Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REACTION

50 ans l’indépendance ! Où en est-on ?


Alwihda Info | Par Alwihda Info - 22 Janvier 2011

Pour un véritable développement, le tchadien doit pratiquer la culture de la paix, le brassage culturel, la réconciliation de cœur et l’harmonie dans les lieux éducatifs.


1960 est une année mémorable pour les pays africains et  en particulier le Tchad.

 

Dix sept pays africains qui ont accédé à l’indépendance à savoir le Cameroun, le Mali, le Togo, Tchad, Sénégal, République Malgache, le Congo, la Somalie, Benin Niger, la haute volta actuel Burkina Faso, la Cote d’Ivoire, Mauritanie, le Gabon et le Nigéria.

 

 Après l’indépendance du Tchad, le pays n’a connu que la série de violences : guerres, rebellions, à cela vient s’ajouter une série de régimes dictatoriaux comme celui de l’ancien président Hissein Habré, responsable de la mort de 40.000  morts, selon les rapports des organisations des Droits de l’Homme.

 

  L’arrivée du  président Idriss Deby nous a apporté la démocratie et la possibilité de s’exprimer librement.

 

Pour un véritable  développement, le tchadien doit pratiquer la culture de la paix, le brassage culturel, la réconciliation de cœur et l’harmonie dans les lieux éducatifs. 

 

La grande barrière de développement du Tchad est la distinction entre les fils du Tchad (sudiste et le nordiste). 

 

La devise du Tchad qui est Unité-Travail-Progrès, celui-ci qui représente le guide du pays que tous les tchadiens doivent s’unir travailler pour le développement et faire flotter le tricolore tchadien.

 

Le bleu qui  symbolise la liberté et du sable, le jaune représente l’or et la richesse et le rouge prouve que le Tchad est le fruit du sacrifice des hommes.

 

Le premier président Tombalbaye qui a proclamé solennellement le Tchad Etat indépendant et souverain a souligné ceci : « un peuple majeur se fait respecter mais  qu’il n’oublie pas ses devoirs.

 

Devoirs civiques, du travail et de la discipline, devoir de l’honneur, du respect et des amitiés ».

                                                                       

Yo-hounkilam Jules Daniel