Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Droits de l'homme et transformation en Afrique


Alwihda Info | Par Toyin Falola - 23 Mars 2021

Article d'opinion du professeur Toyin Falola, professeur extraordinaire de droits de l'homme au Centre des droits de l'homme de l'Université de l'État libre.


Toyin Falola. © DR/Wp
Toyin Falola. © DR/Wp
Bien que cela puisse paraître surprenant pour certains, il existe encore une partie de la population mondiale qui nourrit d'étranges postures sur la relation de l'Afrique avec les droits de l'homme. Ils soulèvent des questions telles que "qu'est-ce que l'Afrique, les droits de l'homme et la transformation ont à voir les uns avec les autres ?", "les instruments de transformation des droits de l'homme en Afrique sont-ils des impositions néocoloniales ou le dernier refuge des privilégiés ?" et "la transformation est-elle un objectif souhaitable pour l'Afrique ou un faux-fuyant pour nous faire oublier le vrai travail - la décolonisation ?".

Les droits de l'homme sont vitaux pour l'Afrique 

Les droits de l'homme et la transformation ont une chose en commun avec l'Afrique ou tout autre groupe de personnes partout dans le monde, indépendamment de facteurs tels que la race, le sexe, l'âge, la couleur, la religion - l'HUMANITÉ ! Les Africains sont des HUMAINS, et il est déjà établi que les humains ont des droits, dont beaucoup sont considérés comme inaliénables. C'est d'autant plus vrai que la Déclaration universelle des droits de l'homme (DUDH) a promulgué en 1948 que tous les êtres humains sont libres et égaux, quelle que soit leur couleur, leur croyance ou leur religion. Les droits de l'homme sont donc essentiels pour l'Afrique, comme pour le reste du monde. Cependant, la confusion vient peut-être du fait que le concept des droits de l'homme a été promulgué par les anciennes puissances coloniales, ce qui amène beaucoup de gens à penser qu'il est lié au colonialisme. Cette association des droits de l'homme avec les maîtres coloniaux et, par conséquent, le colonialisme, en tant que l'un de ses vestiges, est principalement responsable de certaines des poses d'ouverture ci-dessus.

Pour commencer, il convient de noter que seuls trois des 54 pays africains actuels ont adhéré à la charte de la DUDH signée en 1948. Les autres y ont adhéré après avoir accédé à l'indépendance. Selon la DUDH, "les droits de l'homme sont le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde. La méconnaissance et le mépris des droits de l'homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l'humanité." Le premier article de la DUDH se lit ainsi : "Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité." L'article suivant élimine complètement les préjugés, les discriminations de toute nature, notamment le genre, la race, le sexe, l'ethnie, la religion, le pays, la culture, l'âge, la couleur, la profession, etc. En bref, les droits de l'homme concernent l'égalité de tous les hommes et leur liberté de vie, de propriété, d'association, de mouvement, d'expression, etc. Étant donné que le colonialisme consiste à refuser la liberté à un pays particulier, on peut se demander comment les droits de l'homme peuvent être considérés comme des impositions coloniales. L'une des questions à se poser est de savoir comment les droits de l'homme profitent exactement aux puissances occidentales/coloniales par rapport à l'Afrique ?

Principes fondamentaux existants et normes pratiquées en Afrique

L'Union africaine, dont tous les pays africains sont signataires, a également promulgué sa propre charte, connue sous le nom de "Charte africaine des droits de l'homme et des peuples". L'objectif de cette charte est de protéger les droits inaliénables des Africains. De même, la CEDEAO dispose d'une cour de justice où les États membres peuvent signaler des cas de violation des droits de l'homme. Les décisions/arrêts de la Cour de justice de la CEDEAO sont contraignants pour tous les États membres. Ce qui précède montre/permet de justifier qu'il ne peut s'agir d'une imposition coloniale lorsque les États africains eux-mêmes acceptent volontairement de renforcer les dispositions relatives aux droits de l'homme avec davantage de chartes et de moyens de mise en œuvre, ce qui fait même "défaut" à la DUDH.

Les instruments des droits de l'homme sont transformateurs, car tout ce qui protège un humain des vices d'un autre préserve également la paix et la justice dans la société. L'absence de garantie des droits signifie qu'un individu pourrait se rendre dans les rues de Washington DC avec un Magnum 99 ou un Baretta, tirer sur tout le monde et retourner dans sa propre base, en tant que personne libre. Cela signifie que la survie ne sera que celle de celui qui est le plus malin et qui a les moyens de rester en vie - la règle de la force. Après tout, là où il n'y a pas de loi, il n'y a pas de péché. Et là où il n'y a pas de péché, la punition n'existe pas. La situation décrite ne fait que régulariser le chaos, le désordre et l'anarchie. Elle entretient un système maintenu par la survie du plus fort.

En outre, les droits de l'homme ne sont pas nouveaux en Afrique et on ne peut pas dire qu'il s'agisse d'un concept occidental, et encore moins d'une imposition coloniale. Dans l'Afrique précoloniale, bon nombre de ces droits modernes étaient exercés, même s'ils n'étaient pas prononcés, explicités ou documentés. La seule différence significative entre cette époque et aujourd'hui est qu'à l'époque, certaines personnes (la famille royale, par exemple) étaient considérées comme étant au-dessus de la loi, alors qu'aujourd'hui, la loi est considérée comme étant au-dessus de tout le monde. Ainsi, personne, pas même les monarques/présidents, ne peut délibérément prendre une vie comme il l'entend. Si, à l'époque, il n'était pas rare que l'on prenne arbitrairement la vie, les biens, etc., ces actes étaient souvent considérés comme des actes de tyrannie. De même, malgré l'affirmation des droits de l'homme aujourd'hui, il existe toujours des actes de tyrannie de la part des dirigeants, similaires ou pires que ceux de la période précoloniale. Par exemple, le gouvernement Buhari au Nigeria, ou l'ancienne administration de Mugabe au Zimbabwe, sont des exemples infinitésimaux où les garanties n'assurent pas totalement la sécurité. Par conséquent, on peut dire que la DUDH et d'autres principes sur les droits de l'homme introduits par l'Occident sont des principes fondamentaux et des normes pratiquées en Afrique avant même la rencontre avec les maîtres coloniaux. Il n'est pas nécessaire d'avoir un professeur pour savoir que prendre la vie d'un autre est mal ou constitue une injustice pour la victime. Il suffit d'être une bonne personne. C'est pourquoi, malgré l'existence de ces chartes, lois, systèmes judiciaires et forces de police, les crimes continuent à se produire. 

Liberté/protection de l'homme de la rue

Les droits de l'homme sont essentiels pour résoudre les conflits sociaux. Le grand avantage et la force du paradigme des droits de l'homme résident dans les valeurs épousées par ses normes, qui sont, par nature, transformatrices. Ces valeurs, inhérentes aux droits de l'homme, sont utilisées par les praticiens du droit, les défenseurs des droits de l'homme et les praticiens de la résolution des conflits pour résoudre les conflits, apportant ainsi à la société les effets transformateurs du droit, de la justice et de l'ordre. C'est particulièrement le cas lorsque les acteurs étatiques souhaitent une résolution complète des conflits qui en découlent. Ce désir est crucial pour la transformation d'une société anarchique qui ne respecte pas la loi et l'ordre en une société où la paix règne en maître, ce qui fait défaut dans de nombreux pays africains, notamment au Nigeria. En effet, la révérence pour les droits de l'homme est sans aucun doute transformatrice.

En outre, voir les droits de l'homme comme le dernier refuge des privilégiés est assez paradoxal en termes pratiques. En d'autres termes, l'objectif des droits de l'homme est d'assurer la liberté et la protection de l'homme ordinaire et des moins privilégiés contre les privilégiés. Ils ne peuvent donc pas être le dernier refuge des privilégiés ; c'est tout le contraire. Ce sont les privilégiés qui ont le pouvoir de violer les droits des moins privilégiés comme si ce n'était rien. Ainsi, les droits de l'homme protègent les faibles et les moins privilégiés contre les forts, les privilégiés et les puissants de la société.

Une autre question que je trouve plutôt amusante concerne la perception : "La transformation est-elle un objectif souhaitable pour l'Afrique, ou un faux-fuyant pour nous faire oublier le véritable travail - la décolonisation ? L'Afrique, en tant que continent, abrite certains des pires cas de violation des droits de l'homme avec la montée des dictateurs dans plusieurs régions du continent. Je peux citer des dizaines de nations dans toute l'Afrique, y compris l'Afrique du Sud, qui ont des antécédents de violations coupables des droits de l'homme.  Le Nigeria, mon pays natal, par exemple, a récemment intimidé son peuple et l'a empêché de protester contre le meurtre injuste de jeunes gens. En retour, le gouvernement a envoyé les forces armées contre ses citoyens non armés, et a ouvert le feu. Si une telle société n'a pas besoin d'être transformée, quelle société en a besoin ? Les assassinats injustes et extrajudiciaires se poursuivent dans de nombreuses régions d'Afrique - Angola, Cameroun, Nigeria, Algérie, Maroc, Somalie, Soudan, Congo, etc. Nous pourrions en fait constater de tels actes injustes dans probablement toutes les régions du continent. La transformation est donc un objectif souhaitable pour l'Afrique.

Promouvoir la paix et la construction de la nation

La poursuite de la transformation de l'Afrique de la voie de l'injustice et du mépris total des droits de ses citoyens, qu'elle cherche à protéger, s'aligne parfaitement sur la question de la décolonisation. Tous deux embrassent les concepts de liberté, de justice, d'autodétermination, d'équité, d'humanité, etc. En fait, elles sont intimement liées. La poursuite de la décolonisation s'articule autour de la liberté vis-à-vis des puissances étrangères, tandis que la protection et la préservation des droits des Africains s'articulent autour de la liberté vis-à-vis des abuseurs internationaux et locaux tels que les agents de sécurité, le gouvernement et les puissants.

L'adhésion stricte, la préservation et la protection des préceptes des droits de l'homme créeront un environnement propice à la paix et favoriseront le processus de construction de la nation dans le cadre de la consolidation de la paix, en particulier dans les situations où ces préceptes sont strictement appliqués. La violation des droits de l'homme des personnes en fonction de leur religion, de leur appartenance ethnique, de leur sexe, de leur âge, etc. permet à la violence de prospérer. Et là où il y a de la violence, il ne peut y avoir de développement. Cela résume parfaitement le continent africain, tout comme le Moyen-Orient. Les troubles actuels dans ces régions sont des inhibiteurs de la paix, et là où il y a de la violence, surtout face aux violations des droits de l'homme, l'épanouissement des citoyens, tout comme l'image publique du pays, seront difficiles et négatifs. Basée sur les principes fondamentaux du respect des droits de l'homme, la résolution pacifique des conflits assurera la paix et la naissance d'une société égalitaire et transformationnelle où chacun est prêt à contribuer.

*Cet article d'opinion est extrait du séminaire en ligne "Afrique / Droits de l'homme / Transformation" - Une conversation avec Johan Froneman, Dhaya Pillay et Toyin Falola", organisé par le département de droit public et le Free State Centre for Human Rights de la faculté de droit de l'université du Free State le 16 mars 2021. Le panel d'intervenants était composé du juge Dhaya Pillay, juge de la Haute Cour sud-africaine, du juge Johan Froneman, juge retraité de la Cour constitutionnelle d'Afrique du Sud, et du professeur Karin van Marle, professeur de jurisprudence à l'Université de l'État libre.