Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

Djibouti : éradiquer toutes velléités de résistance...


Alwihda Info | Par Farah Abdillahi Miguil - 27 Août 2019 modifié le 27 Août 2019 - 13:33

"(...). Face à la poussée des mouvements anticoloniaux au lendemain de la deuxième guerre mondiale, l’administration coloniale avait lâché du lest, incorporant au sein des structures de domination une partie de ses auxiliaires autochtones.

Au moment de l’indépendance, ces derniers hériteront littéralement d’un appareil étatique qui, sous le régime colonial, assurait la double fonction de ponction des richesses et de répression de toute velléité contestataire. Sous la houlette des nouvelles élites africaines, la poussée autoritaire s’est accentuée au lendemain des indépendances."
Achille Mbembe.


Farah Abdillahi Miguil, président de l'ODDH. © DR
Farah Abdillahi Miguil, président de l'ODDH. © DR
Dans nos nouvelles démocraties africaines, pardon dans nos nouvelles démocratures, les peuples sont soumis à de plus en plus des méthodes de manipulations de masses afin d’annihiler toutes velléités de résistance ou/et de changement. On cultive la suspicion. On ne fait plus confiance à l'autre. En effet, l'autre est un suspect qu'il faut neutraliser.

L'individu n'existe plus car l'autre est identifié par son appartenance tribale. Sa médiocrité, sa bassesse, sa mesquinerie, ... voire son intelligence, son courage, son honneur,.. doivent trouver une explication dans sa lignée. L'individu comme être moral, indépendant et autonome doit s'effacer face à la primauté du groupe et de la communauté et par ricochet ses actions et ses prises de position doivent se dissoudre dans le collectif.

Par ailleurs, les gouvernements mettent une énergie folle dans l’exacerbation des fausses politiques identitaires qui poussent des populations partageant un même destin à se livrer des rivalités voire des compétitions inutiles et vaines. Une des conséquences désastreuses de cela est la disparition de tout sentiment d’appartenance à un même groupe de destin. Par ces actions, le pouvoir politique poursuit un objectif bien défini : enterrer le vivre-ensemble en leur servant "l'opium identitaire"!

Par ses diverses forces de répressions, une politique basée sur la violence et la brutalité est instaurée. Seuls les quelques privilégiés du pouvoir et leurs acolytes ont le droit de circuler librement tandis que les autres se doivent d’être contrôlés. Pour d'autres, c'est la confiscation voire la privation des documents de voyage ou des passeports par les forces répressives. D'ailleurs, les répressions extralégales systématiques et les représentants de l'Etat visant à émasculer les luttes sociales se multiplient. Des moyens et des efforts gigantesques sont mis en œuvre pour juguler les tentatives de résistance populaire.

Progressivement et insidieusement "les appareils répressifs de l’Etat se sont autonomisés". La police, la gendarmerie, la sécurité nationale et les autres se sont donc peu à peu libérés de tout ordre républicain pour ne se soumettre qu’à celui de leur commandant en chef participant ainsi une cacophonie sécuritaire du pays. Cette nouvelle donne produit à son tour un sentiment permanent d’insécurité palpable par tout citoyen lambda.

A coté de tout cela, les équipes dirigeantes entretiennent chez bien de pauvres l’espoir d'une hypothétique nomination, d’un accès prochain à la richesse et cultivent un ethos individualiste tout à fait en phase avec l’idéologie néolibérale actuelle. Des chaines de dépendances inter « tribales » se créent au fil de l’histoire. Le petit peuple est ainsi lié, enchainé serait plus judicieux, complètement par des pseudos pactes de solidarité. Les chaines de dépendances se sont étendues et pour les dépossédés le poids de la dette sociale est lourd à porter.

Il est temps de se demander vers quel type de citoyen avons-nous évolué depuis les indépendances plutôt que de s’acharner à chercher à savoir quels progrès économiques avons- nous atteint?

Farah Abdillahi Miguil est le Président de l'ODDH, l'Observatoire Djiboutien pour la Promotion de la Democratie et des Droits Humains.



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 13 Septembre 2019 - 23:05 Bolton viré tel un malpropre par le Président Trump