu élevé. Les porteurs de projets débutent majoritairement avec une faible trésorerie ne leur permettant pas d'assurer ces frais et empruntant pour certains la voie de la forme juridique de l'association qui reste aussi fiscalement une aubaine en raison du principe de l'activité non-lucrative. 

A la veille du forum sur le numérique, quelques projets ont retenu l'attention des organisateurs et du public à l'issue d'un concours. Les porteurs de projets suivants ont été présélectionnés pour "pitcher" leurs projets : 
KALAKOOKA GAMES, le tout premier studio de développement de jeux vidéos au Tchad (Abakar Mahamat) ;
SAO CULTURE, magazine en ligne de la promotion de la culture tchadienne (Adoum Oumarou) ;
MUSADALEGAL, plateforme de services juridiques en ligne (Habiba Abdel) ;
235 TALENT, plateforme de coaching et de talents sportifs dans toutes les disciplines (Takya Emmanuel) ; 
BABU, bibliothèque numérique conçu pour les étudiants (Moukthar Ben Ali) ;
KADJA HEALTH, infirmerie scolaire mobile et numérique pour assurer le suivi socio-sanitaire des élèves et étudiants (Mahamat Nour Bigna) ;
SAHEL SERVICE ARCHIVAGE, mise en place de solutions de gestion documentaire (Adia Taouré) ;
DAM BOX, information, sensibilisation et mobilisation permettant aux banques de sang d'augmenter leur stock de sang en vue de diminuer le taux de la mortalité (Mariam Houno Adoum Nassour) ;
CARTO TCHAD, application éducative sur les statistiques et données géographique du Tchad au bénéfice des élèves et étudiants (Adam Mbodou Boukar) ; et
TCHAD CARRIERE : plateforme d'accès à l'information pour les offres d'emploi (Zoumaye Zoua).

L'environnement numérique tchadien présente déjà une belle diversité de start-up tels que :
- Mossosouk, plateforme intermédiaire de e-commerce, 
- SAHITNA, application web et mobile de gestion de santé destinée aux centres de santé communautaire, 
- WenakLabs, incubateur à projets et start-up numériques et organisation d'évènements dont celui du Marathon du Sahel ou encore débat-échanges "Wanassa" avec des personnalités politiques ou économiques tels qu'avec le Ministre des postes et NTIC. 
Sadam Ahmat
Rédaction d'Alwihda Info. En savoir plus sur cet auteur



Dans la même rubrique :
< >