Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Togo : le gouvernement veut rétablir la confiance entre les forces de sécurité et les populations de la Région des Savanes


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 23 Novembre 2019 modifié le 23 Novembre 2019 - 10:01


Togo : le gouvernement veut rétablir la confiance entre les forces de sécurité et les populations de la Région des Savanes. © DR
Togo : le gouvernement veut rétablir la confiance entre les forces de sécurité et les populations de la Région des Savanes. © DR
Lomé - Le gouvernement s’investit afin de restaurer la confiance entre les forces de sécurité et les populations de la préfecture de l’Oti dans la région des Savanes. Une confiance rompue depuis 2017 à la suite de violents affrontements entre les forces de sécurité et une partie des populations de cette localité.

C’est dans cette perspective qu’a été organisée le mercredi 20 novembre 2019 à Mango, à l’initiative du ministère de la sécurité et du PNUD, une rencontre d’échanges qui a réuni les populations de Mango et ses environs et les forces de sécurité de la région. L’objectif de cette réunion est de permettre aux deux entités de se rapprocher, de dialoguer en vue de restaurer la cohésion dans cette partie du pays.

« Il y a de cela deux ans, nous avons connu des moments très difficiles marqués par l’intolérance et des violences qui ont malheureusement engendré des pertes en vies humaines, des blessés. Ce qui a amené les deux entités notamment les forces de défense et de sécurité et les populations à se regarder comme on le dit, en chiens de faïence. Alors le gouvernement ne veut pas croiser les bras. On a décidé de travailler pour que la cohésion revienne », a laissé entendre le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, Gal Yark DAMEHANE.

Selon le ministre, la rencontre vise également à instaurer une étroite collaboration entre les populations et les forces de défense dans le but de lutter efficacement contre le terrorisme qui sévit au Burkina Faso, pays frontalier du Togo.

« Nous avons prévu des échanges que nous voulons sincères et francs. Parce qu’il ne faut pas se tromper. Il faut dire le mal là où il est pour qu’on puisse apporter la solution. Bientôt nous allons rentrer dans une phase électorale, il ne faut pas que les gens viennent chanter pour monter les uns contre les autres, pour inciter les jeunes à la désobéissance, à la violence », a-t-il ajouté.

Le ministre Yark a par ailleurs invité les acteurs politiques à jouer leur partition pour la préservation de la paix et la sécurité. « Mon souhait est que les acteurs politiques jouent aussi leur partition. C’est vrai qu’il y aura des manifestations pacifiques publiques, mais nous ne voulons plus qu’à l’issue de ces manifestations, qu’on nous parle de blessés ou de morts », a-t-il exhorté.

A l’issue des échanges un comité a été mis sur pied. Ce comité composé des chefs traditionnels, des représentants des forces de sécurité et des jeunes de la localité a pour mission de sensibiliser davantage la population sur les comportements à adopter pour préserver la paix avant, pendant et après la présidentielle de 2020.