Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

COP 26 : les Africains doivent agir pour protéger les industries pétrolières et gazières


Alwihda Info | Par NJ Ayuk, Président, Chambre africaine de l'énergie. - 4 Novembre 2021

Alors que nous approchons de la fin de l'année 2021 et de la COP26, l'industrie pétrolière et gazière africaine se trouve dans une position précaire.


Comme si les ravages économiques de la pandémie ne suffisaient pas, nous sommes également confrontés à une pression croissante pour réduire notre production de combustibles fossiles et nous tourner vers les énergies renouvelables. De nombreuses grandes entreprises commencent à se désengager des projets pétroliers et gaziers en Afrique en raison des problèmes liés à la transition énergétique.

Mais le pétrole et le gaz restent d'une importance capitale pour répondre aux besoins économiques et énergétiques de l'Afrique, et ce besoin est plus grand que jamais. Nos pays dépendent de la production pétrolière pour leurs revenus et leurs emplois, et le gaz naturel reste un moyen important de réduire la pauvreté énergétique. Il est également essentiel de construire les infrastructures dont nous avons tant besoin pour pouvoir industrialiser et diversifier nos économies. Nous sommes confrontés à des défis de tous ordres. Notre survie économique dépend d'une industrie pétrolière et gazière prospère et gérée de manière stratégique, et les gouvernements africains doivent agir maintenant pour protéger notre industrie et notre avenir.

L'heure tourne
La Chambre africaine de l'énergie a récemment publié ses perspectives 2022, qui décrivent les prévisions du secteur pour l'année prochaine et au-delà. Si le rapport indique des signes de reprise, il signale également la nécessité pour les gouvernements africains d'intensifier leurs efforts pour assurer la santé et la longévité de notre industrie - et la nécessité d'une action encore plus immédiate et décisive dans l'environnement post-pandémique. Pour que notre industrie pétrolière et gazière puisse faire bénéficier la population africaine des avantages d'une transition énergétique juste, nos gouvernements doivent agir rapidement.

Le rapport de l'AEC apporte une nouvelle urgence aux questions qui ont tourmenté notre industrie pendant des décennies. J'ai longuement écrit sur la nécessité de réformer nos politiques fiscales et nos structures réglementaires. Il s'agit notamment de mieux conclure des accords, de réorganiser les réglementations inefficaces et de mettre fin à la corruption, aux violations des droits de l'homme et au nationalisme des ressources. Et dans l'environnement post-pandémique, il est encore plus important d'ajuster la structure de nos transactions pour tenir compte du risque perçu comme plus élevé de faire des affaires en Afrique.

Signes de reprise
Il est encore temps pour les gouvernements africains de prendre l'initiative et de remodeler notre avenir. Les Perspectives 2022 mettent en évidence certains indicateurs positifs pour la période à venir. Mais la fenêtre d'opportunité est petite, et nous devons profiter de chaque tendance à la hausse. En 2021, les prix du brut ont commencé à se redresser et à se stabiliser bien au-dessus des planchers historiques de 2020. Plusieurs grands projets ont été sanctionnés, notamment le champ Cuica exploité par Eni- en Angola, le projet Tilenga exploité par Total Energies sur la côte ougandaise, le développement gazier Sanha lean exploité par Chevron et le projet Kingfisher South exploité par CNOOC. Cette activité a contribué à maintenir les dépenses d'investissement africaines à un montant estimé à 33 milliards USD, légèrement supérieur aux estimations de la fin de l'année 2020.

La demande d'appareils de forage, un autre indicateur de croissance, devrait rebondir de manière significative à partir de 2022, car l'attente d'un prix du pétrole plus élevé contribue à relancer l'activité d'exploration et les programmes de forage pour les projets en cours de développement démarrent. Sur la base des perspectives de prix du pétrole présentées dans le rapport, le potentiel combiné de ces nouveaux projets et de la poursuite des activités d'exploration contribuera à propulser la demande vers les niveaux pré-pandémiques. La conversion du gaz en électricité reste un énorme domaine d'opportunité, qui ne cesse de croître. L'offre et la demande de gaz devraient se redresser après la forte baisse de 2020, et la demande de GNL devrait croître à un taux de croissance annuel moyen de 5 %.

Tous ces éléments laissent présager le début d'un nouveau cycle de reprise et de croissance. Cela dit, la pandémie a provoqué des bouleversements sans précédent sur le marché, et son impact sur notre secteur aura des conséquences considérables dans les années à venir. La reprise sera longue et nous devrons faire face à de nombreux problèmes.

Une nouvelle série de défis
Le rapport de l'AEC estime que le COVID-19 aura coûté à l'Afrique près de 150 milliards USD en dépenses d'exploration et de développement entre 2020 et 2025. Il est clair qu'il est urgent d'agir.
L'un des plus grands défis auxquels notre industrie est confrontée est le déclin des dépenses d'investissement. Les dépenses d'investissement avaient déjà une tendance à la baisse à l'aube de 2020. Même avant la pandémie, l'activité des nouveaux projets ralentissait en raison de la compression générale des coûts et de la difficulté à faire approuver de nouveaux projets.

Le COVID ayant reporté les décisions d'investissement sur de nombreux projets, les dépenses d'investissement devraient rester faibles jusqu'en 2025. L'exploration en amont a également été durement touchée. Les découvertes de 2020-2021 ont été les plus faibles de la décennie. Les perspectives en amont pour 2022 sont plus encourageantes, avec 13 nouveaux puits à fort impact prévus. Mais comme les prix du brut ne devraient pas rebondir avant 2023, des projets continueront d'être reportés ou jugés commercialement non viables, ce qui limitera notre potentiel de croissance. Les investissements en amont des majors devraient diminuer 2022-2025 d'environ 34 milliards d'USD par rapport aux estimations de fin 2020.