Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REACTION

Tribune : "la ligne rouge est franchie au Tchad", Dr. Ahmat Yacoub Dabio


Alwihda Info | Par Dr. Ahmat Yacoub Dabio - 28 Mai 2022

"Ce qui s'est passé au nord du Tchad est horrible. Aller jusqu'à immoler des êtres humains, c'est du jamais vu au Tchad", réagit Dr. Ahmat Yacoub Dabio.


Tribune : "la ligne rouge est franchie au Tchad", Dr. Ahmat Yacoub Dabio
Les événements survenus dans le nord du Tchad sont inimaginables. Des conflits intercommunautaires sont fréquents, mais pas jusqu'à immoler un être humain. C’est nouveau pour le Tchad. Des jeunes qui aiment immoler des êtres humains avec lesquels ils vivaient autrefois dans l'enfer de Kouri Bougoudi en quête d'or.

Bien sûr, nous avons vu ces genres de scènes dans certains pays comme en Centrafrique, au Nigeria, à Kousseri au Cameroun en décembre 2021 et puis au Soudan à Ki-rink en avril dernier. Certains pensent même que ce phénomène de violence trouve son origine au Soudan. Au moins 213 personnes ont été tuées au Soudan, à Ki-rink, la ville habitée principalement par la tribu Massalit, qui a été entièrement rasée et brûlée.

Au Tchad, avant 22 mai 2022, nous nous glorifions toujours que le conflit tchadien qui date de six décennies n’a jamais connu de haine du genre tuer et immoler un être humain. Le Tchad est l'un des rares pays au monde où le pardon s'impose, où la victime et le bourreau peuvent vivre ensemble sans incident et sans revanche. Franchement, la ligne rouge est franchie au Tchad et l'État a échoué.

Face au laxisme du gouvernement, il appartient à la société civile de prendre sa responsabilité en déployant un effort pour sensibiliser les uns et les autres sur la vertu de la paix. Il est temps d'envisager ensemble une stratégie de sortie de crise, afin de fournir des outils de sensibilisation et de supervision de la population. Pour ce qui est de l'avenir, les campagnes de sensibilisation, les conférences-débats et la formation doivent avoir lieu dans les villages plutôt que dans les grandes villes.

Enfin, quel que soit l’appartenance tribale de l’auteur de crime, il doit être arrêté et jugé.

Dr. Ahmat Yacoub Dabio
Expert en gestion des conflits
Président du Centre d'études pour le développement et la prévention de l'extrémisme
yacoubahmat@aol.com
WhatsApp : 0023599860817








TRIBUNE & DEBATS