Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Elections Centrafrique : les paysans centrafricains veulent surprendre avec Bida Koyagbele


Alwihda Info | Par Patrick Dinawade - 15 Juillet 2015 modifié le 15 Juillet 2015 - 09:17


Elections Centrafrique : les paysans centrafricains veulent surprendre avec Bida Koyagbele

Les imprimeries de Douala tournent à pleins régimes, une grosse commande émanant d’une étrange structure d’origine centrafricaine occupe les machines. A y regarder de plus près il s’agit du mouvement politique des paysans révolutionnaires Kité. En prenant connaissance des documents il s’agit du profil et de la vision de Bida Koyagbélé pour les prochaines élections présidentielles.

Comme le laisse entendre le chef de production de cette imprimerie il y en a pour toute la république. Dans l’arrière cours de l’imprimerie des milliers de T-shirts sont entreposés pour impression. Puis à l’arrivée du responsable logistique de Kité à bord d’un camion toute l’imprimerie s’ébranle, on charge tout ce qui est prêt direction un hangar au port de Douala appartenant à un transitaire centrafricain.

En y jetant un coup d’œil c’est la caverne d’Ali Baba, plusieurs camions y déchargent des containers venant, de Chine d’Afrique du Sud du matériel agricole, des tracteurs, des t shirts, des casquettes, 9 pick up de marque ghanéenne. Sous bonne garde on est très vite interpelé et cette surprenante cargaison est mis à l’abri des regards indiscrets.

Pourquoi tout ce mystère, il est vrai que le mouvement Kité organise le congrès des paysans à la fin du mois de juillet en milieu rural contrairement à beaucoup de Parti, Bida préfère organiser ce congrès constitutif au milieu des paysans. On nous parle de Bossangoa ou de Bouar. Ce congrès constitutif validera la mise en place du bureau de la league de la jeunesse et celui de la league de femmes. Mais il aura aussi pour but d’entériner la vision de Bida et de valider sa candidature aux élections présidentielles.

Comme on peut le lire sur les documents imprimés Bida qui est déjà populaire pour ces idées anti-néocolonialistes françaises, surfe sur le sentiment antifrançais qui anime le gros de la population, mais aussi sur un projet idéaliste qui a pour mérite de faire rêver plus d’un. Il promet de rétablir toutes les forces armées centrafricaines, pour imposer la paix et la sécurité par la force promettant de neutraliser la séleka, la LRA et autres vecteurs d’instabilité. Souverainiste Il s’engage à reconsidérer les relations de son pays avec la France et l’ONU dans l’intérêt de son peuple. Il met la femme au cœur de sa vision.


Ambitieux voir idéaliste il projette de faire de son pays une puissance, à savoir le grenier et l’usine de l’Afrique. Mais on se rend compte qu’il fait de la souveraineté un axe majeur de son programme. Ce qui surprend surtout dans ces idées c’est la généreuse prétention d’offrir une éducation de qualité gratuite à tous ainsi qu’un système de santé gratuit pour tous. Considérant l’éducation comme étant la clé de sa révolution du bonheur dit révolution ti Bomengo. On retrouve dans ses écrits et sa visions, l’esprit Sankariste.

Le courage dont il fait preuve en osant dénoncer et combattre le néocolonialistes français indisposent et troublent Paris, mais lui vaut l’admiration de toute une jeunesse. Il est aussi un des rares leaders politiques à s’engager à vouloir anéantir le djihadisme en Afrique. Mais son élogieux parcours en tant que premier industriel de Centrafrique en fait un exemple pour la jeunesse. Son jeune âge et son combat en faveur des paysans qui représentent 80% de la population, l’amène à incarner une véritable force, portée par des idées révolutionnaires séduisant tout une masse, allant au-delà des ethnies des régions et des frontières. Sa nouvelle vision du panafricanisme séduit et séduira tout un continent. Grace à un dynamique groupe de jeunes universitaires et paysans qui sillonne la province pour distiller ces idées, Bida gagne du terrain. Voilà la surprise que nous réserve les paysans centrafricains.

 

Patrick Dinawade

DRC : Kinshasa