Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : "il est temps que les choses changent", estime le PRET


Alwihda Info | Par Mahamat Abdramane Ali Kitire - 14 Décembre 2019 modifié le 14 Décembre 2019 - 09:00



Tchad : "il est temps que les choses changent", estime le PRET. © Alwihda Info
Tchad : "il est temps que les choses changent", estime le PRET. © Alwihda Info
Le Président du Parti pour le rassemblement et l’équité au Tchad (PRET), Me. Bongoro Théophile a organisé vendredi une cérémonie marquant le premier anniversaire de la rentrée politique de son parti et le lancement officiel de ses activités politiques pour l’année 2019-2020. L'évènement axé sur le thème de "l'alternance en marche", a eu lieu au siège du parti à Chagoua dans la commune du 7ème arrondissement.

Le PRET a appelé le parti au pouvoir à organiser un dialogue inclusif avec tous les partis politiques pour la bonne conduite des futures échéances électorales.

« Le président de la République est encore dans son mandat né d’une consultation électorale fortement contestée, notre parlement et nos communes sont occupés par des personnes payées sur nos ressources mais qui ne répondent plus de nous, pour un plein mandat entièrement gratifié. Le contrôle de l’action Gouvernementale par un Parlement quasi monocolore a occasionné la mise sous le boisseau des droits et libertés des citoyens par les institutions censées les garantir », a déploré Me. B. Bongoro Théophile.

Le président du parti estime qu'il est "temps que les choses changent après 30 ans de tâtonnement, d’injustice, de faiblesse socioéconomiques, de corruption, et de copinage".

Il dénonce « un Etat de fait qui a conduit les citoyens innocents en prison tandis que les coupables (sont) restés en liberté, c’est le cas du secrétaire général de la Convention tchadienne de défense des droits humains Mahamat Nour Ibedou, rajouté à la gestion approximative de l’assassinat de Bonheur, le détournement des deniers publics, les injustices, etc ».

Selon lui, « pour parvenir à ce changement face au climat politique délétère dans lequel baigne notre pays et face au blocage politique actuel, il faut passer par un dialogue national inclusif pour sortir pacifiquement le Tchad de la grave crise multidimensionnelle à laquelle il est confronté. Le dialogue que nous demandons avec insistance et la transition qui doit en découler sont aujourd’hui les seuls moyens efficaces pour triompher les crises et permettre aux tchadiens d’écrire ensemble dans un climat apaisé une nouvelle page de leur histoire ».



Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 63205229 ; 66304389 ; 63415139  (Bureau N'Djamena)