Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : un projet de réduction de 15% du prix des aliments compromis ?


Alwihda Info | Par - 29 Avril 2019 modifié le 29 Avril 2019 - 23:51



Sur un marché à N’Djamena, au Tchad, en août 2017. XAUME OLLEROS / AFP
Sur un marché à N’Djamena, au Tchad, en août 2017. XAUME OLLEROS / AFP
Dans le cadre de la lutte contre la cherté de la vie qui affecte sérieusement les ménages tchadiens, un projet dénommé "Magasins bénis" a été proposé par un opérateur économique en 2012 au Gouvernement. Le projet pourrait être une véritable alternative pour la population tchadienne, lui permettant de trouver des denrées alimentaires à un prix raisonnable sur l’ensemble du territoire national.

Le concept de "Magasins Bénis" offre une vision large, objective et précise, en prenant en compte la réalité du marché. Il a été proposé au terme d'un travail sérieux, abattu pour perfectionner la présente approche qui est capable de relever plusieurs défis relevant de la responsabilité du secteur public et privé.

Le Gouvernement tchadien et la chambre de commerce ont été instruits la semaine dernière par les hautes autorités de la République d'accompagner Mahamat Nour Abakar, opérateur économique et promoteur du projet pour le lancement officiel des Magasins bénis. Le concept du projet consiste à vendre les produits alimentaires de première nécessité dans toutes les boutiques de la ville de N’Djamena avec une réduction de 15% et à prix fixe partout.

Des milliers de points de vente vont être ouverts dans les dix communes de la capitale tchadienne pour répondre à la satisfaction de 334.000 ménages, avant de s'étendre au reste du pays.

L’annonce du lancement officiel de Magasins bénis devait en principe être faite la semaine dernière à la population par cet opérateur économique, accompagné dans cette démarche par plusieurs membres du Gouvernement instruits pour la circonstance, en vue de lutter contre la cherté de la vie et contenir la spéculation des prix sur le marché à l’approche du mois de Ramadan.

Ce concept permet à chaque consommateur de se rendre dans le magasin le plus proche de chez lui pour se procurer un sac de riz, de la farine, du sucre, de maïs, de la viande ou du poisson avec une réduction de 15% sur le prix initial.

Des obstacles selon le promoteur du projet

Malgré les instructions des hautes autorités qui ont demandé à l’opérateur économique Mahamat Nour Abakar de réveiller ce projet qui séjournait depuis 10 ans dans les tiroirs du Gouvernement, il se heurterait au "refus catégorique" du président de la Chambre de commerce, Amir Adoudou Artine à qui les hautes autorités ont demandé d’accompagner la matérialisation de ce projet dans un bref délai. Pourtant, ce projet est susceptible de réduire la souffrance de la population pendant cette période de conjoncture économique et financière que traverse le pays depuis quelques années.

Mercredi 24 avril 2019, le président de la Chambre de commerce a invité l’initiateur du projet dans son jardin en dehors de la ville de N’Djamena, dans une forêt déboisée pour le sommer, soit de lui proposer un pot-de-vin ou de lui vendre le projet, d'après Mahamat Nour Abakar. Le promoteur du projet dit avoir été "séquestré par trois membres de la famille du président de la Chambre de commerce pendant plus de trois heures de temps" pour le contraindre à lâcher le projet Magasin bénis ou le situer sur sa position.

« Le président de la Chambre de commerce a fait venir un camerounais avec qui on a longuement échangé sur la viabilité du projet. Suite à notre échange, le camerounais a trouvé que le projet est innovateur. J'ai été pris en otage par le président de la chambre de commerce et trois autres membres de sa famille, avant d’être rejoint par le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Oumar Yaya Hissein que je devais rencontrer vers 12 heures pour échanger dans le cadre du projet afin de m’accompagner sur le plan médiatique. J'ai été surpris par l’attitude du ministre de la Communication instruit par les hautes autorités d’accompagner ce projet, qui m’a dit clairement que mon projet ne passera ni à la Télé Tchad ni à la radio tant que je ne ferai pas de concessions avec le président de la Chambre de commerce, en lâchant le projet à son profit ou bien en lui proposant sa quote part. Je me suis montré intransigeant », explique l’initiateur du projet, Mahamat Nour Abakar.

Le 25 avril 2019, une rencontre informelle a lieu à la Chambre de commerce entre son président et les opérateurs économiques à l’insu de l’initiateur du projet Magasins bénis pour présenter un autre projet qui n’est autre qu’un copie-coller du premier.

Le ministre du Commerce, lors d’une rencontre tenue le 27 avril 2019 avec les opérateurs économiques, a rejeté le deuxième projet monté rapidement pour contrecarrer le projet Magasins bénis, dans le seul but de préserver des acquis personnels au détriment de l’intérêt général. Le ministre du Commerce leur aurait dit que conformément aux instructions des hautes autorités, il entend accompagner la matérialisation du projet Magasins bénis pour permettre à la population de souffler.

Souvent, les hautes autorités prennent des mesures salvatrices pouvant contribuer à la diminution de la souffrance de la population. Ces mesures sont mises à rude épreuve par ceux qui sont chargés de la mise en oeuvre de ces mesures à cause de l'intérêt personnel. A l’allure où vont les choses, le projet Magasins bénis risque de ne pas voir le jour au cas où les hautes autorités ne rappellent pas à l’ordre certains cadres qui privilégieraient leur intérêt personnel.

Tchad : un projet de réduction de 15% du prix des aliments compromis ?

Tchad : un projet de réduction de 15% du prix des aliments compromis ?

Tchad : un projet de réduction de 15% du prix des aliments compromis ?
Djimet Wiche Wahili
Journaliste, directeur de publication. Tél : +(235) 66304389 E-mail : djimetwiche@gmail.com En savoir plus sur cet auteur