Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Coopération militaire : Le Tchad et la Turquie signent un accord de Défense


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 28 Février 2019 modifié le 28 Février 2019 - 10:03



Coopération militaire : Le Tchad et la Turquie signent un accord de coopération en matière de Défense. © DR
Coopération militaire : Le Tchad et la Turquie signent un accord de coopération en matière de Défense. © DR
Le Tchad et la Turquie, par la signature de leurs représentants respectifs, ont signé ce mercredi 27 février à Ankara des accords de coopération, notamment dans le domaine militaire. Les accords ont été paraphés par le ministre délégué à la Présidence, chargé de la défense nationale, des victimes de guerre et des anciens combattants, Daoud Yaya Brahim, et le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar. Le directeur général de la réserve stratégique fait partie de la délégation tchadienne.

"Nous venons de concrétiser les derniers accords, trois accords ici, aujourd'hui même, dans la défense, la culture et l'éducation. Nous renforçons les accords qui existent", a déclaré le président Idriss Déby lors d'une conférence de presse avec son homologue turc, peu après leurs entretiens au Palais présidentiel à Ankara.

"A travers ces nouveaux accords, des domaines sont essentiels comme la coopération militaire puisque (la Turquie) a des compétences avérées et aussi peut faire bénéficier le Tchad, pas seulement dans le domaine de la formation, mais aussi dans le domaine des équipements pour permettre au Tchad et à l'armée tchadienne de jouer son rôle aujourd'hui pour faire face ensemble au terrorisme qui écume nos pays", a justifié le chef de l'Etat tchadien.

Lors de la visite du président turc, Recep Tayyip Erdogan en décembre 2017 à N'Djamena, un accord de partage de renseignements a été signé entre les deux pays.

Une équipe restreinte de suivi

Idriss Déby a adhéré à la proposition de son homologue turc de mettre en place une équipe restreinte chargée du suivi des accords pour une mise en oeuvre effective.

"Il me parait judicieux, comme vous l'avez proposé, qu'une équipe restreinte soit mise en place pour le suivi dans l'exécution de ces accords. On a l'habitude de signer des accords mais finalement, je pense, c'est ma conviction, qu'il y a une lourdeur au niveau de l'administration tchadienne qui fait qu'il y a des accords qui sont signés mais qui n'ont pas été appliqués. Cela nécessite un suivi. Un comité léger de suivi peut être essentiel", a expliqué le président du Tchad.