Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
COMMUNIQUE

Congo: l'Ambassadeur en France, Rodolphe Adada doit être déclaré personna non grata


- 12 Novembre 2017 modifié le 12 Novembre 2017 - 12:42


COMMUNIQUÉ Le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), déjà à l’origine des « Panama Papers », a publié le dimanche 5 novembre 2017 les premières révélations d’une nouvelle enquête, baptisée « Paradise papers ». Il ressort de cette enquête que l'actuel Ambassadeur du Congo en France, Monsieur Rodolphe Adada, détiendrait une fortune cachée évaluée à 800 millions de dollars aux îles caïmans et Belize. Ces faits relevant de la criminalité organisée ne pouvent être tolérés en France. Cela dénote indiscutablement un comportement inadéquat. Par consequent, Monsieur Rodolphe Adada ne devrait plus être autorisé à rester en poste en France. Nous demandons donc aux autorités françaises de prendre la décision diplomatique qui s'impose, c'est-à-dire le déclarer «persona non grata» et le renvoyer immédiatement au Congo. Il convient de souligner qu'en vertu de l'article 9 de la Convention de Vienne sur les Relations diplomatiques de 1961 et de l'article 23 de la Convention de Vienne sur les Relations consulaires de 1963, un État accréditaire a désormais la possibilité, sans avoir à motiver sa décision, de déclarer «persona non grata» un agent qui se trouve sur son territoire. Par ailleurs, l'agent visé par la procédure conserve son statut diplomatique, ce qui l'empêche de tenter de demander l'asile. Cette décision lie l'État accréditant (ou d'envoi) qui est alors tenu de rappeler la personne jugée indésirable et de s'assurer que son départ du territoire soit effectif. Si ce dernier refuse ou omet de mener à bien ses obligations dans un délai raisonnable, l'Etat d'accueil peut refuser de reconnaître la personne concernée en tant que membre de la mission. Parmi les motifs invoqués on retrouve : un comportement inadéquat, dangereux envers la sécurité nationale, ou encore un crime particulièrement grave commis dans le pays d'origine de l'individu considéré «indésirable». Le 11 novembre 2017 Bienvenu MABILEMONO