Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cameroun : Médecins sans frontières contraint de se retirer


Alwihda Info | Par Olivier Noudjalbaye Dedingar, expert technique, humanitaire et journaliste indépendant. - 11 Octobre 2021

Cette décision est intervenue après une série d'allégations accusant les équipes de l’ONG de soutenir les groupes armés locaux.


Cameroun : Médecins sans frontières contraint de se retirer
Beaucoup a été dit sur les violents affrontements entre les groupes séparatistes et le gouvernement camerounais dans la région du Nord-ouest du pays, ainsi que sur la guerre contre le terrorisme menée dans la région liée au bassin du lac Tchad, où Boko Haram est devenu une épine constante dans la chair à la fois des citoyens innocents du pays pris dans la ligne de mire des escarmouches et du gouvernement qui monte une incursion de plus en plus sanglante au cœur du groupe dans le but d'y mettre fin.

C'est cette réalité qui rend la nouvelle du départ de Médecins Sans Frontières de la région assez bouleversante. Médecins sans frontières (MSF) est une organisation non gouvernementale médicale humanitaire internationale d'origine française, surtout connue pour ses projets dans les zones de conflit et les pays touchés par des maladies endémiques. Depuis 2018, MSF est l'une des rares ONG internationales à offrir des soins médicaux gratuits aux communautés de la région du Nord-Ouest et a géré le seul service ambulancier gratuit 24/7 dans la région. Chaque année, des dizaines de milliers de patients ont bénéficié de son soutien dans une région en proie à la violence.

Le 3 août dernier, le groupe a publié une déclaration annonçant qu'il cessait ses activités au Cameroun et, dans des termes clairs, a rejeté la faute sur le gouvernement. "Nous ne pouvons pas rester plus longtemps dans une région où nous ne sommes pas autorisés à fournir des soins aux gens", déclare Emmanuel Lampaert, coordinateur des opérations de Médecins sans frontières pour l'Afrique centrale. "Malheureusement, nous ne pouvons pas garder notre personnel en veille plus longtemps, nous n'avons donc pas d'autre choix que de retirer nos équipes. Nos équipes avaient fourni des soins médicaux d'urgence et des services ambulanciers gratuits dans la région du Nord-ouest depuis 2018, jusqu'à ce que, en décembre 2020, les autorités camerounaises de la région suspendent ses activités.... Cette décision est intervenue après une série d'allégations accusant nos équipes de soutenir les groupes armés locaux, ce que nous avons constamment et catégoriquement rejeté, tant lors de réunions avec les autorités que sur la place publique. Malgré des mois d'échanges, les autorités ne nous ont pas accordé de reprendre nos activités médicales".

Une déclaration accablante qui n'annonce pas de bonnes nouvelles pour les milliers de personnes innocentes qui sont prises au piège de ce conflit politique. En juin, le ministère camerounais de la Santé a indiqué que près de 30 % des hôpitaux de la région du Nord-ouest ne fonctionnaient plus en raison des attaques séparatistes et que des centaines d'agents de santé avaient fui vers les villes francophones pour se mettre à l'abri. Kennedy Tumenta, coordinateur du Centre de soins intégrés de santés mentales humaines de Babungo, un village du nord-ouest anglophone du Cameroun, a déclaré que le centre fournit des soins psychologiques aux civils que MSF traite et que le départ de MSF signifiait que des milliers de civils pris dans des tirs croisés seraient laissés sans l'aide dont ils ont tant besoin.
"Le retrait de Médecins sans frontières est un revers pour les organisations comme la nôtre qui fournissent des services de santé mentale aux personnes en détresse, en particulier dans cette région, car la crise a accru les difficultés d'accès à certains soins élémentaires. Nous espérons que le gouvernement et Médecins sans frontières trouveront des moyens de résoudre ce problème ", a déclaré Kennedy Tumenta dans une interview accordée à Voice of Africa.

L'action du gouvernement a été vivement critiquée par les acteurs locaux et les observateurs étrangers. Le gouvernement devrait disposer d'un système plus efficace et plus précis pour identifier les menaces pour la sécurité afin d'éviter les fausses accusations et les punitions comme celle infligée à MSF. Les personnes les plus touchées par ce développement sont les pauvres citoyens innocents, qui espèrent que le problème sera résolu à l'amiable et que MSF reprendra ses activités dans la région. Cependant, leur plus grande prière est qu'une fin durable soit apportée au conflit et que la paix puisse régner.

©ALBERT MASIAS/MSF
©ALBERT MASIAS/MSF