Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Apatridie : le Tchad invité à élaborer des règles juridiques


Alwihda Info | Par Malick Mahamat Tidjani - 8 Août 2018 modifié le 8 Août 2018 - 18:44



Apatridie : le Tchad invité à élaborer des règles juridiques
Le groupe d'étude et de recherche en média, communication et TIC, Tchad Stratégy Média, en collaboration avec la section protection de la représentation du Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés au Tchad (UNHCR) ont évalué le 31 juillet dernier, au cours d'une formation, la question de l'apatridie et de l'engagement du journaliste dans la prévention des risques d'apatridie au Tchad.

L'apatridie est le statut juridique de la personne humaine qui n'a aucune nationalité d'un pays. Un apatride est l'individu de l'un ou l'autre sexe qui n'a pas une nationalité quelconque. L'apatridie pose des problèmes cruciaux en matière de responsabilité des individus des faits internationaux illicites en particulier et dans les relations internationales en général.

La gestion des conséquences juridiques de l'apatridie dans les États est très délicate car il y a le conflit d'application entre les règles de droit international et de droit national ou interne du territoire sur lequel l'infraction est commise. Tout individu a le droit à une nationalité et ne doit pas en être arbitrairement privé, selon l'article 15 de la déclaration universelle des droits de l'homme des Nation Unies du 10 décembre 1948. Il y a des mécanismes juridique légaux que le Tchad peut mettre sur pied pour bien gérer les apatrides, leurs actes et leurs comportements anti-sociaux.

Les remarques ont montré que certains individus préfèrent volontairement vivre sans nationalité. Pour pallier à cette question relative à la complicité du règlement et de la gestion des conséquences juridiques, sociales, politico-économiques et culturelles de l'apatridie au Tchad, le gouvernement et l'Assemblée Nationale de la République du Tchad doivent élaborer des règles juridiques qui interdisent la résidence des apatrides sur le territoire tchadien et la condamnation de tout individu apatride appréhendé au Tchad. Ainsi est l'ultime solution juridique à la question de l'apatridie qui prévaut dans les pays en général et au Tchad en particulier.