Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Boko Haram : Le Tchad en deuil, Déby va revoir "tout" le dispositif militaire


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 25 Mars 2020



Boko Haram : Le Tchad en deuil, Déby va revoir "tout" le dispositif militaire. © DR
Boko Haram : Le Tchad en deuil, Déby va revoir "tout" le dispositif militaire. © DR
Le Tchad est en deuil après la mort d'au moins 92 de ses soldats dans l'attaque de Boko Haram lundi à Bohoma, au Lac. La base a été "décimée", expliquent des officiers de l'armée tchadienne, mais les soldats tchadiens ont livré une "farouche bataille", résistant pendant environ huit heures de temps, de 4h30 du matin jusqu'à 13 heures.

Une colonne de renforts dépêchée depuis Kaïga Kindjiria à 18 kilomètres par voie terrestre -où se trouve un poste avancé de l'armée-, est tombée dans une embuscade et a dû faire face à l'impraticabilité de la zone, sachant que la garnison militaire ciblée par l'attaque est située sur une île.

Le mode opératoire est typique à Boko Haram : un assaut surprise grâce à des hors-bord, très tôt le matin. L'attaque est revendiquée par la faction d'Aboubakar Shekau, selon une vidéo "horrible" diffusée par leur "Agence Altabayn".

Mardi, après l'enregistrement de son message à la nation, le chef de l'État Idriss Déby s'est immédiatement rendu dans la province du Lac à bord d'un hélicoptère militaire. Il a lui-même annoncé le premier bilan officiel : au moins 92 morts et 47 blessés, tous évacués à N'Djamena et placés "en soins intensifs".

Certaines sources expliquent que ce sont les insurgés de Boko Haram qui se sont retirés d'eux-mêmes. Ils ont détruit 24 véhicules de l'armée dont des blindés qu'ils ne pouvaient emporter avec eux car la zone est impraticable. Ils ont embarqué de l'arsenal militaire (armes, munitions) dans cinq hors-bords, et se sont retirés avec leurs blessés et cadavres.

"C'est une ile qui est complètement encerclée par des hommes armés", explique le chef de l'État, précisant que "nous allons revoir tout notre dispositif pour éviter ce que Bohoma a connu."

Les insurgés de Boko Haram ont profité d'une réduction des effectifs de la base pour mener leur attaque. "Comme vous le savez, cette unité a été dégarnie un peu pour des raisons opérationnelles ailleurs", reconnait Idriss Déby.

Des victimes civiles

Trois civils dont un chef de village ont également été tués au cours de l'attaque.

Un hélicoptère de l'armée qui a tenté de fournir un appui aérien aux troupes au sol a essuyé des tirs et a dû rebrousser chemin.

Le scénario de l'attaque ressemble à celui du camp de Chinagoder au Niger, mi-janvier 2020. Elle avait couté la vie à une centaine de soldats nigériens.

Le Tchad promet une vengeance

Le chef de l'État a décidé de rester à Baga-Sola pour "coordonner personnellement les opérations militaires de riposte", précise la Présidence.

"Je refuse cette défaite, la réplique doit être foudroyante", a-t-il dit.

Sur place, le chef suprême des armée Idriss Déby organise la riposte, en présence notamment du ministre de la défense, du chef d'état-major général des armées, du gouverneur de la province, du directeur général des Services de Sécurité des Institutions de l’État, et d'autres officiers.



Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 63205229 ; 62883277 ; 66267667 (Bureau N'Djamena)