Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Centrafrique : La santé et la prévention pour accompagner le développement


Alwihda Info | Par Gérard Nga BOUKANGA GONOGUELE - 29 Juillet 2014


Centrafrique : La santé et la prévention pour accompagner le développement
La santé et la prévention pour accompagner le développement. La santé et la prévention doivent être les priorités numéro un dans le pays. Un peuple en bonne santé est un peuple apte pour le travail et un peuple prédisposé à être productif, créatif et épanoui. Le Centrafrique a longtemps été en avance sur les politiques de santé et de prévention en Afrique mais la mauvaise gouvernance politique est passée par là pour reléguer le pays au rang des nations sous équipées et où on meurt faute de soins adéquats ou devant les hôpitaux faute de moyens. Comment comprendre que notre faculté de médecine soit une référence dans le continent pour avoir formé d’éminents médecins et praticiens de la santé et de la prévention de pays comme le Maroc et la Tunisie qui disposent de plateaux techniques médicaux dignes des pays développés ? Ces derniers se permettent même le luxe d’être des destinations privilégiées pour le tourisme médical. Le pays a toujours eu d’excellents managers et formateurs de la santé et de la prévention mais les moyens n’ont pas toujours suivi ou ont été souvent mal gérés. Comment comprendre que les dirigeants (politico religieux) haut placés choisissent toujours d’aller se soigner à l’extérieur sans se préoccuper de la qualité des soins chez nous ? Comment comprendre que d’éminents médecins centrafricains choisissent d’aller exercer à l’étranger fautes de structures adéquates dans le pays ? Il y a un certain nombre de préalables qu’il est cependant important de considérer pour que la santé et la prévention soient érigées en priorité absolue pour notre pays. L’investissement dans un plateau technique médical moderne est une priorité. La modernisation de nos hôpitaux publics et leur dotation en équipement moderne est une nécessité. Les ressources humaines sont disponibles. Certaines spécialités (comme les radiologues, scanner…) doivent être développées La Couverture Maladie Université est une excellente initiative qu’il faut sans retard mettre en place. Cette politique doit accompagner des actions de prévention comme la mise en place de Centre d’Examens de Santé dans chaque chef-lieu de localité dans le pays. Ces centres qui permettront à chaque citoyen recensé par la sécurité sociale de bénéficier d’un bilan de santé gratuit (tous les 4 ans par exemple pour les moins de 50 ans et tous les 2 ans pour les plus de 50 ans). Ces centres d’examens constituent des sources informations médicales importantes pour suivre les épidémies et lutter contre les grandes endémies par la sensibilisation et la prévention. La santé maternelle et infantile doit faire l’objet d’une attention particulière. La vaccination suivie durant toutes les étapes de la vie est un moyen important d’assurer la santé de l’enfant et de l’adulte. L’assainissement, l’hygiène et la propreté sont des éléments importants dans une politique de santé et de prévention. Éradiquer les sources de bactéries et autres moustiques qui prolifèrent dans les eaux usées stagnantes et autres canaux à ciel ouvert. Le pavage, le bitumage des rues et la création d’espaces verts pourront éliminer la présence du sable où se nichent souvent de nombreux parasites et bactéries. Le tri sélectif et le traitement des déchets doit accompagner une bonne collecte des détruits. Des toilettes publiques doivent être généralisées et lutter en même temps contre l’exode rural et la pollution humaine, sonore et de l’air. L’accès à l’eau doit être assuré. Avoir le réflexe de se laver la main régulièrement est un acte de prévention. Les actions de développement durables contribuent à cette politique de santé et de prévention. Tendre vers les voitures propres, favoriser le transport en commun propre, créer des poumons verts dans nos villes sont des actions de nature à améliorer le cadre de vie et la santé des populations. La santé au travail est aussi un élément important à travers des visites médicales d’aptitude. Il est important de rendre nos structures publiques de santé propres et accueillantes. Le misérabilisme, le manque d’entretien, d’hygiène et de propreté qu’on retrouve dans certains hôpitaux est inacceptable. Un hôpital doit être géré comme une entreprise et doit être regardant sur la qualité de l’accueil et des soins mais aussi sur l’hygiène et la propreté des locaux. Lutter résolument contre la malnutrition est aussi une priorité. On ne peut pas être en bonne santé si on assure qu’un seul repas par jour. L’équilibre de l’alimentation est aussi un facteur déterminant. Lutter contre l’alcoolisme, le tabagisme et les drogues constituent des actions importantes de prévention. Promouvoir la pratique sportive tout le long de la vie est aussi un acte de prévention contre les maladies. Chaque structure éducative, de la maternelle à l’université, doit disposer d’une cantine de restauration pour que les apprenants puissent se restaurer et étudier convenablement. La santé et la prévention dépendent aussi pour beaucoup de l’économie, de la recherche, de l’encadrement des tradi-praticiens, de l’aménagement du territoire et de la décentralisation. Le respect des deniers publics et leur bonne gestion sont un préalable indispensable à la réussite de nos politiques de santé et de prévention. Eradiquer la pauvreté en faisant de l’emploi décent une priorité permettra non seulement de retrouver sa dignité mais aussi de pouvoir se soigner convenablement et augmenter son espérance de vieLa santé et la prévention pour accompagner le développement. La santé et la prévention doivent être les priorités numéro un dans le pays. Un peuple en bonne santé est un peuple apte pour le travail et un peuple prédisposé à être productif, créatif et épanoui. Le Centrafrique a longtemps été en avance sur les politiques de santé et de prévention en Afrique mais la mauvaise gouvernance politique est passée par là pour reléguer le pays au rang des nations sous équipées et où on meurt faute de soins adéquats ou devant les hôpitaux faute de moyens. Comment comprendre que notre faculté de médecine soit une référence dans le continent pour avoir formé d’éminents médecins et praticiens de la santé et de la prévention de pays comme le Maroc et la Tunisie qui disposent de plateaux techniques médicaux dignes des pays développés ? Ces derniers se permettent même le luxe d’être des destinations privilégiées pour le tourisme médical. Le pays a toujours eu d’excellents managers et formateurs de la santé et de la prévention mais les moyens n’ont pas toujours suivi ou ont été souvent mal gérés. Comment comprendre que les dirigeants (politico religieux) haut placés choisissent toujours d’aller se soigner à l’extérieur sans se préoccuper de la qualité des soins chez nous ? Comment comprendre que d’éminents médecins centrafricains choisissent d’aller exercer à l’étranger fautes de structures adéquates dans le pays ? Il y a un certain nombre de préalables qu’il est cependant important de considérer pour que la santé et la prévention soient érigées en priorité absolue pour notre pays. L’investissement dans un plateau technique médical moderne est une priorité. La modernisation de nos hôpitaux publics et leur dotation en équipement moderne est une nécessité. Les ressources humaines sont disponibles. Certaines spécialités (comme les radiologues, scanner…) doivent être développées La Couverture Maladie Université est une excellente initiative qu’il faut sans retard mettre en place. Cette politique doit accompagner des actions de prévention comme la mise en place de Centre d’Examens de Santé dans chaque chef-lieu de localité dans le pays. Ces centres qui permettront à chaque citoyen recensé par la sécurité sociale de bénéficier d’un bilan de santé gratuit (tous les 4 ans par exemple pour les moins de 50 ans et tous les 2 ans pour les plus de 50 ans). Ces centres d’examens constituent des sources informations médicales importantes pour suivre les épidémies et lutter contre les grandes endémies par la sensibilisation et la prévention. La santé maternelle et infantile doit faire l’objet d’une attention particulière. La vaccination suivie durant toutes les étapes de la vie est un moyen important d’assurer la santé de l’enfant et de l’adulte. L’assainissement, l’hygiène et la propreté sont des éléments importants dans une politique de santé et de prévention. Éradiquer les sources de bactéries et autres moustiques qui prolifèrent dans les eaux usées stagnantes et autres canaux à ciel ouvert. Le pavage, le bitumage des rues et la création d’espaces verts pourront éliminer la présence du sable où se nichent souvent de nombreux parasites et bactéries. Le tri sélectif et le traitement des déchets doit accompagner une bonne collecte des détruits. Des toilettes publiques doivent être généralisées et lutter en même temps contre l’exode rural et la pollution humaine, sonore et de l’air. L’accès à l’eau doit être assuré. Avoir le réflexe de se laver la main régulièrement est un acte de prévention. Les actions de développement durables contribuent à cette politique de santé et de prévention. Tendre vers les voitures propres, favoriser le transport en commun propre, créer des poumons verts dans nos villes sont des actions de nature à améliorer le cadre de vie et la santé des populations. La santé au travail est aussi un élément important à travers des visites médicales d’aptitude. Il est important de rendre nos structures publiques de santé propres et accueillantes. Le misérabilisme, le manque d’entretien, d’hygiène et de propreté qu’on retrouve dans certains hôpitaux est inacceptable. Un hôpital doit être géré comme une entreprise et doit être regardant sur la qualité de l’accueil et des soins mais aussi sur l’hygiène et la propreté des locaux. Lutter résolument contre la malnutrition est aussi une priorité. On ne peut pas être en bonne santé si on assure qu’un seul repas par jour. L’équilibre de l’alimentation est aussi un facteur déterminant. Lutter contre l’alcoolisme, le tabagisme et les drogues constituent des actions importantes de prévention. Promouvoir la pratique sportive tout le long de la vie est aussi un acte de prévention contre les maladies. Chaque structure éducative, de la maternelle à l’université, doit disposer d’une cantine de restauration pour que les apprenants puissent se restaurer et étudier convenablement. La santé et la prévention dépendent aussi pour beaucoup de l’économie, de la recherche, de l’encadrement des tradi-praticiens, de l’aménagement du territoire et de la décentralisation. Le respect des deniers publics et leur bonne gestion sont un préalable indispensable à la réussite de nos politiques de santé et de prévention. Eradiquer la pauvreté en faisant de l’emploi décent une priorité permettra non seulement de retrouver sa dignité mais aussi de pouvoir se soigner convenablement et augmenter son Esperance de vie.
 
Gérard Nga BOUKANGA GONOGUELE
Membre Fondateur du Collectif Touche pas à Ma Constituion



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 20 Janvier 2021 - 14:26 La Nouvelle Afrique !







TRIBUNE & DEBATS