Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cameroun/Savi 2016: La relance de la filière avicole en prime


Alwihda Info | Par - 31 Octobre 2016 modifié le 31 Octobre 2016 - 14:40

Le ministère de l’Élevage, des Pêches et des Industries animales et l’Interprofession Avicole du Cameroun travaillent main dans la main, en vue de célébrer l’aviculture camerounaise aux côtés des professionnels internationaux.


L’épizootie de grippe aviaire qui a frappé le Cameroun au mois de mai dernier, a fait perdre à la filière avicole, près de 16 milliards de Fcfa. Cependant, le deuxième salon avicole internationale organisé du 26 au 28 octobre cette année, à l’esplanade du palais des congrès de Yaoundé, sous le thème « Enjeux et défis de l’aviculture camerounaise », est l’une des solutions qui pourrait rapidement favoriser la relance du secteur avicole du Cameroun. Sous l’impulsion du ministère de l’Élevage, des Pêches et des Industries animales (Minepia), accompagné de l’Interprofession avicole du Cameroun (Ipavic), l’accent est mis sur l’assainissement de la filière avicole qui a connue des ravages ces derniers mois par le virus H5N1, en diminuant de 60%, la production des poulets de chairs.
À ce jour, la filière a régressé, entrainant des pertes considérables dans ses activités. « Nous sommes dans une situation très complexe puisque la filière avicole est très touchée à cause de la grippe aviaire qui a percuté de plein fouet, la filière qui était en pleine expansion. Aujourd’hui, la filière est partie d’environ huit millions cinq cent mille pondeuses, à trois millions cinq cents unités. Le tout pour une production annuelle d’environ 52 millions de poulets de chairs avant l’épizootie », explique Blaise Kamdoum, vice-président de l’Ipavic. Pendant les trois jours qu’auront duré ce deuxième salon, près de 150 entreprises nationales et étrangères ont pris part à cette grand’messe qui aura été édifiante. Des participants, chercheurs, éleveurs de volailles, producteurs d’œufs, vétérinaires et experts venus d’Europe et d’Afrique, ont été érigé à travers des expositions et des débats.
Système concurrentiel
Compte tenu des enjeux et défis qui interpellent le secteur avicole au Cameroun et surtout avec les ravages occasionnés par la grippe aviaire, le gouvernement et les acteurs de la filière recherchent des initiatives en vue de sa redynamisation. « Nous avons compris à travers cette crise qu’il y a un problème fondamental. Aujourd’hui, la relance de la filière doit se faire financièrement d’une part, et d’autre part, de façon technique. Nous sommes en train d’élaborer une charte avicole qui pourra réglementer les aspects sanitaires de la filière afin de pouvoir contrôler les épizooties si elles surviennent à nouveaux. Nous sommes en plein dans des pourparlers avec les ministères de l’élevage et de l’économie, afin de mettre sur pieds un développement durable de la filière avicole », rappelle Blaise Kamdoum.
A la clôture de cette plateforme le 28 octobre dernier, le ministre de l’Elevage des Pêches et des Industries animales, le Dr Taïga, a invité tous les acteurs concernés de la filière, à mettre en pratique toutes les propositions qui ont été validées lors des différents débats. L’ensemble de ces propositions permettra de rendre le système avicole plus concurrentiel et avantageux pour leurs entreprises dans l’avenir. En attendant la relance de l’activité avicole, les regards sont déjà rivés vers le prochain salon avicole qui se tiendra en 2018, pour un autre moment d’échanges des intervenants de la chaine.