Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Centrafrique : le huitième accord de paix


Alwihda Info | Par GBANDI Anatole - 5 Février 2019 modifié le 5 Février 2019 - 17:40


Des représentants des groupes armés centrafricains aux pourparlers de Khartoum. © DR
Des représentants des groupes armés centrafricains aux pourparlers de Khartoum. © DR
On les a vus au Soudan, à Khartoum, en costume-cravate, tirés à quatre épingles et sagement assis dans une salle de conférence, qui ressemble à un amphithéâtre pour étudiants sages. On leur donnerait le bon Dieu sans confession.
On les a vus, les seigneurs de guerre centrafricains, les têtes qui ont mis le pays sens dessus dessous, celles qui se sont partagé les richesses du pays au détriment de sa population, et qui sont venus prétendument discuter de la paix qu'il piétine depuis plus de six ans.

On les a vues, les mains qui tirent sur les déplacés et saccagent leurs camps ( Alindao), les mains qui massacrent les civils ( Ippy ), les mains qui en Centrafrique ont porté la violence à son paroxysme.

On les a vues sur leur trente-un, les quatorze rebellions, encore une fois, en costume-cravate, à l'exception de l'une d'elle, les 3R, vêtue de gandoura et enturbannée.

Les voici retranchées derrière des sigles et des acronymes accrocheurs, ronflants, des sigles qui feraient penser à des partis politiques républicains, mais qui cachent en réalité une volonté implacable de détruire tout un pays.

Le pays est presque déjà détruit. Il reste sa population, enfin une populace de bouseux, de petits artisans, de petits pêcheurs, de petits commerçants, de petits fonctionnaires et de chômeurs qui s'accrochent à leur terre, en dépit des massacres, et qui semblent avoir perdu toutes leurs aspirations à la paix et au bonheur.

Elle espérait, cette population sonnée par six ans de tueries et de massacres, elle espérait que la clique des chefs rebelles mobilisée au Soudan, lui laisserait des instants de répit, des heures d'accalmie. Mais c'est mal connaître ces gens : peu leur importait la réunion de Khartoum : ils venaient de subir un revers à Bambari. Et à chaque fois qu'ils prennent une raclée, ils se vengent. Rappelez-vous du massacre de l'église de Fatima. Ils étaient très courageux ce jour-là, pour avoir osé tirer sur des fidèles en prière ! À Ippy, ils sont devenus téméraires, honteusement téméraires en mitraillant des enfants, des femmes et des hommes en deuil.

Cet énième massacre confère à leurs auteurs et à tous les chefs rebelles réunis à Khartoum, leur énième galon d'indignité, de lâcheté et d'infamie.

À quel jeu jouent les groupes armés ? À Khartoum, le mot paix était sur les lèvres de tous les chefs rebelles. Pour épater la galerie, sans doute. Car parallèlement, dix-huit personnes étaient massacrées par leurs séides à Ippy. Alors, à quel jeu jouent les rebelles centrafricains qui viennent de signer un accord de paix au Soudan ? S'ils sont sincères, cet accord tiendra. Mais si, comme je le pense, ils continuent de jouer à leur jeu dangereux de poker menteur, cet accord à leurs yeux, n'est qu'un chiffon de papier. Et ils le feront bientôt savoir, à leur manière.