Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERVIEW

"Espérons que la 4e République puisse changer la vie des tchadiens", Hassan, étudiant


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 3 Juin 2018 modifié le 3 Juin 2018 - 08:20

Hassan Abdelatif est étudiant tchadien au Maroc. Dans l'objectif de donner la parole à la jeunesse tchadienne afin de savoir ce qu'elle pense et ce qu'elle projette dans l'avenir, Hassan s'est prêté à un jeu de questions/réponses chrono.


Hassan Abdelatif.
Hassan Abdelatif.
Alwihda Info : Vous êtes étudiant tchadien au Maroc. Pourquoi avez-vous choisi de faire du droit ?

Hassan Abdelatif : Je suis étudiant en master de droit des affaires international et j'ai décidé de faire le droit pour donner un plus à l'humanité et plus précisément à mon pays.

Le Tchad est un pays en développement, que pourrez-vous lui apporter à la fin de votre formation ?

J'aurais aimé investir dans le secteur agricole, dans le secteur de la gomme arabique, et dans le secteur de l'énergie. Le Tchad est le premier pays africain en matière de gomme arabique, pourtant cela n'a rien apporté pour le Tchad. En plus, je veux partager la connaissance que j'ai apprise, et la mettre en pratique.

Parlons investissement. Pouvez-vous nous donner au moins deux bonnes raisons d’investir au Tchad ?

Les raisons pour investir au Tchad : la main d'œuvre qui n'est pas qualifiée, cela pousse les investisseurs à investir. De plus, il y a l'absence d'entreprises dans tous les secteurs.

Le Tchad est-il mûr pour l’investissement étranger sur son sol ? Oui selon le ministère de l’économie, non selon le rapport Doing Busness 2017 de la Banque mondiale. Qui croire ?

Le Tchad n'a pas d'instabilité politique, il est menacé par plusieurs problèmes tels que la crise économique et la corruption au sein de l'administration publique, il en est de même avec le problème sécuritaire. En plus, l'assainissement public est très précaire, notamment des difficultés d'eau et d'électricité. Il y a aussi le problème des transports, des voies de communication, ainsi que de l'avancée technologique.

A titre personnel, je pense que le Tchad doit investir davantage dans le domaine de l'éducation, améliorer l'assainissement public, l'eau et l'électricité, et investir dans le domaine du transport et de la technologie.

Vous-même, compter vous, vous investir au Tchad ?

Étant citoyen, je dois m'investir au Tchad, c'est une obligation pour ma part et j'encourage ceux qui le veulent.

La crise économique ne vous fait pas peur ?

La crise économique c'est un fléau mondial, comme par exemple celle de 2009. Raison pour laquelle les autorités compétentes doivent prendre des mesures nécessaires pour faire face à celle-ci.

Les droits de douane tchadien avec un taux 9.6% fois supérieur aux USA sont-ils un frein à l’investissement ?

Les droits de douane sont parmi les plus élevés et cela n'encourage pas l'investissement extérieur au Tchad.

La nouvelle constitution qui a instauré la 4ème République peut-elle changer la vie des tchadiens ?

Par rapport à la nouvelle constitution, on ne sait pas ce qu'elle apportera dans l'avenir, mais nous espérons qu'elle puisse changer la vie des tchadiens. 

Projetons-nous, comment voyez-vous le Tchad dans 10 ans ?

Dans 10 ans, le Tchad peut devenir un lieu prospère au climat des affaires, à travers la coopération avec la Chine, la Turquie, le Maroc. Cela veut dire que c'est avec la coopération gagnant-gagnant que l'on peut donner une vision dans l'avenir.