Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : la société civile se mobilise en faveur des victimes d'Hissein Habré


Alwihda Info | Par Freeman Djido​ - 10 Juin 2019 modifié le 11 Juin 2019 - 06:47



Tchad : la société civile se mobilise en faveur des victimes d'Hissein Habré. © Alwihda Info
Tchad : la société civile se mobilise en faveur des victimes d'Hissein Habré. © Alwihda Info
Après la condamnation de Hissein Habré et de ses complices, les victimes n'ont pas été indemnisées jusqu’aujourd’hui. Elles attendent désespérément la réaction du gouvernement tchadien qui tarde à venir. Aujourd’hui, ces dernières sont soutenues par les Organisations de la Société Civile qui ont conjointement organisé avec elles une journée de solidarité ce lundi 10 juin 2019 au siège de l’Association des victimes des crimes de Hissein Habré, sis au quartier Chagoua.

Ce matin, à tour de rôle, les membres des Organisations de la Société Civile et les victimes de crimes de Hissein Habré tous confondus ont fait un sit-in devant le siège de l’Association des victimes de crimes de Hissein Habré.

Cette innombrable foule à majorité avancée en âge et très fatiguée tenait en main des pancartes sur lesquelles l’on peut lire : « absent de réparation, la torture continue ; payer impérativement notre argent ; arrêtez de torturer les victimes de DDS »

A midi, à travers un point de presse, les Organisations de la Société Civile ont jugé inadmissible et inacceptable la situation que vivent les victimes de crimes de Hissein Habré. Ainsi, elles demandent aux citoyens tchadiens dans leur ensemble de se mobiliser afin que les voix des victimes soient entendues.

Les Organisations de la Société Civile, parties prenantes de l’initiative de la journée de solidarité, dénoncent l’oubli, le silence et l’indifférence de l’Etat tchadien vis-à-vis de la situation des victimes de crimes de Hissein Habré.

Des victimes d'Hissein Habré à N'Djamena. © Alwihda Info
Des victimes d'Hissein Habré à N'Djamena. © Alwihda Info
Les défenseurs des droits humains interpellent le gouvernement et en particulier le Président de la République sur leur responsabilité à garantir l’application des décisions de la justice, conformément aux dispositions de la constitution de la République.

Les organisations de la Société Civile informent l’opinion nationale et internationale que cette journée de solidarité inaugure une série d’actions visant à soutenir les victimes dans leur quête de justice.

« Seule une justice bien rendue pourrait favoriser la réconciliation entre les Tchadiens et assurer ainsi une cohésion sociale durable », indiquent les Organisations de la Société Civile.

En prélude de cette journée, les victimes venant de N’Djaména et de l’intérieur du pays ont passé la nuit de dimanche 9 juin au sein du siège de leur Association, bravant ainsi les moustiques et les insectes.