Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

Afrique : réconciliation Éthiopie-Érythrée ou l'effet boule de neige !


Alwihda Info | Par ALLATCHI Yaya - 7 Août 2018 modifié le 7 Août 2018 - 07:50


Les initiatives du Premier Ministre Ethiopien qui semblent révolutionnaires ne sont pas sans rappeler, toutes proportions gardées, celles d’un certain Thomas Sankara des années 80 qui, à l’époque avaient suscité beaucoup d’espoirs chez la jeunesse africaine mais qui, malheureusement, ont été coupés courts dans les conditions que l’on connait. 

Outre des mesures très audacieuses internes à son pays, Abiy Ahmed a tout simplement tendu la main de la réconciliation à son frère « ennemi » de 20 ans ! Qui plus est, il a débarqué chez son frère sans préalable ni tabou, ni crainte ni…, ni aucun préjugé, dire que combien étaient tendues les relations entre les deux pays voisins n’est qu’un euphémisme. Ce geste du Premier ministre Ethiopien n’est pas aussi sans rappeler une autre initiative similaire si non plus, vue le contexte de l’époque, d’un autre président africain, bien avant lui, qui débarque lui-même chez son voisin pour lui proposer une paix de brave et ce, après que toutes les tentatives des « pays amis ont échoué ». Cependant, l'actualité a toujours tendance à offusquer les éléments les plus anciens, même s’ils sont inspirateurs parfois, au profit des plus récents, et tant mieux. Car, logiquement, personne ne pourrait s’octroyer le droit de dormir sur ses lauriers et c'est à ce prix que notre Afrique pourrait être pacifiée un jour.

Abiy Ahmed, puisqu’on parle de lui et de son initiative, on le voit au cœur du sommet de la réconciliation entre les peuples voisins du Soudan du Sud. L’initiative de cette rencontre aboutissant à la signature d’un accord de partage de pouvoir entre les belligérants est saluée par l’ensemble de la communauté internationale éprise de paix. Cette noble initiative aurait également pu venir d’un collectif de chefs d’État : « un balai est plus efficace qu’une brindille ».

Quoi qu’il en soit, les peuples d’Afrique, voire du monde entier, souhaitent vivement que l’initiative louable et salutaire partie hier d'Éthiopie sous l’égide d’Abiy Ahmed et qui se répète aujourd’hui au profit du Soudan du Sud fasse boule de neige pour qu’enfin la hache de guerre soit définitivement enterrée en Afrique et dans monde.

ALLATCHI, NDJAMENA TCHAD