Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : les députés déplorent des "réalisations non visibles"


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 20 Décembre 2018 modifié le 20 Décembre 2018 - 10:31



Des députés à l'Assemblée nationale au Tchad. © DR
Des députés à l'Assemblée nationale au Tchad. © DR
Les députés ont adopté ce mercredi 19 décembre deux projets de lois, portant respectivement création de l’Institut de Recherche en Elevage pour le Développement (IRED) et l’Ecole Nationale des Techniques de l’Elevage (ENATE).

Le ministre de l'Elevage et des Productions animales, le ministre de l'Environnement, de la Pêche et de l'Eau et le ministre de la Production, de l'Irrigation et des Equipements agricoles étaient présents à l'Assemblée nationale pour défendre l'adoption des projets de loi et rappeler la politique du gouvernement.

Un troisième projet de loi portant ratification de l’ordonnance n°43 du 31 août 2018 portant orientation agro-sylvo-pastorale et halieutique n’a pas fait l’unanimité. Les députés de l’opposition ont réclamé le retrait de cette ordonnance et sa réintégration sous-forme de projet de loi. Son adoption a été ajournée à la séance prochaine.

Le gouvernement souhaite mettre en place ces structures de recherche et de formation afin de renforcer les secteurs de l'agriculture et de l'élevage.

Au cours de cette plénière, les parlementaires ont évoqué les défaillances dans le fonctionnement du laboratoire de Farcha, l'inspection de la viande sur le marché, l'existence de laboratoires clandestins, la question de l'eau, les conflits agriculteurs-éleveurs et la réalisation du complexe de Mandala.

Des députés ont estimé que les réalisations ne sont pas visibles sur le terrain. Ils ont demandé aux ministères en charge de ces projets de faire le suivi afin de pouvoir évaluer les résultats.

La ministre en charge de l'agriculture, Lydie Beassemda a affirmé la volonté de son département mais a demandé le soutien des parlementaires pour la modernisation du secteur de l'agriculture.

Le président de l'assemblée nationale, Haroun Kabali a relevé que la question de la terre et celle des ressources naturelles posent beaucoup d'interrogations. Il a demandé aux députés de réfléchir sur des solutions liées à ces difficultés.