Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : au Mayo Kebbi Ouest, le débat s'invite sur la gestion des ressources et la cohabitation


Alwihda Info | Par Foka Mapagne - 22 Novembre 2019 modifié le 22 Novembre 2019 - 15:38



Tchad : au Mayo Kebbi Ouest, le débat s'invite sur la gestion des ressources et la cohabitation. © Alwihda Info/F.M.
Tchad : au Mayo Kebbi Ouest, le débat s'invite sur la gestion des ressources et la cohabitation. © Alwihda Info/F.M.
La Ligue tchadienne des droits de l'Homme (LTDH) tient depuis ce matin à Pala une journée d'échange sur l'exploitation des ressources naturelles dans la province du Mayo Kebbi Ouest.

Le secrétaire général de la province du Mayo Kebbi Ouest, Yacoub Barka a représenté le gouverneur pour l'ouverture des travaux.

Le coordinateur régional de la LTDH pour le Mayo Kebbi géographique, Outman Abakar Zaïd a souligné que le Mayo Kebbi Ouest partage des frontières avec plusieurs pays voisins et regorge d'une gamme variée de ressources naturelles.

"Cette richesse fait l'objet d'attraction et est à l'origine d'une flux de personnes dans ce carrefour avec comme conséquences les accrochages inter-communautaires. Cette situation a des effets sur la coexistence entre les différentes coutumes, traditions ou religions fragilisées par des entorses à la paix et à la cohabitation pacifique", selon lui.

D'après Outman Abakar Zaïd, les ressources naturelles (eau, bois, terre, etc) conditionnent la vie de l'être humain. Il invite les participants à mettre l'accent sur l'information, la sensibilisation et l'éducation des populations, notamment les jeunes.

Les populations de la province doivent être éduquées à l'accueil de l'autre dans sa différence afin de sauvegarder la paix sociale, ajoute-t-il.

Le secrétaire général de la province du Mayo Kebbi Ouest a indiqué que cette initiative de la LTDH constitue une occasion de promouvoir les valeurs du vivre ensemble autour de la gestion des ressources naturelles. "Les autorités traditionnelles et les collectivités autonomes sont désormais au centre de l'action gouvernementale", a-t-il souligné.

Yacoub Barka attire l'attention de ses administrés sur la destruction de l'environnement, l'exploitation des ressources minières et les occupations anarchiques des terres. Il exhorte les participants -constitués des chefs traditionnels et religieux et des représentants d'ONG et projets- à élaborer des stratégies communes de documentation et d'action à mener ; à échanger autour de la problématique du foncier et à mettre en place un comité de veille.



Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 63205229 ; 66304389 ; 63415139  (Bureau N'Djamena)