Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Afrique subsaharienne : "la prospérité s'est améliorée pour la 11e année consécutive"


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 22 Novembre 2021

L'indice de prospérité 2021 de l'institut Legatum a révélé qu'en Afrique subsaharienne, "la prospérité s'est améliorée pour la 11e année consécutive", le taux d'extrême pauvreté passant de 49,9 % à 42,3 %.


Une petite fille attend de remplir son bidon d’eau dans le village de Kikonka, en République démocratique du Congo (RDC). Photo UNICEF/Olivier Asselin
Une petite fille attend de remplir son bidon d’eau dans le village de Kikonka, en République démocratique du Congo (RDC). Photo UNICEF/Olivier Asselin
Selon l'indice, 40 des 49 pays de la région ont connu une augmentation de leur prospérité depuis 2011, ce changement étant en partie dû à l'amélioration des systèmes de santé de la région où "la couverture de la thérapie antirétrovirale contre le VIH est passée d'à peine 18 % à 61 % au cours des dix dernières années seulement".
 
Malgré la stagnation de la prospérité mondiale pour la deuxième année consécutive, l'Afrique subsaharienne est l'une des deux seules régions à avoir inversé cette tendance en 2021, avec des "progrès modestes mais constants" dans les domaines de la santé, des niveaux de tolérance sociale et des infrastructures.
 
Faits marquants régionaux :
 
La Côte d'Ivoire (120e) a connu la plus grande amélioration de sa prospérité globale de tous les pays du monde au cours de la dernière décennie. Elle a enregistré des améliorations majeures dans tous les piliers, à l'exception de la liberté individuelle et de l'environnement naturel, gagnant ainsi 24 places dans le classement mondial. Elle a particulièrement progressé dans le domaine de la qualité économique depuis 2011, les exportations de produits manufacturés de haute technologie ayant plus que doublé en proportion des exportations totales.
 
L'île Maurice (45e) est la mieux classée de la région pour la prospérité globale, se classant parmi les 50 premiers pour sept des 12 piliers de l'indice.
 
Le Sud-Soudan (167e) est le pays le moins prospère du monde. La guerre et les conflits civils ont constamment troublé ce pays, entraînant un nombre important de réfugiés. On compte près de 200 000 réfugiés au Soudan du Sud par million d'habitants.
 
L'indice de prospérité Legatum 2021 - Résultats mondiaux :
 
Au niveau mondial, l'indice de prospérité Legatum 2021 révèle que "la prospérité a atteint un plateau pour la deuxième année consécutive" et que cela est dû à l'affaiblissement des libertés individuelles, en particulier la liberté d'expression et la liberté de réunion.
 
L'indice identifie que si "COVID-19 a sans aucun doute eu un impact à court terme sur la prospérité", la pandémie n'en est pas la seule responsable. "La dernière décennie a vu la suppression croissante des libertés fondamentales qui sous-tendent la véritable prospérité."
 
Le "principal sujet de préoccupation", où cette suppression a lieu, est la "détérioration continue de la responsabilité politique et de la liberté d'expression et de réunion dans la plupart des régions du monde". Au cours de la dernière décennie, 72% des nations ont vu leur liberté d'expression diminuer.
 
Dans 100 pays du monde, tant la liberté d'expression que la liberté de réunion se sont détériorées au cours de la dernière décennie. Cette situation a des répercussions importantes sur la prospérité mondiale.
 
Les régions :
 
La prospérité globale de l'Amérique du Nord et de l'Europe occidentale s'est détériorée entre 2020 et 2021 et elles ont donc "été les principaux contributeurs au blocage de la prospérité mondiale."
 
L'Afrique subsaharienne continue de connaître des progrès modestes mais constants pour la 11e année consécutive, 40 pays sur 49 ayant vu leur niveau de prospérité augmenter.
 
La seule autre région à avoir amélioré sa prospérité globale est l'Europe de l'Est, qui connaît maintenant des augmentations significatives de sa prospérité depuis cinq ans.
 
Qualité économique et emploi :
 
Entre 2019 et 2021, le monde a connu une forte baisse de sa "Qualité économique" en raison de la pandémie de COVID-19. "La "Qualité économique" reflète un déclin de la capacité de l'économie mondiale à "générer des richesses de manière durable et avec le plein engagement de sa main-d'œuvre."
 
Cela est illustré par le fait que les taux de chômage se sont détériorés dans 158 pays entre 2019 et 2020.
 
Le déclin de la "qualité économique" a été ressenti plus fortement en Occident, le taux de chômage des États-Unis ayant plus que doublé entre 2019 et 2020 ; et l'Europe occidentale ayant connu une contraction de -7,5 % de son PIB par habitant.
 
Toutefois, le rapport note également qu'avant la pandémie, le marché du travail variait considérablement à travers le monde en raison des taux de participation à la population active - affectant à son tour les niveaux de prospérité. La disparité observée au niveau mondial "est due au nombre limité de femmes qui travaillent". Par exemple, "seulement 24 % des femmes participent au marché du travail dans la région MENA, contre 70 % en Europe occidentale."
 
La tendance la plus préoccupante :
 
Plus important encore, l'indice reconnaît que si le plafonnement de la prospérité a été causé - au moins en partie - par les conséquences sanitaires et économiques de la pandémie de COVID-19, il a également été entraîné par "l'érosion préoccupante de bon nombre des caractéristiques fondamentales qui sous-tendent la prospérité".
 
Cela s'explique par une stagnation générale de la "liberté personnelle", une détérioration globale des normes de gouvernance et un déclin de l'environnement naturel :
 
Liberté d'expression et de réunion
 
Les niveaux globaux de "liberté personnelle" ont "plafonné" depuis 2011. Cela mesure les droits individuels, la liberté d'expression et de réunion, l'absence de discrimination légale et les niveaux de tolérance sociale. 
 
La principale raison de cette stagnation est la "détérioration continue de la liberté d'expression et de réunion dans la plupart des régions du monde", en particulier là où la responsabilité politique s'est affaiblie.
 
La liberté d'expression a connu un déclin significatif, 72% des nations ayant connu une détérioration au cours de la décennie depuis 2011, et 100 pays ayant connu un déclin à la fois de la liberté d'expression et de la liberté de réunion dans le même laps de temps. 
 
Le rapport note que les restrictions aux libertés issues des verrouillages COVID-19 ont en fait "renforcé une tendance à plus long terme" plutôt que de sortir de nulle part. Par exemple, dans la seule région Asie-Pacifique, 20 pays sur 29 ont vu leur droit à la liberté de réunion régresser depuis 2011.
 
Ce problème n'est pas exclusif aux nations les moins développées. Bien qu'ils figurent tous deux parmi les 20 premiers pays en termes de prospérité globale, Hong Kong se classe 113e, et Singapour 133e pour la liberté de réunion.
 
Le rapport souligne en outre que "dans l'ensemble de l'OCDE, ces fondements [de la liberté d'expression et de réunion] sont tous en train de s'affaiblir, et ce de manière constante depuis dix ans".
 
Depuis 2011, les trois régions les plus riches de la planète - l'Amérique du Nord, l'Europe occidentale et l'Europe de l'Est - ont connu une diminution moyenne de leur liberté d'expression.
 
Normes mondiales de gouvernance
 
"La nature de la Gouvernance d'un pays a un impact matériel sur sa prospérité. L'état de droit, des institutions fortes et la qualité de la réglementation contribuent de manière significative à la croissance économique, tout comme des gouvernements compétents qui appliquent les politiques de manière efficace."
 
Cependant, entre 2011 et 2021, on a assisté à une "détérioration" mondiale des normes de Gouvernance.
 
Au cours de la dernière décennie, l'Amérique latine et les Caraïbes, la région MENA, l'Amérique du Nord et l'Europe de l'Est ont toutes connu une détérioration de leur qualité de gouvernance. L'Afrique subsaharienne, l'Europe occidentale et l'Asie-Pacifique n'ont connu que des améliorations mineures.
 
Depuis 2018, sur 167 pays, "116 [pays] ont connu soit une détérioration, soit aucune amélioration" de leurs normes globales de Gouvernance.
 
La plus grande raison de ce déclin mondial est qu'il y a eu un affaiblissement des "contraintes de l'exécutif" depuis 2011. Durant cette période, 115 pays ont vu le pouvoir "se centraliser de plus en plus entre les mains des gouvernements".
 
Depuis 2018, 64 pays ont connu une baisse des niveaux de Responsabilité politique, les régions d'Amérique du Nord, de MENA et d'Europe de l'Est ayant enregistré les plus fortes baisses au cours de la dernière décennie.
 
En Europe occidentale, entre 2019 et 2020, près de deux tiers des pays (13 sur 20) ont vu un affaiblissement de leur qualité globale de Gouvernance.
 
Un déclin de l'environnement naturel
 
L'environnement naturel a "un effet direct sur les personnes dans leur vie quotidienne", ainsi qu'un impact sur la "prospérité des générations futures."
 
Malgré les efforts déployés au cours de la dernière décennie pour apporter de réels changements, l'environnement naturel a "connu peu d'améliorations" depuis 2011. Au cours de cette période, seules trois régions ont vu une amélioration de leur environnement naturel et de l'impact qu'il a sur la vie quotidienne des gens - l'Europe occidentale, l'Asie-Pacifique et l'Europe orientale.
 
"Bien que le taux d'émissions de CO2, SO2 et NOx ait diminué en Amérique du Nord et en Europe occidentale et orientale, l'augmentation continue dans d'autres régions signifie qu'au cours de la dernière décennie, les émissions mondiales ont augmenté."
 
Depuis 2011, 81 pays ont connu une détérioration de leur exposition à la pollution atmosphérique.
 
Les efforts internationaux pour lutter contre les émissions "doivent être entrepris d'une manière qui offre une voie vers la prospérité aux nations qui n'ont pas encore dépassé leur phase d'industrialisation."
 
Le Legatum Institute estime que la prospérité se construit lorsque :
 
Les gouvernements prennent des décisions de manière à susciter la confiance et avec intégrité, en respectant la liberté de leurs citoyens ; les nations prospères sont celles où les gouvernements gouvernent avec l'accord du peuple, et où les citoyens prennent leurs responsabilités.
Les décisions économiques sont prises de manière responsable afin de maintenir un environnement favorable à l'emploi productif, à une croissance économique soutenue et au développement personnel.
Les principes de responsabilité personnelle et de liberté vont de pair ; les citoyens sont libres et organisent leur vie en assumant la responsabilité de leur famille et de leur communauté.
Les gens prennent soin de leur propre santé physique et de leur bien-être mental et les soins de santé sont accessibles à tous ; ils ne prennent pas de décisions qui menacent la santé des autres.
 
Le Dr Stephen Brien, directeur des politiques à l'Institut Legatum, a commenté l'étude :
 
"Depuis la chute du mur de Berlin, nous avons assisté à une amélioration rapide de la prospérité dans des nations en pleine transition, inaugurant une nouvelle ère de liberté et d'opportunités. Depuis lors, de nombreuses nations dans le monde ont bâti leur prospérité sur les bases solides de l'État de Droit, de l'ouverture des marchés, du respect des libertés et de la responsabilité personnelle. Mais les premiers signaux d'alarme commencent à clignoter. 

"Les résultats de 2021 montrent que la prospérité mondiale a atteint un plateau au cours des deux dernières années, mais ce n'est pas simplement le résultat de l'impact récent de la pandémie de COVID-19. 

"La détérioration continue de quatre éléments clés entraîne l'érosion des composantes essentielles des sociétés prospères : Les contraintes de l'exécutif, la responsabilité politique, la liberté de réunion et d'association, et la liberté d'expression et l'accès à l'information. Cela devrait tous nous préoccuper.

"La suppression de la liberté de réunion et de la liberté d'expression des personnes commence à conduire à une prospérité limitée et rabougrie.  Si nous voulons poursuivre sur la voie du passage de la pauvreté à la prospérité, les dirigeants du monde entier doivent donner aux individus les moyens et la liberté de tirer le meilleur parti de leurs talents. Il est également essentiel de veiller à ce que les dirigeants soient tenus de rendre des comptes, afin que ceux qui gouvernent le fassent dans le respect des principes de l'État de droit.

"La création de voies durables vers la prospérité exige que nous ne considérions pas nos libertés fondamentales comme acquises. Nous les gaspillons à nos risques et périls."