Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
CULTURE

Tchad : le Chari-Baguirmi à l'honneur au Festival Dary


Alwihda Info | Par Mbainaissem Gédéon - 31 Décembre 2021

N'Djamena - Le Chari-Baguirmi, un ancien poste administratif (PA) devenu une province, présente ses potentialités culturelles et artistiques au Festival Dary.


Pour ce festival, chaque province est identifiée par la case construite en contre plaqué, équipée d'objets d’arts et culturels. La province du Chari-Baguirmi, comme les autres provinces, à travers ses danses Mandala, Djebol, Koumigo et Wadabé, a attiré un bon nombre de visiteurs.

La danse Koumigo est une danse uniquement féminine. Les femmes sont vêtues d'habits traditionnels. Ces dernières s’alignent en file indienne et dansent à tour de rôle.

D’après le point focal de Chari Baguirmi, Amsissane Lamana, les danses Mandala, Djebol et Koumigo sont masculines et féminines. Les danseurs sont habillés en tenues traditionnelles à des occasions de fêtes, baptêmes, mariages ou réjouissances. Les jeunes filles et garçons s’alignent derrière les adultes afin de les imiter et s’initier à la tradition.

En ce qui concerne les instruments, l'on découvre des tam-tams fabriqués en peau de vache. Trois batteurs les attachent autour du cou, dans le sens vertical du corps. Sans oublier les flûtes à main tenues par des hommes qui soufflent au rythme de tam-tams. La danse est accompagnée des cris de réjouissance. Les instrumentistes sont des personnes âgées de 50 à 60 ans, habillées en uniforme de couleur chocolat.

La province a d’autres potentialités comme les fruits de jujubiers, les céréales, l'exploitation des peaux d’animaux et d’autres produits vivriers.