Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : des policiers suspendus pour faciliter la délivrance des passeports, CNI et visas


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 13 Juin 2019 modifié le 13 Juin 2019 - 13:10



Des policiers à Ndjamena au Tchad. © REUTERS/Moumine Ngarmbassa
Des policiers à Ndjamena au Tchad. © REUTERS/Moumine Ngarmbassa
N'DJAMENA - Le ministre de l'Administration du territoire, de la Sécurité publique et de la Gouvernance locale, Mahamat Abali Salah, a annoncé, lundi, une série de mesures après une descente au commissariat central, au sein de la direction générale de la police.

Au cours de la descente de la délégation ministérielle qui s'est déroulée en présence du directeur général de la police nationale, le ministre Mahamat Abali Salah a visité successivement le centre de production et d'obtention des cartes d'identité nationale et des passeports, la direction de l'immigration et de l'émigration, et la sous-direction de protection des mineurs et de lutte contre les atteintes aux mœurs et au genre.

"Nous avons constaté que malheureusement, il y a des circuits qui ne sont pas propres. Nous avons trouvé des gens qui ont fait leur demande depuis 2018 et qui n'ont pas reçu leur carte. D'autres qui ont fait en 2019 et qui trouvent les cartes. Il peut y avoir des difficultés techniques mais nous avons constaté à part ça qu'il y a un circuit très long, superposé. Vous entrez pour le recensement, après il y a une commission qui contrôle, puis une autre commission, jusqu'à la livraison. Nous pensons que c'est très lourd. Nous avons donné des instructions fermes à la direction générale", a déclaré Mahamat Abali Salah.

Une série de mesures

Plusieurs mesures ont été annoncées pour faire face aux retards dans la délivrance des documents de voyage et visas, notamment la suppression des différentes commissions qui s'interposent, la suspension des responsables de ces services, la mise en place de circuits courts pour les usagers, et l'interopérabilité avec l'Agence nationale des titres sécurisés (ANAT), organe désormais en charge de la production des cartes d'identité et autres documents.

"Pourquoi votre service prend-t-il du retard dans la délivrance des cartes ?", s'est interrogé le ministre qui a déploré l'existence d'un réseau opaque "soutirant de l'argent aux paisibles citoyens". Pourtant, les responsables des services concernés assurent qu'il s'agit d'un "problème technique".

D'après le ministre, l'ANAT est "déjà mise en place" et "doit désormais s'occuper des cartes d'identité et autres documents".

"Nous avons déjà mis en contact (les services de la police, ndlr) et nous avons suspendus tous les responsables de ces services pour que dès maintenant, avec l'ANAT, ils commencent à produire les cartes avec des circuits très courts et très nets, avec le prix de 10.000 Francs CFA", a-t-il expliqué.

Pas plus de 48 heures pour les visas

A la direction de l'immigration, le ministre a également pris des mesures. "Il y a quelque chose qui cloche", a-t-il déploré.

"Les visas ont des retards, parfois monnayés. Nous avons aussi pris des mesures pour que ce service soit traité autrement, avec des circuits courts. Les demandes de visa ne doivent pas prendre plus de 48 heures. Je pense que les dispositions sont déjà prises", a assuré le ministre de l'Administration du territoire, de la Sécurité publique et de la Gouvernance locale.



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 23 Août 2019 - 21:48 Tchad : une opération de salubrité à Goz Beida