Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : renforcement de la cohabitation pacifique entre éleveurs et agriculteurs


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 15 Avril 2019 modifié le 15 Avril 2019 - 22:40



Tchad : renforcement de la cohabitation pacifique entre éleveurs et agriculteurs. © Alwihda Info
Tchad : renforcement de la cohabitation pacifique entre éleveurs et agriculteurs. © Alwihda Info
Le Réseau des associations pour la paix et la cohabitation pacifique du Logone Occidental (RAPCLO) a organisé ce dimanche 14 avril, au village Bénibo dans la sous-préfecture de Mballa Banyo, situé à 12 km de Moundou, un atelier de formation à l’attention de chefs traditionnels, placé sous le thème : « le rôle des chefs traditionnels dans la gestion des conflits ».

Le RAPCLO vise, à travers cette formation, à apporter sa pierre angulaire à l’édifice de la paix et de la cohésion sociale en vue de renforcer la cohabitation pacifique entre les agriculteurs et les éleveurs, deux communautés qui pourtant constituent les deux mamelles de l’économie nationale.

Le président du RAPCLO, Moussa Alkhali Moussa affirme que son réseau entreprend cette première étape de sensibilisation à l’approche de la saison des pluies pour permettre à ces deux communautés de travailler main dans la main pour une meilleure production et permettre aux tchadiens de mieux produire et vivre de leur économie, des retombées de l’agriculture et de l’élevage.

« La présente formation dont les enseignements et les orientations seront certainement un plus pour vous, chefs traditionnels, dans l’acquittement de vos obligations de baptiseurs de la société, participe de cette dynamique opérationnelle qui est aussi à saluer. Car bien outillés au sortir de cette rencontre, vous êtes capables de relever de nombreux défis liés à vos rôles de chefs traditionnels dans la gestion des conflits dans cette 4ème République et à ceux du Tchad que nous voulons émergeant », a-t-il expliqué.

Pour sa part, le chef de canton Tilo salue cette initiative qui contribue à l’exercice de jeu démocratique. La multiplication de ce genre de formation peut permettre de mettre fin aux conflits intercommunautaires qui ont des conséquences fâcheuses sur la production agricole et pastorale, ainsi que la paix et la cohabitation pacifique dans la province.