Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : situation de crise au HCNC, les membres demandent au chef de l'État d'intervenir


Alwihda Info | Par - 13 Août 2020



Les membres du Haut conseil de coordination pour l'accès au Fonds mondial de lutte contre le SIDA (HCNC) ont demandé jeudi au chef de l'État d'intervenir pour décanter une situation inquiétante. Celle-ci est "créée par des personnes malintentionnées prêtes à mettre en péril l'intérêt suprême du pays et de la population, au moment où des efforts sont conjugués pour éradiquer les trois maladies", a indiqué Abbas Abakar Abbas, président du HCNC, au cours d'un point de presse.

Selon lui, après l'élection de l'ancienne équipe dirigeante en mars 2019, les membres du bureau du HCNC ont constaté des manquements graves.

"Ils ont attiré l'attention du bureau à plusieurs reprises sur la gestion des ressources financières et sur sa mauvaise gestion, en vain. Apres plus d'une année, le constant est amer", informe Abbas Abakar Abbas.

Les 2/3 des membres du HCNC, conformément au règlement Intérieur, ont décidé de dissoudre le bureau en Assemblée générale extraordinaire, tenue le 11 juillet 2020 et de suspendre le secrétaire permanent ainsi que le responsable administratif et financier.

"Considérant tous les manquements constates, les membres ont élu un nouveau bureau le 30 juillet 2020 pour gérer la période transitoire jusqu'a la fin de la mandature en cours le 31 décembre 2020. À la surprise de tout le monde, le 12 août 2020, le ministre de la Santé publique et de la Solidarité nationale a convoqué le nouveau et l'ancien bureau, en présence du représentant d'ONUSIDA au Tchad, pour annoncer qu'un acte gouvernemental est en cours pour reformer le HCNC", précise Abbas Abakar Abbas.

Les membres du HCNC se sont réunis en urgence le même jour autour du nouveau bureau pour décrier l'annonce du ministre de la Santé publique. Ils soupçonnent le représentant d'ONUSIDA "d'être de mèche avec l'ancien bureau pour induire les autorités en erreur".

"Le ministère de la Santé publique ne coiffe pas le HCNC", clarifie le président Abbas Abakar Abbas qui évoque des cas de détournements, de mauvaise gestion et de conflits d'intérêt notoires décelés par les membres.

"lIs ont dénoncé l'ancien bureau mais personne ne veut les écouter, même pour vérifier les faits constatés", déplore Abbas Abakar Abbas.
Malick Mahamat
Coordonnateur de rédaction - Téléphones : +(235) 66267667 - 99267667 En savoir plus sur cet auteur



Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 99267667 ; 62883277 ; 66267667 (Bureau N'Djamena)