Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Vers la réduction du temps de passage sur le corridor Lomé-Ouaga grâce à l’interconnexion des douanes du Togo et du Burkina


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 30 Mai 2018 modifié le 30 Mai 2018 - 06:10


Un poste de douane au Togo. Crédits : DR
Un poste de douane au Togo. Crédits : DR
Lomé - Depuis ce lundi 28 mai, les systèmes informatiques des douanes togolaises et burkinabè sont interconnectés. C’est le ministre burkinabè en charge du Commerce, Harouna kaboré, qui a procédé au lancement officiel de l’interconnexion des systèmes informatiques douaniers Togo-Burkina lors d’une cérémonie qui s’est déroulée à Ouagadougou, capitale du Burkina-Faso.

Ce projet d’interconnexion des administrations douanières des deux pays, mis en œuvre par l’UEMOA avec le concours financier de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), bénéficie d’un appui technique de la CNUCED qui a fourni le système Sydonia World qu’utilisent les deux douanes. Son coût global est estimé à un peu plus d’un milliard de FCFA.

Réduire le délai des procédures sur le corridor Lomé-Ouaga, où transitent 39% des marchandises importées au Burkina Faso, tel est l’objectif des responsables de l’UEMOA à travers la réalisation de ce tout premier projet d’interconnexion qui va s’étendre bientôt aux autres pays de l’espace.

Aussi, le projet vise à ramener à 2 heures au plus, le temps de passage aux Postes de contrôle juxtaposés de Cinkassé, qui est actuellement de 2-3 jours. En outre, l’effectivité de l’interconnexion des deux douanes devrait permettre de lutter plus efficacement contre la fraude et d’assurer la fiabilité et la transparence des transactions.

Le projet d’interconnexion aura l’avantage également d’éliminer la double procédure de transit sur les corridors internationaux, qui provoque l’arrêt prolongé des camions à la frontière et qui est considérée comme un grand obstacle à la libre circulation des biens dans la région.  C’est aussi l’une des raisons qui ont amené les Etats à s’engager dans l’interconnexion de leurs systèmes informatiques douaniers.