Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

Djibouti: POUR L’AMOUR DE MON PAYS : LETTRE À UN CONCITOYEN


Alwihda Info | Par Alwihda Info - 28 Décembre 2010 modifié le 28 Décembre 2010 - 22:24


 Mr Abdourahman Boreh,
L’être humain dans sa quête de justice et l’idéal d’un monde parfait s’est régi au fil des temps, de lois et de règles, les plus sages d’entre eux aux USA, entre autres, sont définis comme les pères fondateurs de cette nation, pour d’autres comme en France les acteurs de la révolution avec leur déclaration des droits de l’homme et du citoyen, tandis que chez nous en Afrique, nos indépendances ne datant que d’une 60ène d’années, ces sages nous font bien malheureusement encore défaut à ce jour. Si on se réfère à la sagesse et les talents historique de ces êtres qui se sont investis à léguer une partie d’eux-mêmes pour la postérité au nom de la justice et un état de droits, la fonction de guide suprême d’une Nation a été définie être incompatible avec toute ambition autre que celle de servir l’intérêt de la patrie afin d’améliorer le sort des concitoyens à vivre dans l’harmonie. Ainsi, malgré vos qualités de dirigeant d’entreprises, cher concitoyen, force est de constater, vos activités à Djibouti vous attribuent à ce jour des valeurs à l’antipode de ces principes indispensables et nécessaires à ce tournant de l’histoire de Djibouti. Bloch écrivait en 1940, quatre ans avant de mourir, torturé : « Je pense à ceux qui me liront, à mes fils certainement, à d’autres peut-être un jour parmi les jeunes ; je leur demande de réfléchir aux fautes de leurs aînés… » Serge Portelli récemment le 16 mai 2010, s’est penché sur cette pensée de Bloch pour appeler à la vigilance, ainsi disait-il : « Cette demande d’un homme qui a payé de sa vie son combat et sa résistance, il nous faut l’écouter avec d’autant plus d’attention qu’il l’adresse à nous, précisément à nous, à vous, alors qu’il ne sait pas encore ce qui l’attend, même s’il le pressent. Ce à quoi pense Marc Bloch, c’est aux années qu’il vient de vivre, celles qui ont précédé la défaite, d’autres qu’il ne connaît pas encore, le pire du pire à venir. Ce à quoi il nous invite et je vous invite, en très peu de temps, en le faisant sous l’angle de la justice, mais la justice au sens large, c’est à réfléchir à ces années grises, pour éviter qu’elles ne deviennent noires, ou brunes, car nous sommes précisément dans ces années là, dans une de ces zones incertaines de l’histoire, de celles que l’on regarde à posteriori avec d’infinis regrets ou d’immense colère en disant : C’était encore possible et ils n’ont rien vu, ils n’ont rien fait !..... Ces mots sont notamment ceux de ce texte que vous connaissez tous, qui a fini par s‘appeler “Les jours heureux”. Dans les toutes premières phrases du projet à venir, dans la seconde partie, figure la référence aux libertés fondamentales, au respect de la personne humaine, à l’égalité absolue de tous les citoyens devant la loi. Cette référence n’est pas à cette place par hasard, même si les propositions en matière économique et sociale nous font particulièrement vibrer aujourd’hui, même si elles nous paraissent aujourd’hui en 2010 de bien des façons très prémonitoires. Ce texte longuement travaillé nous rappelle qu’après le mot d’ordre du combat, s’impose la nécessité de pouvoir vivre en liberté et garantir enfin, réellement, toutes les libertés. Un droit à la source de tous les autres qui est la condition même de leur existence. Rappelons nous cette évidence, n’ayons pas peur du mot “Liberté” ; prononçons le, nous aussi, aussi souvent que possible, plus souvent qu’il ne faut. C’est un mot magique, qui ne s’use jamais mais qui peut disparaître si on le délaisse, si on ne le met pas comme eux, les Résistants, au début de notre pensée. » Oui, M. Abdourahman Boreh, ainsi la patrie des braves, aujourd’hui, n’a pas juste besoin d’hommes d’affaires comme vous, mais aussi et surtout par-dessus tout, d’hommes de droits épris de libertés et une conscience en paix avec la dignité humaine, choses considérées chez les gens de votre sphère, avides de pouvoirs et d’argents, comme des marques de bienveillances et non comme libertés fondamentales. Certes, vous allez, vous et vos proches me trouver sévère dans cette correspondance à la limite arrogante à vos goûts, mais croyez moi, ce ne sont que les prémisses de ce que je ne pourrais hélas, pouvoir résumer en quelques lignes ; les larmes de ceux qui vous ont subi, votre arrogance et ce comportement du privilégié au dessus des lois que je vous reproche personnellement, comme concitoyen de ce pays. -- Ne peut pas ambitionner à devenir mon président, un homme qui qualifie les Djiboutiens ainsi et je vous cite : « Les Djiboutiens sont tous des fainéants, ils ne peuvent travailler à mon rythme, c’est pourquoi j’importe des asiatiques dans mes entreprises à Djibouti »….Quand on ose tenir ce genre de langage à 70% d’une population au chômage, on ne peut pas dans la foulé prétendre les diriger un jour, à moins que, cette image que vous avez de nous, soit une conviction profonde à laquelle vous prévoyez administrer une médecine encore plus radicale que celle à ce jour enduré par ce peuple et cette pensée ma foi n’est guère rassurante. « Un Djiboutien, le meilleur d’entre eux, ne mérite pas d’être payé plus que 1000 $US par moi. »….Quand on ose limiter les revenus au stricte minimum pour garder le peuple dans la dépendance et la servitude, on ne peut malheureusement aussi prétendre être différent d’IOG, car vous étiez précisément l’expert conseil pour limiter les salaires des emplois au Camp Lemonier, pendant que des Serbes et des Bosniaques aux mêmes postes, chez nous, font 5 fois plus que les Djiboutiens dans ce camp avec des avantages sociaux appréciables auxquels les djiboutiens ne sont point éligibles. -- Ne peut pas ambitionner à devenir mon président : * Un homme qui refuse de payer ses employés, * Déétourner à son compte des projets créateurs d’emplois d’investisseurs étrangers. Dans ces deux derniers cas, les témoignages sont nombreux à Djibouti et à défaut de les nommer tous, je me citerai à la barre personnellement pour avoir été une de vos victimes, M Boreh, entre 2004 et 2008. À moins que votre mémoire soit aussi défaillante que votre conscience, dans ce cas, faites le moi savoir et je vous la rafraîchirai volontiers preuve à l’appui, sinon vous devriez M Boreh, vous rappelez de la Compagnie Américaine Ronco Risk Management et le style digne de la mafia Sicilienne, avec lequel vous avez fais fuir en 2007 ces investisseurs en subtilisant leur projet prometteur et privant par conséquent les djiboutiens de la création de 3000 emplois en 3 ans. Je savais que vous pouviez vous payez un bon programmeur Web et malgré la beauté de votre tout nouveau site qui vient d’accoucher de vos idées pour cette présidentielle, à moins que vous n’ayez aussi payé le contenu comme une pizza 2 pour 1, j’avoue avoir lu et relu votre projet de société en laissant de côté, mes préjugés sur l’homme, malheureusement plus j’en lisais et plus j’y percevais le magnifique reflet du mirage de Madina Al-Nour avec le très joli pont tout en lumière sur la Mer rouge que vous avez concocté pour faire élire votre ancien complice IOG, aujourd’hui devenu votre ennemi, non par conviction politique mais par intérêt. Je sais, je sais cher concitoyen, ceux qui accèdent à la richesse dans la facilité, le favoritisme et la corruption, premier précepte dont-ils jubilent c’est « THE SKY IS THE LIMIT » ou encore « BY ANY MEAN NECESSARY ». Ils ont toujours cette fausse impression de voir partout des étiquettes de prix, mais Djibouti avec tous les potentiels non exploités qu’enfin vous nous confessez sur votre nouveau site, n’est pas à vendre. Pour toutes ces raisons, en mon nom et celui de mon parti le PRIDE, je me permettrai de vous dire, avec tout le respect dû à tout concitoyen, NON MERCI, pas cette fois-ci, pas VOUS et pas dans cette vie, peut être dans un autre espace temporel. Par conséquent, je peux vous garantir que je combattrai votre candidature à la présidentielle d’autant plus que mon peuple a eu à ce jour son lot de duperies, en 77 par des opportunistes de la politique qui nous ont imposé un expatrié de Guérissa, résultat 20 ans de galères ou le nationalisme et la notion de citoyenneté ont été réduis à néant, suivit par l’actuel neveux, encore un autre expatrié, cette fois-ci de Diré-Dawa, qui ayant consumé le restant de notre identité, depuis 12 ans ne cesse de nous tirer vers les bas fonds de la misère, de la manipulation tribale et une explosion sociale en gestation. Le même système en Somali, n’a duré que 30 ans après l’indépendance, cette même calamité semée par leur dictateur ayant trop longtemps été ignorée, le peuple Somalien s’est réveillé un jour sous les bombes, sous la pointe d’un canon, un pays divisé en 3 entités claniques, des millions de déplacés, d’autres juste une toile du HCR pour demeure et sa fait 20 ans que sa dure. Devant ce sombre tableau, pour que votre projet d’un 3ème EXPATRIÉ de Diré-Dawa voit le jour à la fonction suprême de mon pays, faudra nous passer sur le corps M Boreh, chose que je ne permettrai personnellement à aucun primate. Devant cette catastrophe monumentale de la gestion publique, il est temps après 33 ans, de passer le relais à un natif de Djibouti, faire les choses autrement et je peux vous assurez même si je ne suis postulant à ce poste, avec une bonne équipe de vrai patriotes compétents, Dieu merci on est pas en manque dans le domaine, votre projet tel que présenté sur le site en question, sera à peine assez bon pour développer une de nos 5 régions. ( http://djiboutiplan.com/fr/ ) Et à moins que votre expression de l’amour de Djibouti ne soit conditionné au pouvoir suprême, à la corruption, au monopole, aux exclusivités des marchés, les surfacturations, l’exploitation de la main d’œuvre djiboutienne à bas salaire et l’importation d’asiatiques, vous êtes djiboutien au même titre que les autres sauf à la fonction suprême de la Nation, chose pour laquelle on proposera un amendement de la Constitution comme aux USA ou ailleurs, pour que ce siège soit dorénavant réservé aux natifs et mettre un terme à la répétition de l’histoire comme le disait si bien G.S : «Ceux qui ne peuvent se rappeler le passé, sont condamnés à le répéter. » Je vous prie d'agréer, Monsieur Abdourahman Boreh, mes salutations les meilleures en vous souhaitant mes vœux du nouvel an à vous et à vos proches. Bien à vous, Bourhan M. Ali (Alias Abou Amin) Secrétaire Général du PRIDE : PARTI RÉPUBLICAIN pour L'INNOVATION DÉMOCRATIQUE et L'ÉCOLOGIE Ottawa - ON - Canada http://www.facebook.com/PRIDE.DJIBOUTI



1.Posté par AHMED le 29/12/2010 10:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
BOREH EST LE SEUL MEMBRE DE SA FAMILLE A ETRE NE A JIBOUTI .ALORS RACONTE PAS N IMPORT QUOI MR.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Pour poster un commentaire, vous devez utiliser un Email valide. Les commentaires non conformes à la net-étiquette et ou à la loi seront effacés.
En raison d'un nombre important de commentaires non conformes à la net-étiquette et ou à la loi, les commentaires sont désormais soumis aux modérateurs afin d'être vérifiés.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Décembre 2017 - 23:59 Voilà pourquoi les États-Unis soutiennent Israël